Histoire des Juifs en Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Autriche est devenu un centre culturel juif au cours du XIIIe siècle. La progression de l'antisémitisme a conduit à l'expulsion des Juifs en 1669.

Dès leur réadmission officielle en 1848, une communauté considérable s'est de nouveau développée, contribuant fortement à la vie culturelle autrichienne. Après la Première Guerre mondiale, 201 513 juifs sont concentrés à Vienne[1].

Kurt Eisner eut un rôle important en 1918 au cours de la révolution de Novembre, participant au renversement du Royaume de Bavière et proclama la république, dont il fut le premier ministre-président et le ministre des Affaires étrangères.

Dans les années 1930, on compte quelque 200 000 Juifs vivant en Autriche (recensement 1934: 191.481[2]), principalement à Vienne (1934: 176 034). Suite à l'Anschluss avec l'Allemagne nazie, l'essentiel de cette communauté émigre ou est exterminée au cours de la Shoah. 65 500 des 191 481 juifs Autrichiens et à peu près 25 000 mischlings sont assassinés par les nazis – on connait les noms de 62 000 d'entre-eux. Tous les autres (130 000–155 000) se réfugient à l'étranger où survivent en se cachant[2],[3]. Entre 2 000 et 5 000 survivent à la Shoah en Autriche ou dans les KZs[3].

À la chute du Rideau de fer, un nouveau flux de Juifs arrive en provenance de l'ancienne Union soviétique. La population juive autrichienne est estimée actuellement autour de 8 140 personnes (recensement 2001[4]), essentiellement à Vienne (2001: 7 000). Des estimations évoquent le chiffre de 15 000 (Ariel Muzicant, le chef de l'Israelitische Kultusgemeinde (IKG) de Vienne)[5] à 20 000[6] juifs en Autriche actuellement (2007/2008).

Le social-démocrate Bruno Kreisky devient Chancelier de 1970 à 1979. Peter Sichrovsky devient député européen sous la bannière du Parti de la liberté d'Autriche de Jörg Haider et dévoile en 2005 qu'il a travaillé comme agent du Mossad, les services secrets israéliens, de 1997 jusqu'en 2002.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Le Rider : Les Juifs viennois à la Belle Epoque, Editions Albin Michel, Collection : Présences du judaïsme, 2013, ISBN 2226242090
  • Eveline Brugger, Birgit Wiedl. Regesten zur Geschichte der Juden im Mittelalter. Band 1: Von den Anfängen bis 1338. Institut für Geschichte der Juden in Österreich. StudienVerlag, Innsbruck. 2005. (ISBN 3-7065-4018-5).
  • Michaela Feurstein, Gerhard Milchram. Jüdisches Wien. Boehlau Verlag, Vienna. 2001. (ISBN 3-205-99094-3)
  • Sabine Hödl, Peter Rauscher, Barbara Staudinger (ed.) Hofjuden und Landjuden. Jüdisches Leben in der Frühen Neuzeit. Philo Verlag, Vienna. 2004. (ISBN 3-8257-0352-5)
  • Béatrice Gonzalés-Vangell, Kaddish Et Renaissance - La Shoah Dans Les Romans Viennois (1991-2001) De Robert Schindel, Robert Menasse Et Doron Rabinovici, Presses Universitaires Du Septentrion, 2005, 328 pages. (ISBN 2-85939-900-3)
  • Martha Keil, Elke Forisch, Ernst Scheiber. (ed.) Denkmale. Jüdische Friedhöfe in Wien, Niederösterreich und Burgenland Club Niederösterreich, St. Pölten. 2006. (ISBN 3-9502149-0-9).
  • Christoph Lind. "Der letzte Jude hat den Tempel verlassen": Juden in Niederösterreich 1938 – 1945. Mandelbaum Verlag, Vienna. 2004. (ISBN 3-85476-141-4)
  • Barbara Staudinger. "Gantze Dörffer voll Juden": Juden in Niederösterreich 1496-1670. Mandelbaum Verlag, Vienna. 2005. (ISBN 3-85476-165-1)
  • Thomas E. Schärf. Jüdisches Leben in Baden: Von den Anfängen bis zur Gegenwart. Mandelbaum Verlag, Vienna. 2005. (ISBN 3-85476-164-3)
  • Werner Sulzgruber. Die jüdische Gemeinde Wiener Neustadt: Von ihren Anfängen bis zu ihrer Zerstörung. Mandelbaum Verlag, Vienna. 2005. (ISBN 3-85476-163-5)
  • Nicht in einem Bett - Juden und Christen in Mittelalter und Frühneuzeit. Reihe: Juden in Mitteleuropa, Ausgabe 2005. (ISBN 91-90001-01250-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Statistisches Jahrbuch der Stadt Wien 1930–1935 (Neue Folge. 3. Band) Hrsg. von der Magistratsabteilung für Statistik. Beinhaltet die Daten für 1910, 1923 und 1934.
  2. a et b Österreichische Historikerkommission: Schlussbericht der Historikerkommission der Republik Österreich. Band 1. Oldenbourg Verlag, Wien 2003, p. 85–87
  3. a et b Österreichische Historikerkommission: Schlussbericht der Historikerkommission der Republik Österreich. Band 1. Oldenbourg Verlag, Wien 2003, p. 291–293
  4. Recensement d'Autriche, 2001
  5. Ariel Muzicant: Österreich ist anders. 12. Mai 2005. In: Der Standard, 4. Mai 2005
  6. Marijana Milijković: Von einer Blüte ist keine Rede – Dennoch tut sich was in der jüdischen Gemeinde: Der Campus im Prater eröffnet. Der Standard, 12 septembre 2008, Seite 2