Picsou magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Picsou Magazine
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Jeunesse
Date de fondation Mars 1972

Propriétaire Disney Hachette Presse
Directeur de la rédaction Jean-Charles Lajouanie
Rédacteur en chef Pascal Pierrey
ISSN 0767-807X

Picsou magazine est un magazine mensuel français de bande dessinée destiné à la jeunesse. Il est édité par Disney Hachette Presse, filiale commune de Hachette Filipacchi Médias et de la Walt Disney Company.

Origine[modifier | modifier le code]

Il porte le nom du personnage de Balthazar Picsou (Scrooge McDuck en anglais), inventé par le dessinateur Carl Barks.

Créé en mars 1972, ce magazine rassemblait des bandes dessinées de personnages de la compagnie américaine Disney des jeux, des mini-récits et des informations ludiques.

Contenu et évolution[modifier | modifier le code]

  • On peut distinguer plusieurs périodes dans l'histoire du magazine, d'après l'indexation de la base Inducks.
  • Des débuts jusqu'au milieu des années 1980 : grandes aventures issues de l'école Disney italienne, notamment Romano Scarpa, Giovan Battista Carpi, Giorgio Cavazzano, Marco Rota, Luciano Bottaro, etc. (publiées à l'origine dans Almanacco Topolino, dont le format a clairement inspiré Picsou Magazine) ; production dite Studio (scénaristes americains et dessinateurs argentins pour la plupart, ou italiens) produites aux États-Unis pour l'Europe et l'Amérique du Sud, et reprises directement de l'Almanacco Topolino. Également quelques histoires américaines anciennes de Barks.

Le magazine possède alors un supplément de 196 pages, Super Picsou Géant[1], qui deviendra un magazine à part entière à partir de 1983.

  • À partir de la nouvelle formule d'août 1987, Picsou magazine est centré sur trois pôles :
    • les bandes dessinées sont de plus en plus centrées autour des personnages de Donaldville : Donald Duck, Picsou, etc. Les personnages comme Mickey Mouse se retrouvant plutôt dans le Journal de Mickey ;
    • les parties rédactionnelles pour jeunes adolescents se diversifient avec l'apparition de pages cinéma, télévision et jeux vidéo mais perdent les mini-récits;
    • des gadgets ludiques : mini-répertoire aimanté, pistolet à eau, tours de magie, etc.
  • Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 :
    • Le magazine se recentre sur les histoires de Barks, tout en incorporant les nouvelles productions hollandaises (Bas Heymans, style comique, Ben Verhagen), danoises (histoires courtes) ou brésiliennes (Irineu Soares Rodriguez, avec les histoires de Daisy, en direct de la rédac, ou l'Âge du rock).
    • À la fin des années 1990, la rédaction décide de publier en exclusivité les histoires de Don Rosa, dont la Jeunesse de Picsou qui a fait l'objet d'une publication intégrale dans un hors-série, réédité en juin 2004 ; un an plus tard un deuxième hors-série compile les épisodes « bis » et « ter » s'intercalant entre ceux du premier.
    • Les aventures de Don Rosa et Barks paraissent toujours dans le magazine. Les Danois Vicar et Branca ont également rejoint l'équipe.
  • Les années 2000 voient l'arrivée d'histoires d'auteurs italiens et néerlandais lorsque l'atmosphère de celles-ci correspond à celle des aventures de Barks. Les histoires de l'univers de Donald Duck qui ont d'autres sources d'inspiration sont publiées dans Mickey Parade et Super Picsou Géant.
  • Depuis environ 2003, Picsou magazine publie surtout des histoires anciennes de Carl Barks et des récentes de William Van Horn, et parfois des grandes aventures de Don Rosa.
  • Actuellement, dans les publications Disney françaises, Picsou magazine occupe le créneau de la branche BD issue du style et de l'univers de Carl Barks et la partie magazine vise un public de jeunes adolescents. En 2011, Picsou magazine possède 1 705 000 lecteurs[1]. Le magazine figure en 2012 à la troisième place des titres les plus lus par la tranche d'âge des 7-12 ans[1] ; ranger les 480 numéros que le magazine comptait pour ses 40 ans cette année-là nécessiterait une étagère de 4,5 mètres[1]. Le 500e numéro est sorti en avril 2014[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Picsou Magazine » : les palmipèdes n'ont pas de rides, sur lepoint.fr (consulté le 8 avril 2012)
  2. Sullivan, « EXCLU : La couverture de Picsou Mag #500 », sur http://www.9emeart.fr/,‎ 23 mars 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]