Opéra Le Peletier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Opéra de Paris.

Opéra Le Peletier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L’Académie impériale de musique vers 1865

Type Opéra (salle à l'italienne)
Lieu Paris
Coordonnées 48° 52′ 22″ Nord 2° 20′ 19″ Est / 48.8728, 2.3387
Architecte(s) François Debret
(avec Grillon et Du Bois)
Inauguration 19 août 1821
Fermeture 28 octobre 1873 (Incendie)
Capacité 1 800
Anciens noms Académie royale de musique (1821 à 1848),
Académie nationale de musique (1848 à 1851),
Académie impériale de musique (1852 à 1870),
Académie nationale de musique (1871 à 1873).

Résidence

Opéra de Paris

L’Opéra Le Peletier fut la salle d’opéra de Paris de 1821 à 1873[note 1].

Il était situé au 12 de la rue Le Peletier dans l'actuel 9e arrondissement[note 2], près du boulevard des Italiens et à proximité de l'actuel hôtel Drouot. Il fut détruit par un incendie dans la nuit du 28 au 29 octobre 1873.

Appellations[modifier | modifier le code]

Le nom officiel, gravé sur la façade, fut successivement : Académie royale de musique, de 1821 à 1848 ; Académie nationale de musique, de 1848 à 1851 ; Académie impériale de musique, de 1852 à 1870, et de nouveau Académie nationale de musique, de 1871 à 1873.

Le nom courant était Opéra Le Peletier ou Opéra de la rue Le Peletier.

Historique[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Edgar Degas, Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier (1872)

À la suite de l'assassinat du duc de Berry à la sortie de l'opéra de la rue de Richelieu, le 13 février 1820, Louis XVIII ordonne la démolition du bâtiment, et Paris se trouve sans opéra.

Décision est prise de construire rapidement une salle « provisoire ». Ce sera l'opéra Le Peletier, conçu par l'architecte François Debret (en collaboration avec Grillon et Du Bois) et construit en un an, du 13 août 1820 au 19 août 1821. L'emplacement choisi est celui d'une partie des jardins de l'hôtel Laborde[note 3], du financier Jean-Joseph de Laborde, l'hôtel lui-même étant affecté à l'administration de l'opéra[1].

La construction de l'Opéra Le Peletier coïncide avec le percement d'un prolongement de la rue Chauchat jusqu'à la rue Pinon (aujourd'hui rue Rossini).

De forme rectangulaire, le nouveau bâtiment comprend (voir le plan[2]) :

  • à l'ouest : la façade, sur un petit côté, rue Le Peletier ; elle est ornée de huit statues (huit Muses ; celle de la musique manquait) ;
  • au nord : un grand côté donne sur le trottoir sud de la rue Pinon (aujourd'hui rue Rossini) ;
  • à l'est : le petit côté arrière, limité par un passage, sombre et humide, sert d'entrée aux artistes. Ce passage, perpendiculaire à la rue Pinon, se situe approximativement à mi distance entre les deux rues actuelles Chauchat et Drouot.
  • au sud : un grand côté est bordé par le passage de l'Opéra qui amène, par deux galeries parallèles, jusqu'au boulevard des Italiens.

Comme il s'agit d'une salle « provisoire » — mais elle sera utilisée finalement plus d'un demi-siècle ! —, on réutilise les matériaux de l'opéra de la rue de Richelieu, tels que les colonnes, le devant des loges, la coupole, les corniches, etc.[3], et la construction est légère :

« Pour les spectateurs assis au parterre, la salle Le Peletier est absolument la même que la salle Richelieu, seulement on a donné six places de plus à l'ouverture de l'avant-scène. Le théâtre est beaucoup plus profond que l'ancien, les corridors plus larges, une immense galerie servant de foyer au public ; telles sont les améliorations que l'on remarque dans la nouvelle salle ; mais gare à l'incendie ! Il serait effroyable. Cet édifice, n'ayant pas de murs pour contenir le feu, formera cheminée,... »[4]

L'éclairage se fait au gaz (hydrogène). La salle d'environ 1800 places[5] est grande, riche et bien distribuée, et dispose de vastes dégagements. Comme la construction en est extrêmement légère, elle est d'une remarquable sonorité[6].

Edgar Degas, Répétition de ballet (1873)
Edgar Degas, La Classe de danse (1875)

Inauguration de la salle[modifier | modifier le code]

L'inauguration de la salle eut lieu le jeudi 16 août 1821, avec le programme suivant : Les Bayadères, opéra en trois actes de Charles Simon Catel sur un livret d'Étienne de Jouy d'après Voltaire et Le Retour de Zéphire, ballet en un acte de Pierre Gardel et Daniel Steibelt (1802).

Créations[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

La grande salle en 1864.

C’est à la salle Le Peletier qu’ont été créés, entre autres, les opéras suivants :

Ballets[modifier | modifier le code]

Les premières ballerines de l'Opéra de Paris en 1832.

Événements marquants[modifier | modifier le code]

Destruction[modifier | modifier le code]

La salle est totalement détruite dans la nuit 28 au 29 octobre 1873[note 7], par un incendie qui dure près de vingt-quatre heures et dont les causes resteront inconnues.

  • On déplore un mort, le caporal de pompiers Bellet[9].
  • Sont anéantis, avec le bâtiment : la machinerie de la scène, le magasin d'accessoires, les armures, le mobilier du théâtre et de la salle, le matériel d'éclairage, les bustes du foyer, entre autres celui de Gluck, chef-d'œuvre de Houdon, la statue assise de Rossini qui se trouvait derrière le contrôle, des instruments de musique ;
  • Sont préservés, grâce à Charles Nuitter, l'archiviste, et à M. Cœdès, le souffleur : tous les papiers historiques de la maison, les livrets, les partitions, la collection des affiches depuis l'an XII, le recueil des états d'émargement depuis 1749 contenant les autographes des artistes.

La destruction de l'Opéra Le Peletier a plusieurs conséquences notables :

  • la construction de l'Opéra Garnier reprend activement, pour s'achever un an plus tard ; la nouvelle salle d'opéra de Paris est inaugurée le 5 janvier 1875. Durant l'année d'attente (1874), les représentations ont lieu à la salle Ventadour.
  • on en tire l'idée d'un réseau de bouches à incendie réparties sur les boulevards et artères de la ville[10].
  • la place libérée permet un réaménagement du quartier, qui dure jusqu'en 1927 et qui comprend :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En peinture[modifier | modifier le code]

Edgar Degas, L’Orchestre de l'Opéra (1868-69)
Édouard Manet, Bal masqué à l'Opéra (1873)

Deux grands peintres ont représenté des scènes se déroulant à l'opéra Le Peletier : Edgar Degas et Édouard Manet.

Edgar Degas[modifier | modifier le code]

  • L'Orchestre de l'Opéra, 1868-1869, huile sur toile, 53 × 45 cm, Musée d'Orsay, Paris. Au premier plan, Désiré Dihau ; à l'avant-scène, Emmanuel Chabrier ;
  • Musiciens à l'orchestre, 1870-1871 ;
  • Foyer de Danse, 1871, Metropolitan Museum of Art, New York ;
  • Le Ballet de « Robert le Diable », 1872, huile sur toile, 66 × 54,3 cm, Metropolitan Museum of Art ;
  • La Classe de danse, 1875, 85 × 75 cm, Musée d'Orsay ;
  • Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier, huile sur toile, 32 × 46 cm, Musée d'Orsay, 1872 ;
  • La Répétition, huile sur toile, 1873, 65 × 81 cm, Museums and Art Galleries Glasgow ;
  • Répétition de Ballet, 1873, 45,8 × 61 cm, Fogg Art Museum, Cambridge (Massachusetts) ;
  • Avant-première du ballet, 1873-1874 ;
  • Répétition d'un ballet sur la scène, 1874, huile sur toile, 65 × 81 cm, Musée d'Orsay ;
  • Examen de Danse, 1874.

Édouard Manet[modifier | modifier le code]

  • Bal masqué à l'opéra, 1873, National Gallery of Art (Washington). Le peintre s'est représenté sur le tableau : c'est le deuxième personnage en partant de la droite, avec une barbe blonde ; il semble avoir laissé tomber sa carte au sol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans cette période, d’autres salles donnèrent des spectacles lyriques, mais pas de grand opéra : l’Opéra-comique, le Théâtre-Lyrique, le Théâtre de la Gaîté.
  2. Dans l’ancien découpage en arrondissements en vigueur jusqu’à l’extension de Paris du 1er janvier 1860, la salle était située dans l’ancien 2e arrondissement.
  3. Vers 1785, le financier Jean-Joseph de Laborde avait fait construire l'hôtel pour son usage personnel, dans la rue alors appelée de la Grange-Batelière (aujourd'hui rue Drouot). L'hôtel avait ensuite appartenu au duc de Choiseul, puis fut occupé en 1793 par le ministre de la guerre et en [(1804]] par le gouverneur de Paris.
  4. Fin de l’ouverture écourtée et prolongée par le ballet La Bacchanale du Venusberg.
  5. La création eut lieu au Théâtre Lyrique le 19 mars 1859.
  6. Acte joué par la tragédienne Adélaïde Ristori, principale rivale de Rachel.
  7. Le soir du 29 octobre, doit être donnée la centième représentation d’Hamlet d'Ambroise Thomas.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paris Guide, p. 834.
  2. Cain, p. 338.
  3. Buguet, tome II
  4. Castil-Blaze, L'Académie impériale de musique de 1645 à 1855, tome II, 1855, p. 172 (cité par Buguet).
  5. 1811 places, selon Paris, Nouveau guide des voyageurs, 1854 ; 1790 places, selon Paris Guide, 1867 ; 1954 places, selon de Lasalle, 1875.
  6. Paris, Nouveau guide des voyageurs, p. 240.
  7. Roman Golicz, The English Life of Louis-Napoleon Bonaparte, Chapter 9 : « 1858: The Orsini Affair », Don Namor Press, 2007 ; Arthur Léon Imbert de Saint-Amand, La Cour du Second Empire (1856-1858), Dentu, 1898.
  8. Le Monde illustré, n° 224, 27 juillet 1861, p. 478.
  9. Albert de Lasalle écrit, p. 276-277 :« C'est vers huit heures du matin que le caporal des pompiers Bellet, qui était monté sur un mur miné par le feu, perdit l'équilibre et tomba dans la fournaise. On entendit un grand cri, et puis plus rien !... Les restes informes de la malheureuse victime furent retrouvés quelques jours après et inhumés au cimetière Montparnasse. L'office des morts fut chanté, à l'église du Val-de-Grâce, par tout le personnel de l'Opéra, accompagné par l'orchestre. Il n'y eut point d'autre mort à déplorer ; mais l'ambulance établie à la mairie Drouot soigna quelques blessures légères. M. Diaz, l'auteur de la Coupe du roi de Thulé, avait reçu une contusion à la cuisse ; on cite encore un commis de banque frappé à la main par une ardoise, et un officier prussien (il y en a partout) qui a été touché au poignet par un débris enflammé. »
  10. Dictionnaire de Paris, Larousse, 1964, p. 424.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paris, Nouveau guide des voyageurs, Bibliothèque des chemins de fer, Hachette, 1854.
  • Paris Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, première partie : La Science - L'Art, Librairie internationale, 1867.
  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, 8e édition, les éditions de minuit, 1985, (ISBN 2-7073-1054-9). Vol. 2, (ISBN 2-7073-1053-0)
  • Georges Cain, À travers Paris, Flammarion, sd (1906 ?). Le chapitre Le passage de l'Opéra, p. 331-349, comprend neuf illustrations dont un plan (entre les pages 337 et 339) ; texte en ligne sur IA
  • Albert de Lasalle, Les Treize Salles de l'Opéra, librairie Sartorius, 1875, p. 235-279. Texte en ligne sur IA
  • [Henri Buguet et Georges d'Heylli], Foyers et Coulisses, histoire anecdotique des théâtres de Paris, Tresse éditeur, Paris, 1875 ; 8e livraison, Opéra, en trois tomes :
    • le tome 2 couvre la période antérieure à la révolution de juillet 1830 ; voir p. 268-284, L'Opéra dans la nouvelle salle de la rue Le Peletier (16 août 1821) ; texte en ligne sur IA
    • le tome 3 (p. 285-364) couvre la période s'étendant de la révolution de juillet 1830 à 1871, Direction du Dr Véron, etc. ; texte en ligne sur IA
  • Le Monde illustré, hebdomadaire, année 1861.
  • Jill DeVonyar et Richard Kendall, Degas et la danse, traduit de l'américain par Christine Piot, Éditions de La Martinière, 2004, (ISBN 2-7324-3157-5).
  • Émile de Labédollière, Le Nouveau Paris, histoire de ses 20 arrondissements, illustrations de Gustave Doré, ch. V à VII, p. 134-138. Texte en ligne sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]