Rue Chauchat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9e arrt
Rue Chauchat
Rue vue en direction du boulevard Haussmann
Rue vue en direction du boulevard Haussmann
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Faubourg-Montmartre
Début 4 boulevard Haussmann
Fin 42 rue La Fayette
Morphologie
Longueur 274 m
Largeur 12 m
Géocodification
Ville de Paris 1928
DGI 1937

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Chauchat

48° 52′ 27″ N 2° 20′ 23″ E / 48.87426, 2.339766

La rue Chauchat est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Description[modifier | modifier le code]

La rue Chauchat est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 4 boulevard Haussmann et se termine au 42 rue La Fayette.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue Chauchat doit son nom à Jacques Chauchat, écuyer, conseiller du roi, quartinier, puis échevin de Paris de 1778 à 1780, qui la baptisa en 1779.

Jacques II Chauchat (né à Paris en 1730 et mort à Paris en 1785) est le fils de Jacques Ier Chauchat (né à Saint-Vincent (dans l'actuel Puy-de-Dôme en 1691 et décédé à Paris en 1769). Écuyer, avocat au Parlement, quartinier du quartier de la place Royale (actuelle place des Vosges) en 1757, il est élu échevin de la ville de Paris en 1778. Cette charge lui conférait la noblesse héréditaire, en vertu de l'édit du roi Louis XV, du mois de juin 1716.

Jacques II Chauchat se rendit à Versailles en carrosse à quatre chevaux blancs pour être reçu par Louis XVI, le 25 août 1778, à 10h. Après la messe du Roi, celui-ci le reçut en audience pour recevoir son allégeance et valider son élection.

« ...le Sieur CHAUCHAT, la main droite sur le crucifix que tenait Sa Majesté sur ses genoux, a fait le serment accoutumé ... puis s'est retiré en faisant 3 profondes révérences.. »
- Extrait du Registre des Délibérations du Corps de la Ville de Paris, conservé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

La première partie de la rue fut percée en octobre 1779, et allait de de la rue Chantereine (aujourd'hui rue de la Victoire), à la rue de Provence. Le terrain appartenait alors à Jean-Joseph de Laborde, qui fit la demande d'y ouvrir une rue[1].

Une deuxième partie fut percée en 1821, au moment de la construction de l'Opéra Le Peletier, et son passage de l'Opéra, qui donnait à la fois dans la rue Chauchat et dans le boulevard des Italiens.

Cette deuxième partie prolongea la rue Chauchat jusqu'à la rue Pinon (aujourd'hui rue Rossini). La troisième et dernière partie, encore plus au sud, a prolongé la rue jusqu'à l'actuel embranchement du boulevard Haussmann et du boulevard des Italiens.

Le passage le plus connu des alentours de l'Opéra Le Peletier (1821-1873) était celui qui s'ouvrait sur le boulevard des Italiens et aboutissait rue Chauchat. Il disparut lors du prolongement du boulevard Haussmann. Il s'y trouvait un coiffeur célèbre, Gélis, fréquenté par Sardou, Berlioz, Hugo, Balzac, Chateaubriand ou Girardin. Des toiles ou des dessins de Courbet, Vernet, Daumier étaient accrochées dans le salon. Les artistes se faisaient couper les cheveux chez Gélis et lui laissaient une œuvre en souvenir. S'y trouvaient également un kiosque qui vendait les journaux de province et de nombreux journaux étrangers, un restaurant italien, une brasserie belge, une salle de spectacle, un panorama, un arquebusier.

La rue Chauchat a été prolongée jusqu'au passage en 1875, et ensuite jusqu'au boulevard Haussmann. Les terrains de cette dernière partie ont appartenu successivement à Charles-Guillaume Lenormant d'Étioles, mari de Madame de Pompadour, puis à Morel de Vindé, pair de France et membre de l'Institut.

Le 6 juillet 1819, la première femme aéronaute professionnelle, Sophie Blanchard, s'écrasa avec son ballon à hydrogène au coin de la rue de Provence et de la rue Chauchat[2].

Elle accueille en 1843 le premier temple luthérien de Paris, aujourd'hui église évangélique de la Rédemption (ou Temple de la Rédemption) et siège de l'Église luthérienne en France. L'architecte Charles-François Gau, qui construisit le temple, eut l'idée originale de conserver la voûte d'entrée des Halles de l'octroi (bâties en 1821), et d'installer le fronton du temple sous cette voûte[3].

Le marquis de Rochegude, dans ses Promenades dans toutes les rues de Paris[4], affirme que le temple protestant fut établi là après le mariage, en 1837, de la duchesse d'Orléans, pour lui éviter d'aller rue des Billettes, où était alors le seul temple luthérien de Paris (1821), mais où, selon la police, l'étroitesse des rues du Marais ne garantissaient pas la protection de la duchesse[5]. Les obsèques du Baron Haussmann eurent lieu dans ce temple, le 15 janvier 1891.

Lieux particuliers[modifier | modifier le code]

Madame Hamelin, femme d'esprit du XIXe siècle, amie et amante de nombreuses personnalités politiques et littéraires (Bonaparte, Talleyrand, Chateaubriand, Hugo), habita dans une maison rue Chauchat avec son époux Romain Hamelin, après avoir quitté la rue Taitbout[6].

  • N° 16 : église évangélique de la Rédemption
  • N° 19 : à l'emplacement de l'actuel bureau de poste (angle rue Chauchat et rue de Provence), se trouvait la galerie Bing, marchand d'art et négociant en porcelaines et objets d'art du Japon et de la Chine, fondée en 1884. En 1895, il rebaptise sa galerie Maison de l'Art nouveau et y expose des œuvres d'artistes. L'immeuble est détruit en 1922 pour faire place à une construction Art Déco dès 1924[7].
  • N° 23 : au croisement avec la rue La Fayette, immeuble construit par Eugène Viollet-le-Duc, en 1864 et inscrit à l'inventaire des Monuments historiques[8]
  • N° 24 : siège du journal Le Siècle (1836 - 1932, monarchiste puis républicain)[9].
église évangélique de la Rédemption

La rue Chauchat dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Dumas dans Mes Mémoires fait de la rue Chauchat, dans laquelle un homme est mort, le lieu de l'invasion du choléra à Paris[10].
  • Dans le roman d'Honoré de Balzac La Cousine Bette, Josépha, jeune et belle cantatrice juive, demeure rue Chauchat, décrite comme la rue des artistes de l'Opéra.
  • La rue Chauchat est citée dans la chanson « Ell' prend l'boul'vard Magenta », écrite par Vincent Scotto et Gitral, composé par Scotto et interprétée par Félix Mayol en 1916[11].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

Extrait du Registre des Délibérations du Corps de la Ville de Paris, conservé à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 Rue Pavée 75004 Paris".

" Visite de l'Echevin Jacques 2 CHAUCHAT le 25 Août 1778 à la cour de Versailles"

Une partie de la section "historique" de cet article est issue de la rubrique "À travers Paris" et intitulée "La rue Chauchat", parue dans le Figaro vers la fin du XIXe siècle. Sa date précise et son auteur sont inconnues de l'auteur de cette page.

  1. Dictionnaire historique et administratif de Paris, 1855.
  2. "Biographie universelle ancienne et moderne, tome 58ème", ouvrage collectif, Paris, 1835.
  3. Article du blog "Paris, le nez en l'air", 17 mars 2009.
  4. wikisource
  5. Cahiers d'anthropologie religieuse, Paris et ses religions au XXe siècle, p. 48, ouvrage collectif, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 1993.
  6. "Madame Hamelin, Merveilleuse et turbulente Fortunée, 1776 - 1851", Maurice Lescure.
  7. Article "Siegfried BING (1838-1905)" sur le site de la mairie du 9e arrondissement.
  8. « Notice no PA00088939 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. "La presse à Paris", article "Le quartier de la presse à Paris", Université Paris I. Article complet sur ce lien.
  10. "Mes mémoires", chapitre CCXXXIII, Alexandre Dumas, 1856.
  11. La chanson est datée de 1916 (sous réserves) par la [BNF http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42129073q/PUBLIC]