Mortal Kombat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mortal Kombat (homonymie).

Mortal Kombat (communément abrégé MK) est une série de jeux vidéo de combat créée par Midway, caractérisée par des graphismes réalistes digitalisés (ce qui différenciait le jeu de ses contemporains qui utilisaient des graphismes dessinés à la main) et une violence brutale et sanglante, dont les fameuses Fatality.

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Le jeu original a été développé comme une réaction envers Capcom et son jeu de combat populaire Street Fighter II: The World Warrior, avec des commandes plus simples et des graphismes digitalisés, tirés de séquences d'acteurs filmés pour l'occasion. L'idée originale de Mortal Kombat a été trouvée vers 1989 avec le contenu du jeu et l'histoire, mais le projet n'a abouti dans les arcades qu'en 1992, et un peu plus tard sur d'autres systèmes de jeu. Beaucoup ont dit que la violence graphique du jeu était gratuite, et était incluse seulement dans le but de produire dans le public un tollé et une polémique, faisant par la même une publicité indirecte du produit. Mais bien que fortement controversé, le mélange de réalisme et de violence a propulsé le jeu vers une renommée répandue et historique.

Héritage[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Midway a créé cinq suites sur bornes d'arcades et les autres systèmes de jeu, chacune plus sanglante, brutale et étrange que la précédente. Mortal Kombat 4 a introduit la 3D, remplaçant les combattants digitalisés des jeux précédents par des modèles polygonaux, tandis que Mortal Kombat: Deadly Alliance a été le premier à ne sortir que sur consoles, symptôme du déclin dramatique sur le marché des arcades aux États-Unis. S'en est suivi Mortal Kombat: Mystification (Deception aux États-Unis), sorti sur Xbox et PlayStation 2 en 2004 (avec une version sur Gamecube en février 2005 avec deux personnages exclusifs : Shao Kahn et Goro), dont le gameplay est resté très similaire au précédent. Notons l'arrivée de nouveaux modes de jeux comme un Combat-Puzzle, un Combat-Jeu d'échecs, un mini-RPG... Certains verront dans cette diversification un éloignement de l'essence même de la série. Une version PSP de MK: Mystification a également été annoncée sous le nom de Mortal Kombat: Unchained, tandis que fin 2006 sortit Mortal Kombat: Armageddon, qui aura la particularité d'inclure quasiment tous les personnages apparus dans la série. Cet épisode sortit sur Wii et PlayStation 2. Mortal Kombat vs DC Universe fut le premier épisode à sortir sur console nouvelle génération et mélange comme son nom l'indique l'univers de Mortal Kombat et celui de l'Univers DC. La conséquence sera que moins de personnages de la série Mortal Kombat seront présents. Le jeu ne gardera pas le côté sanglant propre à la série, ce qui souleva des critiques des fans de la premiere heure.

Les achèvements (Finishers) comprennent, outre les classiques Fatality, les Animality (Transformation en un animal qui achève violemment la victime), les Brutality (Long enchaînement de combos, finissant par démembrer l'adversaire), les babality (Transformation du perdant en bébé pleurnichard), et les Friendships (où le vainqueur se moque gentiment de l'adversaire, lui laissant alors la vie). Les deux dernières actions ont été introduites pour présenter une alternative non-violente, destinée à contenter les mouvements anti-violences, particulièrement virulents aux États-Unis face à la série MK. Les puristes, plus affectueux envers le précédent modèle ont de nouveaux été satisfaits après Mortal Kombat 4, marquant le retour de la violence et du gameplay « sombre ».

Plus que n'importe quel autre jeu de combat, Mortal Kombat était notoire pour la "recoloration" des personnages, c’est-à-dire le fait qu'il y ait des personnages qui ne se différenciaient que par leur(s) couleur(s). Ceci était surtout valable pour les ninjas (Sub-Zero, Scorpion, parmi huit au total). Bien que la plupart des personnages populaires aient été engendrés par ces « recolorations », les fans s'en sont lassés, et demandaient plus de stratégie avec des combattants vraiment uniques (les coups de base étaient les mêmes pour chaque combattant, du premier jeu à Mortal Kombat 4). Pour corriger ce problème inhérent aux capacités réduites des anciens systèmes de jeux (Super Nintendo, etc) les développeurs ont introduit une palette de coups et un design unique pour chaque personnage à partir de Mortal Kombat : Deadly Alliance, menant à une plus grande profondeur stratégique.

Les jeux de la série[modifier | modifier le code]

La chronologie située à droite représente les 9 numéros de la série MK

Jeux de combat[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

Mortal Kombat Arcade Kollection, une compilation comprenant Mortal Kombat, Mortal Kombat II et Ultimate Mortal Kombat 3 est sortie le 31 août 2011 sur PlayStation 3 sur le PlayStation Network et sur Xbox 360 via le Xbox Live Arcade. Cette compilation permet de jouer en ligne aux trois premiers Mortal Kombat, et une liste de Trophées/Succès est ajoutée. La compilation est éditée par Warner Bros. Games et développée par Other Ocean Interactive

Autres jeux[modifier | modifier le code]

  • Mortal Kombat Mythologies: Sub-Zero : Le premier d'une série (prévue) de jeux secondaires dans l'univers de la série, avec les personnages populaires des jeux de combat. MK:SZ est un jeu de plateformes centré sur Sub-Zero et ses missions juste avant sa première participation au premier tournoi de Mortal Kombat.
  • Mortal Kombat: Special Forces : Jeu d'action dont l'histoire se déroule avant le premier jeu de la série, comportant la traque de Kano par Jax.
  • Mortal Kombat: Shaolin Monks : Jeu d'action (avec un mode Combat cependant), dont les personnages principaux sont Liu Kang et Kung Lao. Il explique une version alternative des événements du deuxième jeu de la série (Arrivée de Baraka, rajeunissement de Shang Tsung, apparition de Kintaro et Shao Khan).

Musique[modifier | modifier le code]

Récemment, après la sortie du jeu Mortal Kombat en 2011, JFK (membre du groupe electro house canadien MSTRKRFT) et Adrian Martinez sont producteurs exécutif de l'album Mortal Kombat : SONG INSPIRED BY THE WARRIORS qui est le thème des personnages tels que Johnny Cage, Mileena, Shang Tsung et d'autres encore. Dans l'album on retrouve les DJ Felix Cartal, Congorock, JFK of MSTRKRFT, Skrillex, LA Riots, 9th Wonder, Tokimonsta, Bird Peterson, Harvard Bass, Run Dmt, Sound Of Stereo et Them Jeans. Ces titres sont du genre electro et house music.

Continuité[modifier | modifier le code]

Chaque jeu de la série Mortal Kombat comporte une fin différente pour chaque personnage. Puisque beaucoup de fins dans un seul jeu se contrediraient les unes des autres, seulement une ou quelques-unes par jeu sont considérées comme canoniques, et cette ou ces dernières seront inconnues jusqu'à ce que le prochain jeu de la série sorte. Ainsi, dès qu'un nouveau jeu de la série est publié, les fans spéculent au sujet de quelle fin(s) sera la bonne.

Dans la plupart de ces multiples fins, le Bien triomphe du Mal, mais dans Mortal Kombat: Mystification, on apprend que les guerriers du Royaume de la Terre (Earthrealm) n'avaient pas réussi dans l'épisode Mortal Kombat: Deadly Alliance à empêcher Shang Tsung et Quan Chi de ressusciter l'armée du Roi Dragon.

Easter egg et secrets[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Easter egg.

Mortal Kombat a été le premier jeu de combats à inclure des personnages secrets, des mini-jeux secrets, et autres Easter Eggs. Dans le tout premier opus, sur arcade, le joueur pouvait - moyennant une manipulation bien précise - combattre le personnage caché Reptile. Dans l'épisode suivant, ce dernier sera jouable directement depuis le début. Autre exemple, Mortal Kombat 3 incluait un jeu secret similaire à Galaxian. Tous ces secrets étaient particulièrement difficiles à découvrir et ont contribué à la réputation de la série, sensiblement différente des autres jeux de combats. Les plus notables sont indiqués dans les articles des différents épisodes.

Un autre Easter Egg, lui, est venu d'un problème réel : dans la version originale sur arcade du premier Mortal Kombat, une rumeur a déclaré que le jeu présenterait parfois des problèmes dus à un bug et mélangerait deux personnages ensemble. Ce serait habituellement deux ninjas, ayant pour résultat un ninja dans un costume semi-final-rouge. L'ordinateur écrirait son nom « ERMAC », abréviation de ERror MACro (« Erreur de Macro »). Les joueurs pensaient alors avoir trouvé un personnage secret. En guise de clin d'œil, les développeurs incluront à partir de Ultimate Mortal Kombat 3 un personnage appelé Ermac, bien réel cette fois ci.

Cependant, un des éléments les plus étranges de Mortal Kombat n'était absolument pas imputable aux développeurs. Après la sortie de MK2, une sorte de mythe s'est créé autour de ce jeu. Un des plus grands était le mythe de Goro. Dans le premier jeu, Goro était un monstre à quatre bras, le sous-boss du jeu. De nombreux fans étaient convaincus que Goro était un personnage caché dans MK2, et étaient obsédés par sa recherche, en vain, puisque la rumeur était infondée.

D'autres Easter Eggs proviennent de plaisanteries privées entre les membres de l'équipe de développement. L'exemple le plus connu est « Toasty ! » (« Grillé ! »), qui a commencé dans MK2, pendant la phase expérimentale du développement. La tête d'un des développeurs apparaissait en bas à droite de l'écran lorsqu'un coup puissant était réalisé. Les jeux suivants ont introduit d'autres plaisanteries semblables.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références culturelles et anecdotes[modifier | modifier le code]

La mythologie de Mortal Kombat s'inspire de sources multiples, en particulier (mais pas seulement) les cultures, les religions et les arts martiaux asiatiques. Voici quelques exemples pour illustrer ceci :

  • Raiden, qui est le Dieu du tonnerre dans MK, prend son nom du Raiden japonais (signification : « tonnerre et foudre »), qui est le nom d'un démon-dieu dans la mythologie japonaise. Ce dernier est habituellement dépeint comme un homme-bête avec des dents pointues, des longs cheveux et un grand tambour pour faire le tonnerre. Mais le design de Raiden de MK semble avoir été inspiré du long métrage de John Carpenter Big Trouble in Little China, Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin en version française. Son nom est également orthographié Rayden dans les jeux pour des raisons de copyright.En effet, à cette époque, Fatal Fury possédait un personnage du même nom, et Raiden désignait aussi le célèbre shoot' em up.
  • Le casque de Shao Kahn est un Kabuto, un casque de samouraï.
  • Fujin (MK4) est baptisé du nom du dieu du vent japonais Fuujin.
  • D'autres personnages n'ont aucune référence directe en mythologie, bien que leurs noms soient dérivés des langues asiatiques :
    • Shujinko (MK:M) vient du shujinkou,(主人公), japonais (« protagoniste »).
    • Damashi (MK:M) vient du damashi japonais (« déception »).
    • Hotaru (MK:M) vient du hotaru Japonais (« luciole »).
    • Kenshi (MK:DA et MK:M) vient du kenshi japonais (« épéiste »), mais aussi un dérivé de Kensei (剣聖) qui signifie maître de l'épée.
  • La White Lotus Society (« société du lotus blanc ») à laquelle Liu Kang a appartenu peut avoir été baptisée du même nom de cette société qui a existé en Chine pendant la dynastie de Yuan et celle de Ming. Un lotus blanc est traditionnellement symbolique de la mort.
  • Le clan de ninja de Lin Kuei est une allusion aux mythes réels d'une guilde d'assassins de Lin Kuei dans les montagnes de la Chine.
  • Shang Tsung partage son nom avec une expression réelle signifiant « aîné du temple ».
  • Le nom de Sheeva est probablement une référence au Dieu Indou, Shiva, qui a lui aussi quatre bras.
  • Bo Rai Cho est un jeu de mot sur le mot espagnol borracho (« ivre »).
  • L'idée de la réincarnation (fréquentes dans la série) est caractéristique du bouddhisme et de l'hindouisme.
  • Liu Kang et Johnny Cage sont tous deux inspirés, l'un par Bruce Lee, l'autre du personnage joué par Jean-Claude Van Damme dans Bloodsport.
  • Li Mei signifie "Prune" en mandarin. La couleur mauve prédominante dans son costume le montre bien.
  • Kira est un dérivé de Killer (tueuse en anglais) lorsqu'on l'écrit en Kana (caractères japonais).
  • Le Kanji sur le chapeau d'Ashrah signifie "Démon" ou "Fantôme".
  • En arabe, Ashrah signifie "Dix"
  • L'origine du nom Mileena proviendrait du Tchèque "Milena" signifiant "favorite", un adjectif collant bien au personnage, (La Favorite de son père).
  • Moloch est, dans la tradition biblique, le nom du dieu auquel les Ammonites, une ethnie cananéenne, sacrifiaient leurs premiers-nés en les jetant dans un brasier.

Présence dans d'autres types de médias[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Dessin animé[modifier | modifier le code]

série américaine en 13 épisodes de 25 minutes produite par Film Roman Productions.

Roman[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Mortal Kombat de Jeff Rovin

Comics[modifier | modifier le code]

Les comics de Mortal Kombat ont été publiés par Malibu Comics. Durant les années 1994 et 1995, la maison d'édition a publié quelques récits complets et des séries limitées.

Jeu de cartes[modifier | modifier le code]

de David Cassady, Robert Stratman et Laddie Ervin, édité par BradyGAMES avec 2 à 12 joueurs pour une durée moyenne de 20 minutes.

Catch[modifier | modifier le code]

Le personnage de Glacier (Endossé par le catcheur Raymond M. Lloyd) à la WCW était ouvertement repris du personnage Sub-Zero de Mortal Kombat.

Liens externes[modifier | modifier le code]