Théâtre des Arts de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théâtre des Arts.

Théâtre des Arts

Description de cette image, également commentée ci-après

La façade du théâtre en 2008

Type Salle d’opéra
Lieu Rouen, France
Coordonnées 49° 26′ 22.21″ Nord 1° 05′ 22.42″ Est / 49.4395028, 1.0895611 ()
Architecte(s) Jean Maillard, Robert Levasseur et Pierre Sonrel
Inauguration 11 décembre 1962
Nb. de salles 1
Capacité 1 350
Anciens noms Théâtre des Arts Léonard de Vinci
Statut juridique EPCC
Direction Frédéric Roels (direction générale et artistique)
Direction artistique Luciano Acocella (direction musicale)
Site web www.operaderouen.com

Résidence

Orchestre de l'Opéra de Rouen

Le Théâtre des Arts ou Opéra de Rouen Haute-Normandie est un ensemble de salles de théâtre situé dans la ville de Rouen, en Seine Maritime. L'Orchestre de l'Opéra de Rouen/Haute Normandie y est en résidence.

Ce site est desservi par la station de métro Théâtre des Arts ainsi que par la station Cy'clic du même nom.

Les précédents théâtres[modifier | modifier le code]

Le Théâtre des Arts de Rouen détruit en 1940-1944.

Le premier Théâtre des Arts est construit par l'architecte François Guéroult entre 1774 et 1776[1]. Il occupe alors un terrain situé à l'emplacement des rues Grand-Pont et Charrettes actuelles[2]. Celui-ci est inauguré le 29 juin 1776 avec Le Cid de Corneille[1]. Le théâtre est détruit par un incendie le 25 avril 1876[1].

Un bâtiment neuf est construit sur les plans de l'architecte Louis Sauvageot. Il est inauguré en 1882 sur les ruines du précédent[2]. Il brûle de nouveau, partiellement, dans l'incendie du quartier au moment de la prise de la ville par l'armée allemande le 9 juin 1940. Les représentations continuèrent pendant la guerre jusqu'à son entière destruction par le bombardement américain du 10 juin 1944, pendant le tour de chant de Cécile Sorel.

Le théâtre actuel[modifier | modifier le code]

La ville de Rouen décide la démolition totale et définitive du théâtre Sauvageot et sa reconstruction au bas de la rue Jeanne-d'Arc rive droite. La reconstruction d'un nouveau théâtre doit attendre la signature de la convention des « dommages de guerre » pour que commence les études. Construit entre 1952 et 1962 à un emplacement différent assuré par les architectes Jean Maillard et Robert Levasseur, en collaboration avec le scénographe Pierre Sonrel et l'entreprise Lanfry. Interrompus en 1954 à cause des réductions de crédits, les travaux ne reprennent qu'en 1958. Le projet d'origine est toutefois considérablement modifié : les plans sont revus et voient la suppression d'une grande salle de musique de 500 places au-dessus du foyer. L'inauguration a lieu le 11 décembre 1962 en présence du maire Bernard Tissot et de son adjoint aux Beaux-Arts le docteur Rambert[2].

Sur le parvis se trouve depuis 1962 la statue en bronze de Corneille par David d'Angers[3]. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, cette œuvre se trouvait à l'extrémité de l'île Lacroix, au pied du pont Corneille. C'est une des seules statues de bronze de la ville avec celles de Napoléon et de Jean-Baptiste de La Salle de Falguière à n'avoir pas été fondue par les nazis pendant la seconde guerre pour en récupérer le métal. En effet, le palan, destiné à enlever l'œuvre de son emplacement initial, a cédé et la statue est tombée dans la vase au pied du pont. On l'a découpée pour l'évacuer, puis remontée, mais le camion destiné à l'emmener est tombé en panne. La fin de la guerre est arrivée, ne nécessitant plus son transfert.

En 2012, l'Opéra de Rouen Haute-Normandie célèbre le cinquantenaire de la construction du bâtiment. À cette occasion, un appel à témoin est lancé afin de récolter des archives (images, films, programmes…)[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules-Édouard Bouteiller, Histoire complète et méthodique des Théâtres de Rouen des origines jusqu'à nos jours, Rouen, Giroux et Renaux, vol. 1-3, 1860-1867 ; Métérie, vol. 4, 1880.
  • Henri Geispitz et Charles Vauclin, Histoire du Théâtre des Arts de Rouen, 1882-1913, A. Lestringant, 1913.
  • Robert Eude, Petite histoire du Théâtre des Arts de Rouen, Rouen, IMRO,‎ 1963, 108 p. (OCLC 494552179).
  • Yvon Pailhès, Rouen : un passé toujours présent… : rues, monuments, jardins, personnages, Luneray, Bertout,‎ 1994, 285 p. (ISBN 2-86743-219-7, OCLC 466680895), p. 246-249.
  • Patrice Quéréel, La Ville évanouie - Rouen : un demi-siècle de vandalisme, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Page de Garde,‎ 1999, 381 p. (ISBN 2-84340-108-9), p. 110-115.
  • Patrice Quéréel (préf. Patrice Pusateri et Michel Nouvellon), XXe un siècle d'architectures à Rouen, Rouen, ASI,‎ 2001, 157 p. (ISBN 2-912461-03-0), p. 58-59.
  • Joann Élart, Catalogue des fonds musicaux conservés en Haute-Normandie / Tome I : Bibliothèque municipale de Rouen / Volume 1 : Fonds du Théâtre des Arts (XVIIIe et XIXe siècles), coll. Patrimoine musical régional (Rouen : PUR, 2004), 538 p.
  • Bénédicte Percheron, La Vie musicale en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale, Université de Rouen (thèse de musicologie), 2007, 1361 p.
  • Bénédicte Percheron, « L’argent de la distraction rouennaise pendant la Seconde Guerre mondiale », in Les Français et l’argent. Entre fantasmes et réalités, (sous la dir. de Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec), Rennes, PUR, 2011, (ISBN 978-2-7535-1336-5), p. 85-97.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Frantz et Michèle Sajous d'Oria, Le siècle des théâtres, Paris, Paris bibliothèques, 1999, p. 100.
  2. a, b et c « L'Opéra de Rouen: un théâtre-béton » dans Côté Rouen, no 83, 5 au 11 décembre 2012, p. 8.
  3. « Notice no PM76001638 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  4. « Appel à témoin pour les 50 ans du théâtre des arts », sur http://www.grand-rouen.com (consulté le 01 février 2012).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]