Opération Abstention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Operation Abstention
Vue du port
Vue du port
Informations générales
Date 25 février 1941-28 février 1941
Lieu Île de Kastelórizo, mer Égée
Issue Victoire italienne
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Flag of Italy (1861-1946).svg Italie
Commandants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Amiral Andrew Cunningham
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Contre Amiral Edward de Faye Renouf
Flag of Italy (1861-1946).svg Italie Amiral Luigi Biancheri
Flag of Italy (1861-1946).svg Italie Commandant Francesco Mimbelli
Forces en présence
1 croiseur léger
1 croiseur anti-aérien
7 destroyers
1 canonnière
1 sous-marin
1 yacht armé
200 commandos
200 soldats et marines
2 destroyers
2 torpilleurs
2 vedettes lance torpille
Savoia-Marchetti SM.79
Savoia-Marchetti SM.81
240 soldats et 88 marines
Pertes
4 tués
40 prisonniers et disparus[1]
1 canonnière endommagée
14 tués
12 prisonniers[1]
Campagne des Balkans,
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne des Balkans

Bataille d'Albanie · Guerre italo-grecque · Invasion de la Yougoslavie · Opération Châtiment · Bataille de Grèce · Opération Abstention · Bataille de Crète · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Massacre de Domenikon · Campagne du Dodécanèse (Bataille de Kos · Bataille de Leros) · Massacre de Distomo · Offensive de Belgrade · Bataille de Poljana


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

Coordonnées 36° 09′ 00″ N 29° 35′ 24″ E / 36.15, 29.5936° 09′ 00″ Nord 29° 35′ 24″ Est / 36.15, 29.59  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Opération Abstention.

L’opération Abstention était le nom de code donné par les Britanniques à l'invasion fin février 1941, de l'île italienne de Kastelórizo, au large de la Turquie, durant la Seconde Guerre mondiale. L'objectif était d'établir une base pivot afin de menacer la suprématie italienne aérienne et navale sur les iles du Dodécanèse[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Après l'attaque de Tarente et le succès de l’opération Compass en Cyrénaïque, la Grande Bretagne et ses alliés disposait de l'initiative en Méditerranée. Convaincu que la neutralisation des forces italiennes dans le Dodécanèse constituait l'étape suivante, le commandement de la Flotte de Méditerranée planifia l'occupation de la petite île de Kastelórizo, la plus à l'est de l'archipel, à environ 110 km de Rhodes. L’opération devait constituer le premier pas vers le contrôle de l'ensemble de la mer Égée[2],[3]

Cependant les Italiens étaient loin de l'effondrement. Leurs forces navales et aériennes restaient en mesure de conduire des raids sporadiques contre les convois alliés entre l’Égypte et la Grèce[4].

Le débarquement britannique[modifier | modifier le code]

La principale force était composée de 200 Commandos britanniques, transportés par les destroyers HMS Decoy et HMS Hereward. Un détachement de 24 Royal Marines avait pris place à bord de la canonnière HMS Ladybird. La flottille quitta la baie de la Sude le 24 février 1941.

Le plan initial consistait à ouvrir une tête de pont pour sur l'île pour 24 heures, le temps de faire venir une compagnie d'infanterie (en:Sherwood Foresters) afin de consolider les positions[5]. Cette second force devait venir depuis Chypre à bord d'un yacht armé le HMS Rosaura escorté par les croiseurs HMAS Perth et HMS Bonaventure.

Avant l'aube, les commandos et les Royal Marines entamèrent le débarquement dans le port principal de l'île, après une reconnaissance de la côte par le sous-marin HMS Parthian. La présence italienne à Kastelórizo se résumait à une petite force disparate de soldats et douaniers (Guardia di Finanza) en charge d'une station radio. Les troupes britanniques prirent la garnison par surprise, capturant la station radio. Douze soldats furent faits prisonniers. Avant d'être submergés par les commandos, les Italiens alertèrent Rhodes, principale base aéronavale du Dodécanèse[4]. Des sources italiennes[6] soutiennent que les Britanniques se saisirent de la clé de chiffrement italienne, mais cette affirmation est réfutée par Marc’Antonio Bragadin, alors officier naval d'un grade élevé[7]. Les sources britanniques ne mentionnent pas ce point.

La contre attaque italienne[modifier | modifier le code]

Carte de la Mer Égée (sud est)

Quelques heures plus tard, les avions de la Regia Aeronautica apparurent au-dessus de l'île. Les bombardiers visèrent le port le château et les principales collines où les commandos s'étaient retranchés. Pendant l'un de ses raids, le HMS Ladybird fut touché par une bombe, blessant trois matelots. La canonnière, déjà à court de carburant pour poursuivre sa mission fut contraint de réembarquer les Royal Marines et de se diriger vers Haïfa. Une conséquence de ce retrait fut la perte de la liaison radio avec Alexandrie[8].

La démonstration de force de la Regia Marina se déroula aux premières lueurs du 27. Les torpilleurs Lupo et Lince débarquèrent environ 240 soldats au nord du port, tout en bombardant les positions britanniques avec leurs canons de 100mm[4]. Pendant ce temps, le HMS Hereward, averti par les commandos au sol de la présence de la marine italienne, décida de rejoindre le Decoy, alors à environ 65 km de la côte. Le commandement des opérations donna l'ordre de désorganiser le débarquement des troupes italiennes, mais les destroyers furent incapables d'entrer en contact avec les navires adverses. Le Hereward rapporta que la présence des navires italiens rendait extrêmement dangereux le débarquement de la force principale britannique du Rosaura, débarquement déjà compromis par les attaques aériennes sur le port. En conséquence, le débarquement de la garnison fut repoussé et réorganisé. Le débarquement serait conduit par les destroyers HMS Decoy et HMS Hero, après transbordement de la compagnie des Sherwood Foresters' à partir du Rosaura. Tous les navires furent rappelés à Alexandrie pour cette reprogrammation. Pour ne rien arranger l'amiral Renouf était souffrant et remplacé par le commandant Egerton, commandant du croiseur Bonaventure[9]. Au même moment, la mer agitée força également la marine italienne à suspendre le débarquement jusqu'au matin du 28. Les forces italiennes déjà à terre continuèrent à harceler les commandos britanniques épuisés et isolés, ravitaillés pour seulement 24 heures[4],[10].

L'escadre italienne revint quelques heures plus tard, renforcée par deux destroyers venus de Leros, le Crispi et le Sella, et deux vedettes lance-torpilles, afin de décharger le reste des troupes terrestre et de poursuivre le bombardement. La pression combinée par air, par mer et à terre rendait la position britannique intenable. En fait, lorsque les forces venues d'Alexandrie arrivèrent le 28, le commandant de la compagnie, le major Cooper, après avoir conféré avec ses homologues, réalisa que sans un soutien aérien et naval soutenu la poursuite du débarquement était impossible. Le gros des forces terrestres fut donc rembarqué, laissant une arrière-garde d'environ 40 soldats, qui furent encerclés puis capturés par les italiens.

Alors qu'il protégeait la retraite, le HMS Jaguar fut la cible de deux torpilles lancées par le Crispi, qui le manquèrent. Le Jaguar répondit avec ses canons de 120 mm, mais une panne de projecteur de visée l'empêcha de mettre au but. Après cette dernière action infructueuse, la flotte britannique retourna à Alexandrie[9]. Les destroyers britanniques HMS Nubian, HMS Hasty et Jaguar, conduisant une mission d'interception en profondeur entre Rhodes et Kastelórizo, ne purent intercepter les navires italiens sur leur retour[11].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'opération fut qualifiée par l'amiral Cunningham comme « a rotten business and reflected little credit to everyone »[2]. Une commission d'enquête conclu que le commandant du Hereward avait commis une erreur de jugement en rejoignant le Decoy, au lieu de rechercher sans délais, le contact avec les forces ennemies. Cette erreur s'était révélée clef dans l'échec du débarquement principal et l'isolement des commandos[9]. Les commandants britanniques furent également surpris par la vigueur de la réaction des Italiens[7],[12].

Les Italiens conservèrent le contrôle du Dodécanèse jusqu'à la capitulation de leur pays en septembre 1943.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Flag of Italy (1861-1946).svg Italie

  • Amiral Luigi Biancheri

Alliés[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royaume-Uni Naval Ensign of Australia.svg Australie

  • Amiral Andrew Cunningham
  • Force de la Sude :
    • 2 destroyers: HMS Hereward, HMS Decoy
    • 1 canonnière: HMS Ladybird
    • 1 sous-marin: HMS Parthian
    • Commando : 200 soldats
    • Détachement de Marines : 24 marines
  • Force de Chypre :
    • 3e Escadre de croiseurs :HMAS Perth, HMS Bonaventure
    • Yacht armé : HMS Rosaura
    • Force de garnison : environ 150 soldats
  • Force d'Alexandrie :
    • 2 destroyers: HMS Jaguar, HMS Hero

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Smith et Walker 1974, p. 22
  2. a, b et c Simpson 2004, p. 85
  3. Koburger 1993, p. 107-108
  4. a, b, c et d Bragadin 1957, p. 80
  5. Seymour 1985, p. 69-70
  6. Santoni 1981, p. 67
  7. a et b Sadkovich 1994, p. 119
  8. Titterton 2002, p. 72-73
  9. a, b et c Titterton 2002, p. 73-74
  10. Seymour 1985, p. 70
  11. www.naval-history.net/February 1941
  12. Smith et Walker 1974, p. 32

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Marc'Antonio Bragadin, The Italian Navy in World War II, Annapolis, United States Naval Institute,‎ 1957 (ISBN 0-405-13031-7)
  • (en) Charles W. Jr Koburger, Naval Warfare in the Eastern Mediterranean (1940-1945), Westport, Praeguer Publishers,‎ 1993 (ISBN 0-275-94465-4)
  • (en) James Sadkovich, The Italian Navy in World War II, Westport, Greenwood Press,‎ 1994 (ISBN 1-86176-057-4)
  • (it) Alberto Santoni, Il Vero Traditore: Il ruolo documentato di ULTRA nella guerra, Mursia,‎ 1981
  • (en) William Seymour, British Special Forces, Sidgwick and Jackson,‎ 1985 (ISBN 0-283-98873-8)
  • (en) Michael Simpson, A life of Admiral of the Fleet Andrew Cunningham. A Twentieth-century Naval Leader, Rutledge Ed.,‎ 2004 (ISBN 0-7146-5197-4)
  • (en) Peter Smith et Edwin Walker, War in the Aegean, Kimber,‎ 1974 (ISBN 0-7183-0422-5)
  • (en) G.A. Titterton, The Royal Navy and the Mediterranean, Londres, Routledge,‎ 2002 (ISBN 0-7146-5205-9)