Saturn (console de jeux vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saturn.
Sega saturn
Saturn (console de jeux vidéo)

Fabricant Sega
Type Console de salon
Génération Cinquième

Date de sortie Drapeau du Japon 22 novembre 1994
Drapeau des États-Unis 11 mai 1995
Flag of Canada.svg 27 avril 1995
Drapeau européen 8 juillet 1995
Fin de production Drapeau du Japon Fin 2000
Drapeau des États-Unis Fin 1999
Drapeau européen Fin 1998
Média CD-ROM
Contrôleurs Manette de jeu
Service en ligne Sega Net Link
Unités vendues Sortie internationale 10,96 millions
Drapeau des États-Unis 2,50 millions
Drapeau du Japon 5,80 millions
Drapeau européen 1,90 millions
[réf. nécessaire]
Jeu le plus vendu Virtua Fighter 2

Précédent Mega Drive Logo Sega saturn

Sega saturn
Dreamcast Suivant

La Saturn (セガサターン, Sega Satān?) ou Sega Saturn est une console de jeux vidéo de Sega sortie en 1994 (1995 en Europe). Le nom Saturn provient du fait qu'elle est la sixième console du constructeur qui a été vendue officiellement sur toute la planète (ce qui n'était pas le cas des toutes premières consoles de la firme, commercialisées uniquement au Japon), comme la sixième planète du système solaire[réf. nécessaire]. Par ce nom, Sega voulait évoquer pour le joueur un univers nouveau, totalement différent de celui qu'il connaissait en matière de jeux vidéo. L'arrivée des consoles 32 bits marque aussi le début des jeux en 3D.

Au départ Sega voulait appeler cette console la Giga Drive, suite logique de Mega Drive[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Fruit des efforts de Sega of Japan alors en concurrence avec Sega of America qui développait la 32X, la Saturn est axée arcade. Elle dispose de très bonne capacité pour les jeux en 2D et possède des capacités graphiques 3D. Elle est jugée moins performante que la PlayStation première du nom [réf. nécessaire], ce jugement provenant de son architecture qui rend sa programmation moins aisée (du fait de la présence de deux processeurs centraux fonctionnant en parallèle dont il faut maximiser le rendement là où la PlayStation dispose d'un seul processeur central). Ainsi la PlayStation semble dominer la Saturn en rendu 3D (cf. Toshinden sorti sur les deux supports, ou Ridge Racer face à Daytona USA - même si l'adaptation sur Saturn, en haute résolution et avec une belle fluidité, de jeux d'arcade en 3D comme Virtua Fighter 2 et Sega Rally et les images de développement de Shenmue et Virtua Fighter 3 prouvent le contraire), la supériorité de la Saturn dans le domaine de la 2D ne fait aucun doute, de même que la qualité supérieure de son processeur sonore.

Au Japon, le lancement de la Saturn, le 22 novembre 1994, est un véritable succès : 500 000 consoles sont vendues à Noël. La Saturn joue surtout la carte des conversions d'arcade avec des possibilités 3D s'y ajoutant.

Elle sort en juillet 1995 en Europe avec le premier jeu de combat en 3D jamais sorti sur console de salon, Virtua Fighter, au prix de 3 299 francs (soit environ 500 €)[1]. Sony, profitant de sa notoriété plus élevée auprès du grand public (grâce notamment à ses produits audiovisuels), et ayant une politique de prix adéquate auprès de cette cible (la PlayStation est vendue 2 090 francs, soit environ 300 €), impose sa console. Rapidement le combat est gagné, et malgré une baisse de prix pour s'aligner sur la machine de Sony, ainsi que les conversions arcades des derniers hits Sega, Virtua Fighter 2 et Sega Rally entre autres, Sega est dominé par la puissance marketing de Sony. La Saturn, qui jouit pourtant d'une meilleure situation au Japon, ne voit pas ses meilleurs titres japonais adaptés en versions américaines et européennes.[réf. nécessaire].

Les titres les plus populaires sur Saturn sont Duke Nukem 3D, Daytona USA, la série des Virtua Fighter, la série des Virtua Cop la série des Panzer Dragoon, Thunder Force 5, Radiant Silvergun, Shining Force 3, Virtual On, Nights into Dreams, Virtua Fighter 2, Fighting Vipers et Fighters Megamix, Sega Rally Championship, Dragon Ball Z: Shin Butōden, Guardian Heroes, Alien Trilogy, Sega Touring Car, Command and Conquer, Sky Target, Burning Rangers, Resident Evil, WipEout 2097, Warcraft 2, Anarchy in Nippon, House of the Dead, Grandia, Tomb Raider, Baku Baku Animal, Clockwork Knight, Sonic R, Princess Crown, Dead or Alive, King of Fighters '95 et ses suites, Street Fighter Alpha 2, X-Men vs. Street Fighter, X-Men: Children of the Atom, Marvel Super Heroes et Marvel Super Heroes vs. Street Fighter, Real Bout Fatal Fury Special, Darkstalkers, Samurai Shodown IV, Dynamite Deka, Last Bronx, Manx TT Superbike, Dragon Force.

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

La console Sega Saturn Noire (version européenne) de première génération, touches ovales
Manette Analogique
Le volant, un des accessoires de la Sega Saturn.
  • 8 processeurs :
  • Contrôleur graphique 32 bits : VDP 1
  • Contrôleur CD-Rom et décompression : VDP 2
  • Contrôleur son : Motorola 68EC000 à 11.3 MHz (Ancien processeur central du Genesis/Mega Drive)
  • DSP son : Yamaha FH1 24bits à 22,6 MHz
  • Mémoire principale : 2 Mo (16 Mb)
  • Mémoire vidéo : 1,54 Mo
  • Cache vidéo du CD-Rom : 540 ko
  • Mémoire morte (BIOS) : 512 ko
  • Tampon Graphique : 2×256Ko de frame buffer et 512 ko de cache texture.
  • Capacité graphique : 320×240, 640×240 et 720×576 (images fixes MPEG) en 16 millions de couleurs, jusqu'à 60 images par seconde. La console peut générer jusqu'à 200 000 polygones texturés par seconde et 500 000 polygones ombrés face pleine par seconde. Et jusqu'à 300 000 polygones texturés par seconde et 750 000 polygones ombrés face pleine par seconde en utilisant les capacités du processeur sonore.
  • Mémoire audio : 540 ko
  • Support média : CD-Rom 2× (transfert de 320 kilooctets par seconde), port service 32 bits, Compatible CD+G, CD+EG, CD Single (8 cm), Photo CD, Video CD, EBook et Digital Karaoke.
  • Entrées/Sorties : Port série de communication haute vitesse, port interne d'expansion 32 bits, port interne Multi AV pour un adaptateur vidéo CD facultatif (pour le MPEG), entrée Vidéo/Stéréo (Standard), S-Vidéo Compatible (facultatif), RGB Compatible (facultatif), HD TV Compatible (facultatif) et deux ports pour contrôleurs analogiques.
  • Périphériques : cartouche de sauvegarde de 512 kbit et jusqu'à 4 Mo, cartouche RAM de 1 à 4 Mo, joypads analogiques, volant, carte de décompression MPEG-1, manette pour la course de chevaux, twin stick (pour le jeu Virtual On), pêche, souris...
  • Dimensions : 260mmX230mmX83mm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Chroniques de Player One, Éd. Pika, 2010, p. 216

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :