Mischling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tableau de 1935 qui explique ce qu'est un Juif d'après les Lois de Nuremberg.

Mischling, qui signifie « métis » en allemand, est un terme employé sous le Troisième Reich pour désigner les personnes d'ascendance partiellement juive. Ce mot, dont l'origine est à rapprocher du « mestizo » espagnol ou du « métis » français, signifie littéralement « personne mélangée ».

Définition[modifier | modifier le code]

D'après la définition des lois de Nuremberg (1935), un Juif était :

  • soit une personne ayant au moins trois grands-parents juifs (indépendamment de son affiliation religieuse ou de son identification propre) ;
  • soit une personne ayant deux grands-parents juifs et étant elle-même de confession judaïque, ou mariée à un(e) Juif(ve).

Cas des personnes ayant au plus deux grands-parents juifs[modifier | modifier le code]

Les personnes n'étant pas de confession judaïque étaient néanmoins considérés comme :

  • Mischlings au premier degré, si deux de leurs grands-parents étaient juifs ;
  • Mischlings au second degré, si un seul de leur grand-parent juif.

Étant donné qu'au XIXe siècle, de nombreux Juifs d'Allemagne se convertirent à la religion reformée et épousèrent des chrétiens, beaucoup de Mischlings aux premier et second degrés étaient des protestants.

En 1939, le recensement du Reich dénombre environ 72 000 Mischlings au premier degré, quelque 39 000 au second, et des dizaines de milliers à des degrés plus importants.

Mischlings renommés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]