Guillaume Tell (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Tell (homonymie).
Adamo Didur dans Guillaume Tell

Guillaume Tell est un opéra en quatre actes de Gioachino Rossini, sur un livret d'Étienne de Jouy et Hippolyte Bis, et aidés d'Armand Marrast et d'Adolphe Crémieux, d'après la pièce de Friedrich von Schiller[1]. Il fut créé le à l'Opéra de Paris. Traduit en italien sous le titre de Guglielmo Tell, sa première est donnée à Lucques en 1831, les quatre actes furent réduits à trois. Première à Londres à Drury Lane en 1830 (en anglais).

Cet opéra, malgré une musique de grande qualité, dure près de quatre heures en version originale et même près de cinq heures d'après Kobbé[2] est donc aujourd'hui rarement représenté, même en Italie (lors du Rossini Opera Festival en 2013 la dernière fois). Comme toujours chez Rossini, la partition abonde en airs de bravoure et un baryton ou un ténor y peut briller de tout son éclat. En général, l'œuvre est réduite à son ouverture.

Argument[modifier | modifier le code]

L'opéra se déroule au XVIIIe siècle et raconte la fameuse histoire de Guillaume Tell qui rassemble les Suisses contre les Autrichiens. Une intrigue secondaire évoque l'amour du patriote Arnold pour l'Autrichienne Mathilde.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Tell (Baryton)
  • Hedwige, son épouse (Soprano)
  • Jemmy, leur fils (Soprano)
  • Gessler, gouverneur (Basse)
  • Mathilde, sœur de Gessler (Soprano)
  • Arnold, prétendant de Mathilde (Ténor)
  • Melchthal, père d'Arnold (Basse)
  • Rodolphe, capitaine dans la garde de Gessler (Ténor)
  • Walter Furst (Basse)
  • Leuthold, un berger (Basse)
  • Ruodi, un pêcheur (Ténor)

L'ouverture[modifier | modifier le code]

Ouverture de Guillaume Tell
Article détaillé : Ouverture de Guillaume Tell.

Seule l'ouverture, pièce de choix dans un concert, est fréquemment exécutée de nos jours. Avec celle du Barbier de Séville, de Semiramide, ou encore de La Pie Voleuse c'est en effet une des meilleures ouvertures du compositeur grâce à ces moments de calme et de douceur contrastant avec des instants violents ou de fougue impétueuse. L'Allegro vivace final de l'ouverture est extrêmement célèbre (utilisé par exemple dans Orange mécanique ou dans des publicités).

À noter[modifier | modifier le code]

  • L'œuvre, lorsqu'elle est donnée intégralement, dure plus de six heures comme les représentations programmées lors du Festival de Pesaro dans les années 1990.
  • Dirigeant lui-même l'intégralité se son opéra, Rossini s'est adressé aux musiciens en leur disant : « Il n'y a pas une minute à perdre ! »

Utilisation dans d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche sur le site de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Tout l'opéra, article Rossini, p. 740 : « Joué intégralement, Guillaume Tell dure près de cinq heures »

Liens externes[modifier | modifier le code]