Eugène Lami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eugène Louis Lami

Description de cette image, également commentée ci-après

Couple s'embrassant dans un atelier d'artistes

Naissance
Paris
Décès (à 90 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités artiste peintre, aquarelliste, illustrateur, lithographe, décorateur
Maîtres Horace Vernet, baron Gros, Richard Parkes Bonington
Mécènes Louis-Philippe, James de Rothschild
Influencé par Théodore Géricault

Eugène Louis Lami est un artiste peintre, aquarelliste, illustrateur, lithographe et décorateur français né à Paris le et mort à Paris le (à 90 ans). Peintre de la vie élégante à Paris sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, il est également peintre d'histoire et illustrateur de livres comme Gil Blas ou Manon Lescaut.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Lami étudia d'abord la peinture avec Horace Vernet qui, en 1817, l'envoya poursuivre sa formation auprès du baron Gros à l'École des beaux-arts où il fit la connaissance de Théodore Géricault et apprit l'aquarelle du peintre romantique anglais Richard Parkes Bonington.

Une large part des premières œuvres de Lami furent des lithographies, support qui commençait alors à être exploité commercialement. Entre 1819 et 1821, il produisit de nombreuses lithographies sur la cavalerie espagnole, ainsi que d'importantes séries concernant les uniformes de l'armée française. Ses représentations de sujets militaires appelèrent sur lui l'attention de la famille royale. Louis-Philippe lui commanda de nombreux tableaux à sujets militaires pour le musée de l'histoire du France qu'il avait créé au château de Versailles.

Eugène Lami s'orienta alors vers des scènes de genre, peignant la vie élégante de la cour et de la bourgeoisie. Il se tourna vers l'aquarelle, qui devait devenir sa technique de prédilection pour le reste de sa vie. Il fut également chargé par le baron James de Rothschild de la décoration du château de Ferrières, achevé en 1859 et du château Rothschild à Boulogne-Billancourt, achevé en 1861.

Sur le tard, il s'intéressa de plus en plus aux scènes d'histoire. À soixante-dix-neuf ans, il fonda la Société des aquarellistes français. Il continua à peindre jusqu'à sa mort, à l'âge de quatre-vingt-dix ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Charles Ier recevant une rose des mains d'une jeune fille, au moment où il est conduit prisonnier au château de Carisbrook, pour être bientôt condamné et exécuté, 1829, hst., Paris, Musée du Louvre (Reproduction sur Wikimedia Commons)
  • Entrée de la duchesse d'Orléans dans le Jardin des Tuileries, vers 1840, hst., 97 cm × 60 cm, Paris, Musée du Louvre (Reproduction sur la base insecula)
  • Arrivée de la reine Victoria au château d'Eu, 2 septembre 1843, 1844, hst., 84 cm × 141 cm, Versailles, Château de Versailles (Reproduction sur la base Joconde)
  • L'Entente cordiale, Réception en l'honneur de la reine Victoria, dans le salon de famille au château d'Eu, 1843[1]
  • Revue de la Garde nationale, attentat de Fieschi, (1835) 1846[1]
  • Bal au Palais de Buckingham, 5 juillet 1848, 1848, aquarelle, Londres, The Royal Collection (Reproduction sur le site de The Royal Collection)
  • Les grandes Eaux illuminées au bassin de Neptune en l(honneur du Roi d'Espagne, le 21 août 1864, 1864[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'œuvre d'Eugène Lami (1800-1890) : lithographies, dessins, aquarelles, peintures, auteur Paul-André Lemoisne, éditeur H. Champion 1914, collection de la Société de l'histoire de l'art français, numérisé le 21 mai 2009[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Réunion des Musées Nationaux Grand Palais en partenariat avec la direction générale des patrimoines, « Eugène Lami » (consulté le 12 mai 2012)
  2. LAROUSSE, « Eugène Lami » (consulté le 12 mai 2012)
  3. Paul-André Lemoine sur books.google.fr/books, « L'œuvre d'Eugène Lami (1800-1890): lithographies, dessins, aquarelles, peintures » (consulté le 12 mai 2012)