Opéra national de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Opéra National de Lorraine

alt=Description de l'image France-Nancy-Place Stanislas 1 2007-03.jpg.
Type salle à l'italienne
Lieu Nancy
Coordonnées 48° 41′ 39″ Nord 6° 11′ 03″ Est / 48.694028, 6.184028
Architecte(s) Joseph Hornecker
Inauguration 1919 (reconstruction)
Capacité 1014
Direction Laurent Spielmann
Protection Logo monument historique Classé MH (1923)
 Patrimoine mondial (1983)
Site web www.opera-national-lorraine.fr

L’opéra national de Lorraine est un opéra situé à Nancy. Il a le statut d’opéra national en région depuis le 1er janvier 2006, et s'appelait précédemment l’Opéra de Nancy et de Lorraine.

L'Opéra national de Lorraine est membre de la ROF (Réunion des Opéras de France), de RESEO (Réseau européen pour la sensibilisation à l'opéra et à la danse) et d'Opera Europa.

Historique[modifier | modifier le code]

La naissance de L'Opéra[modifier | modifier le code]

L’Opéra était autrefois situé à l’emplacement du Musée des Beaux-arts, place Stanislas. Construit sous le règne de Stanislas Leszczynski en 1758, ce bâtiment, appelé Théâtre de la Comédie, fut totalement détruit par un incendie survenu après une répétition de l’opéra Mignon, dans la nuit du 4 au 5 octobre 1906. La construction d’un nouvel opéra fut immédiatement décidée. Un concours d’architecte est lancé dès 1906, et c’est Joseph Hornecker et son théâtre à l’Italienne, pastiche d’un Opéra du XVIIIe siècle, convenant davantage aux standards académiques de l’époque, qui sont sélectionnés par le jury.

Reconstruction d'un nouveau théâtre[modifier | modifier le code]

L’emplacement du nouveau théâtre est source d’une série de polémiques. En effet, certains souhaiteraient un emplacement plus central par rapport au développement de la ville, mais beaucoup pensent qu’il est primordial de conserver la scène lyrique au cœur du quartier historique de la ville de Nancy, construit à l’apogée du règne de Stanislas. La séparation de l’Église et de l’État va régler la polémique, puisque en 1909, l’État prend possession de l’Hôtel des Fermes (appartenant auparavant à l’Évêché), ce qui va permettre le maintien de l’Opéra Place Stanislas, en face de l’ancien bâtiment détruit par les flammes, quelques années auparavant.

Le nouveau théâtre est inauguré le 14 octobre 1919 à cause de la Première Guerre mondiale qui a retardé sa construction.

Restauration de l'Opéra[modifier | modifier le code]

En 1994, des travaux de restauration de l’Opéra sont entrepris, l’objectif étant de recréer à l’identique la salle telle qu’elle était le jour de son inauguration, 80 ans auparavant.

Statut d'Opéra national en région[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2006, le ministère de la Culture et de la Communication attribue à l'Opéra de Nancy et de Lorraine le statut d'opéra national en région. Il est désormais appelé Opéra national de Lorraine.

Architecture[modifier | modifier le code]

Bien qu’artiste de l’Ecole de Nancy, Joseph Hornecker a créé un opéra dans le respect du style classique, dont seul le « bar oriental » présente les caractéristiques de l’art nouveau. Le bâtiment fait l’objet d’un classement au titre de monuments historiques depuis le 26 décembre 1923[1].

Façade extérieure de l'Opéra national de Lorraine, place Stanislas

La salle[modifier | modifier le code]

La salle contient 1014 places et se compose d’un parterre avec loges d’orchestre, d’un balcon, de deux galeries, d’un poulailler et d’un plafond plat « décollé ». Grâce à l’utilisation du béton pour sa construction, les balcons peuvent tenir sans colonnes, évitant ainsi de nombreuses places aveugles. Réalisée dans les tons de rouge, or et blanc, décorée de stucs, d’ornements et de statues, l’unité de la salle est particulièrement remarquable.

La scène[modifier | modifier le code]

La scène est composée d’un plateau, d’un cadre de scène et d’une machinerie qui ne fonctionne quasiment que manuellement. Seuls les rideaux de fer et le rideau rouge sont actionnés de manière électrique. Le cadre de scène mesure 10 m de haut et deux espaces de 10 m au-dessus et 10 m au-dessous permettent le déplacement vertical et latéral des décors. Un système de trappes peut notamment faire apparaître et disparaître un artiste en un clin d’œil… Le plateau mesure 21,20 m de largeur et 13,50 m de profondeur.

Scène de l'Opéra national de Lorraine

Le foyer du public[modifier | modifier le code]

Entre la place Stanislas et la salle, le foyer du public est le lieu de rencontre du public lors des entractes. Ses murs de couleur blancs cassés rehaussés d’or mat permettent de réfléchir la lumière, lui assurant ainsi tout son éclat. Il tire son originalité de son style « Rococo » et de ses ornements qui symbolisent le théâtre.

Le bar oriental[modifier | modifier le code]

Ce second foyer était destiné aux spectateurs peu aisés. Son style est largement influencé par l’architecture orientale, source d’inspiration pour les artistes de l’Art nouveau.

Aujourd’hui, le bar oriental n’est plus ouvert au public excepté pour les visites de l’Opéra.

Œuvres présentées à l'Opéra[modifier | modifier le code]

Les œuvres lyriques sont accompagnées par l'Orchestre symphonique et lyrique de Nancy.

Saison Titre Direction musicale Mise en scène
2013-2014 Turandot (Giacomo Puccini) Rani Calderon Yannis Kokkos
2013-2014 Candide (Leonard Bernstein) Ryan McAdams Sam Brown
2013-2014 L'Orfeo (Claudio Monteverdi) Christophe Rousset Claus Guth
2013-2014 Barbe-Bleue (Jacques Offenbach) Jonathan Schiffman Waut Koeken
2013-2014 Siegfried et l’anneau maudit (Richard Wagner) Victorien Vanoosten Charlotte Nessi
2013-2014 La Clémence de Titus (Wolfgang Amadeus Mozart) Kazem Abdullah John Fulljames
2013-2014 Il Medico dei Pazzi (Giorgio Battistelli) Francesco Lanzillotta Carlos Wagner
2012-2013 Così fan tutte (Wolfgang Amadeus Mozart) Tito Muñoz Jim Lucassen
2012-2013 Artaserse (Leonardo Vinci) nominé aux Opera Awards 2013 dans la catégorie « Redécouverte d’une œuvre » Diego Fasolis Silviu Purcărete
2012-2013 L'Etoile (Emmanuel Chabrier) Jonathan Schiffman Emmanuelle Bastet
2012-2013 Macbeth (Giuseppe Verdi) Roberto Rizzi Brignoli Jean-Louis Martinoty
2012-2013 L’Importance d’être constant (Gérald Barry) Tito Muñoz Sam Brown
2012-2013 Iolanta (Piotr Ilitch Tchaïkovski) Jacques Mercier David Hermann
2012-2013 Der Zwerg (Alexander von Zemlinsky) Christian Arming Philipp Himmelmann
2011-2012 The Rake’s Progress (Igor Stravinsky) Tito Muñoz Carlos Wagner
2011-2012 La Chauve-souris (Johann Strauss fils) Patrick Davin Philipp Himmelmann
2011-2012 L'Italienne à Alger (Gioacchino Rossini) Paolo Olmi David Hermann
2011-2012 René L’Enervé (Reinhardt Wagner, Jean-Michel Ribes) Delphine Dussaux Jean-Michel Ribes
2011-2012 La Rondine (Giacomo Puccini) José Cura José Cura
2011-2012 Le Tueur de Mots (Claudio Ambrosini) Andrea Molino Francesco Micheli
2010-2011 Rusalka (Antonín Dvořák) Christian Arming Jim Lucassen
2010-2011 La Veuve Joyeuse (Franz Lehár) Thomas Rösner Stephan Grögler
2010-2011 Carmen (Georges Bizet) Claude Schnitzler Carlos Wagner
2010-2011 Le Portrait (Mieczysław Weinberg) Gabriel Chmura David Pountney
2010-2011 Les Noces de Figaro (Wolfgang Amadeus Mozart) Paolo Olmi Jean Liermier
2010-2011 Orlando Furioso (Antonio Vivaldi) Jean-Christophe Spinosi Pierre Audi
2009-2010 Il viaggio a Reims (Gioacchino Rossini) Luciano Acocela Nicola Berloffa
2009-2010 La Ville morte (Erich Wolfgang Korngold) Daniel Klajner Philipp Himmelmann
2009-2010 Medea (Luigi Cherubini) Paolo Olmi Yannis Kokkos
2009-2010 Otello (Giuseppe Verdi) Paolo Olmi Jean-Claude Berutti
2009-2010 Pelléas et Mélisandre (Claude Debussy) Juraj Valcuha Alain Garichot
2009-2010 La Vie Parisienne (Jacques Offenbach) Claude Schnitzler Carlos Wagner
2009-2010 Trouble in Tahiti (Leonard Bernstein) Jonathan Schiffman Benoît Benichou
2009-2010 L'Enfant et les Sortilèges (Maurice Ravel) Jonathan Schiffman Benoît Benichou

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]