Le Comte Ory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Comte Ory est l'avant-dernier opéra composé par Gioachino Rossini sur un livret en français d'Eugène Scribe[1] et de Delestre-Poirson[1]. Il fut créé à l'Opéra Le Peletier à Paris, le 20 août 1828[1]. C'est une large reprise de son précédent opéra Le Voyage à Reims.

Sur un ton léger et tonique, Rossini entraîne les spectateurs sur la piste des frasques médiévales du terrible Comte, au fil des deux actes de cet opéra qui lie sans cesse la farce au lyrique. Proposé au départ en un seul acte par les deux librettistes, sur la base d'une histoire médiévale de chevaliers séducteurs de nonnes, retranscrite par Pierre-Antoine de La Place, Rossini réclame et obtient un second acte.

Personnages[modifier | modifier le code]

Rôles principaux
Rôles secondaires

Argument[modifier | modifier le code]

La scène se déroule aux alentours de l'an 1200, devant puis dans le château de Formoutiers.

Le Comte Ory est un libertin et un séducteur forcené qui entend bien profiter du départ en croisade des hommes du château de Formoutiers, notamment en séduisant la vertueuse Comtesse Adèle. Il se grime donc, avec son ami Raimbaud, en vieil ermite qui s'efforcera d'apporter sagesse et réconfort aux malheureuses femmes esseulées. Mais ses projets seront déjoués par l'intervention du gouverneur du Comte, chargé de le surveiller et qui révèle son identité à temps pour permettre à Adèle de se réfugier dans son château. Parallèlement, le page du Comte Ory, Isolier, se révèle également amoureux d'Adèle, laquelle avoue que cet amour est partagé. Le Comte devra donc tout à la fois accéder au château par la ruse et supplanter le jeune Isolier, le tout très rapidement puisqu'on apprend le retour imminent des croisés.

Le second acte se déroule au sein du château de Formoutiers, sous un orage terrible qui pousse les femmes à accueillir un groupe de pèlerines surprises par les éléments. Ces pèlerines sont en réalité le groupe d'Ory et de ses amis, qui vont aller de réjouissances en dissimulations pour ne pas être repérés tout en faisant bombance sur les réserves du château. Mais Isolier perce à jour les véritables identités des pèlerines, et retourne la supercherie contre le Comte en se faisant passer pour la Comtesse Adèle dans une scène qui mettra au jour la duplicité d'Ory tout en le ridiculisant.

Retransmission en direct du Met[modifier | modifier le code]

L’opéra a été retransmis en direct du Met dans des salles de cinéma du monde le 9 avril 2011 avec Juan Diego Flórez dans le rôle titre, Diana Damrau en Comtesse Adèle, Joyce DiDonato comme Isolier, Michele Pertusi en Gouverneur et Stéphane Degout en Raimbaud, sous la direction de Maurizio Benini.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Avant-Scène Opéra n°140, texte de Marie-Aude Roux

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 151

Liens externes[modifier | modifier le code]