Humour juif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’humour juif est l’humour des Juifs sur le monde et sur eux-mêmes. Remontant à la Torah, aux Talmuds et au Midrash[1], il s’est diversifié selon les époques, les conditions socio-politiques, et les lieux dans lesquels se sont retrouvées les diverses communautés juives.

Actuellement, l’« humour juif » fait généralement référence à une forme plus récente, dont le centre était situé en Europe de l’Est, et s’est particulièrement développé aux États-unis : les Juifs y sont fortement représentés, que ce soit dans le vaudeville, la stand-up comedy, les films, et la télévision[2],[3].

Ce dernier humour, à base d’autodérision, est fréquemment empreint des stéréotypes des Juifs sur eux-mêmes ou des autres sur eux. Mais il peut prendre une forme plus universelle, et mettre en lumière l'absurdité de la condition humaine, de son rapport au divin, comme on le voit chez Franz Kafka.

Quelques thèmes anciens ou récents[modifier | modifier le code]

  • La religion est une source classique : interprétation des règles du chabbat, opinions de rabbin, incidents à la synagogue, relations avec les autres religions, les sujets abondent.
  • La mère juive, décrite comme abusive et persuadée que son fils est le meilleur, est un grand classique qui a d’ailleurs donné lieu à une pièce intitulée : Comment devenir une mère juive en 10 leçons, de Paul Fuks, d’après Dan Greenburg.
  • L’argent et le commerce - thèmes éculés des plaisanteries antisémites - se retrouvent aussi dans l’humour juif (parmi celles citées par Joseph Klatzmann dans L’humour juif, cette simple phrase d’une ironie amère : « Dieu aime les pauvres et aide les riches »).
    • Woody Allen a par exemple lancé la phrase suivante sur scène, pour évoquer la réputation de pingrerie des Juifs : « Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon grand-père qui me l'a vendue sur son lit de mort.  »[4]
  • L’antisémitisme lui-même est une source de plaisanteries.
    • Ainsi cette histoire : après l’assassinat du tsar Nicolas II en Russie, un représentant du gouvernement en Ukraine menace un rabbin : « Je suppose que tu sais qui est derrière ça. » « Ach, répond le rabbin, je n’en sais rien, mais de toute façon le gouvernement va conclure comme d’habitude : ce sera la faute des Juifs et des ramoneurs. » Étonné, l’homme du gouvernement demande : « Pourquoi les ramoneurs ? » Le rabbin lui répond : « Pourquoi les Juifs ? »
    • Autre exemple, en Allemagne au début du nazisme : un Juif rencontre dans un café un autre Juif, un ami qui lit le journal antisémite Der Stürmer. « Mais comment, tu lis cette horreur ? » « Bien sûr ! Quand je lis de la presse juive, il n’y a que des mauvaises nouvelles, des persécutions, de l’antisémitisme partout… Alors que dans ce journal, il est écrit que nous sommes les maîtres du monde et contrôlons tout, c’est quand même plus réconfortant ! »
    • Une autre : « pourquoi le violon est-il l’instrument favori des musiciens juifs ? Parce que c’est plus facile à emporter qu’un piano en cas de pogrom. »
  • L'autodérision : Exemple : « Pourquoi les juifs ne prennent-ils pas d'aspirine ? Réponse : Parce que ça enlève la douleur ! »[5],[6],[7]
  • L'absurde : Exemple  : « - Mon fils, j'ai une devinette pour toi  : qu'est-ce qui est vert, humide, accroché au mur et qui siffle ? Le fils  : - Hum, je ne sais pas papa... Le père  : - C'est un hareng. Le fils  : - Un hareng ? Mais ce n'est pas accroché au mur ! Le père  : - Si, si tu l'accroches au mur, ça peut être accroché au mur. Le fils  : - Mais ce n'est ni vert ni humide ! Le père  : - Si, si tu le peints en vert il sera vert et quand la peinture n'est pas sèche il est humide. Le fils  : - Mais il ne peut pas siffler ! Le père  : - Ah ! Ca, c'était juste pour que la devinette ne soit pas trop facile ! »[8]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, son plus célèbre représentant pour les Français est Woody Allen, ce dernier étant devenu pour eux l’image même de l’humour juif new-yorkais. Plus tôt dans l’histoire du cinéma, les Marx Brothers sont brillamment passés des scènes de Broadway au grand écran. Citons également Jerry Lewis, Jim Abrahams, Larry David ou Jerry Seinfeld. Et si l’inspiration juive de Charlie Chaplin est controversée, le barbier du Dictateur est explicitement issu du monde juif en butte aux persécutions nazies.

Plusieurs grands écrivains, comme Saul Bellow ou Isaac Bashevis Singer, ont illustré l’humour juif dans la littérature américaine.

En France[modifier | modifier le code]

La littérature française est riche d’écrivains juifs connus pour leur humour, et pourtant ceux-ci, d’André Maurois à René Goscinny en passant par Georges Perec ou Jacques Lanzmann, pratiquent un humour non communautaire, dont les thèmes ne se réfèrent pas à leurs origines.

Un auteur qui échappe à cette règle est Tristan Bernard. Pendant l’Occupation, devant la persécution qui menace, il a cette phrase : « Peuple élu, peuple élu ? Vous voulez dire en ballotage[9] ? »

De son côté, Pierre Dac, figure importante de Radio Londres pendant l’Occupation, met son humour au service de la Résistance et du patriotisme[10], et, lorsqu’il se réfère au fait qu’il est juif, c’est pour brocarder les « collaborateurs » au nom de son frère, mort au champ d’honneur pendant la Grande Guerre[11].

De nos jours, l’humour juif, sur scène, est représenté par des comédiens comme Popeck, et dans certains de leurs sketches par Michel Boujenah, Élie Semoun[12], Élie Kakou, Gad Elmaleh[13] et d’autres. L’incarnation même de la mère juive dans plusieurs films et pièces est la comédienne Marthe Villalonga.

Au cinéma, des exemples d’humour juif sont, en France, Les Aventures de Rabbi Jacob (1973), Lévy et Goliath (1987), tous deux de Gérard Oury, et, autour du quartier parisien du Sentier et des Sépharades, La Vérité si je mens ! (1997) et sa suite (2001). Le Tango des Rashevski (2003) présente avec humour les questions relatives à la conversion au judaïsme.

Les albums de la bande dessinée Le Chat du rabbin de Joann Sfar, situés dans l’Algérie des années 1930, marquent un renouveau de l’humour juif.

Le dessinateur Olivier Ranson, dessinateur de presse d’actualité (Le Parisien), manie aussi volontiers l’humour juif, dans des magazines ou dans des bandes dessinées comme La vérité, ma mère. Les aventures de Supfermann[14] où il met en scène une variante de Superman ashkénaze.

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Roi des Schnorrers, roman d’Israel Zangwill paru en 1894, est un classique de l’humour juif qui met en scène l’affrontement burlesque d’un philanthrope ashkénaze et d’un mendiant (un « Schnorrer ») sépharade aussi misérable que beau parleur, héros qui a inspiré aussi bien des personnages de Singer que le Mangeclous d’Albert Cohen.

En URSS[modifier | modifier le code]

La littérature soviétique comptait de nombreux auteurs de « nationalité juive » dont certains ont écrit des chefs-d’œuvres humoristico-satiriques. Par exemple, Les Douze chaises, d’Ilya Ilf et Evguéni Pétrov.

En Pologne[modifier | modifier le code]

Les szmonces désignèrent au cours du XIXe siècle en Pologne, une blague, un sketch, une histoire courte, basé à la fois sur l’humour juif et le langage particulier de la communauté Ashkénaze basé sur un parler polonais emprunt de termes yiddish. Les szmonces rencontrèrent un réel succès dans un certain nombre de cabarets en Autriche-Hongrie et surtout en Pologne avant la Seconde Guerre mondiale. Le Szmonce est un terme yiddish signifiant « sourire » et désignant une plaisanterie ou un non-sens en Europe centrale et particulièrement en Pologne.

Certains auteurs polonais furent à la base de ce registre humoristique et moqueur, basé sur les jeux de mots, tels que Julian Tuwim ou Konrad Tom.

En Israël[modifier | modifier le code]

Le duo composé par Shimen Dzigan (en) et Ysrael Szumacher (en) a donné de nombreux spectacles en yiddish à travers le monde, tourné dans un film (Nos enfants, 1951), et enregistré plusieurs disques de sketches après la guerre[Laquelle ?]. Originaires de Pologne où ils étaient déjà célèbres, ils ont émigré en Israël et perpétué l’esprit des conteurs ashkénazes en renouvelant leur inspiration au contact de la vie moderne.

Ephraïm Kishon (1924-2005) est un symbole de l'humour israélien, plutôt que de l'humour juif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français
  • Simon Debré, L’Humour judéo-alsacien, Rieder, 1933
  • Josy Eisenberg, Mots de tête, Éditions David Reinharc, 2010 (ISBN 978-2-35869-009-6)
  • Josy Eisenberg, Ma plus belle histoire d'humour : Les meilleures blagues juives, Éditions David Reinharc, 2011, 150 p. (ISBN 978-2358690102)
  • François Jouffa, Sylvie Jouffa, Frédéric Pouhier, préface de Jacky Jakubowicz, L'Officiel de l'humour juif, First éditions, 2012.
  • Joseph Klatzmann, L’Humour juif, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 3370), 128 p. , 1998 (ISBN 2-13-049141-3), 2eéd. 1999 (ISBN 2-13-049141-3), 3e éd. 2002 (ISBN 2-13-052855-4), 4e éd. 2008 (ISBN 978-2-13-056630-4)
  • Sonia Medina, Rouge Harissa (préface d’Albert Memmi), Éditions David Reinharc, 2009. Prix du Meilleur Livre d’humour juif. (ISBN 978-2-84828-118-6)
  • Marc-Alain Ouaknin et Dory Rotnemer, La Bible de l’humour juif, Ramsay, 1995 ; rééd. J'ai lu, 2002. Nouvelle édition refondue, précédée d'un Tractatus Judaeus Humoristicus, « petit traité sur l’humour juif ». Michel Lafon, 2012
  • Gérard Rabinovitch, Comment ça va mal ? L’humour juif un art de l’esprit, Bréal, Paris, 2009, 208 p.  (ISBN 978-2-7495-0919-8)
  • Leo Rosten, Les Joies du yiddish, 1968, édition française 1994 (traduction française par Victor Kuperminc), éditions Calmann-Lévy (ISBN 2-7021-2262-0) ; éd. en Livre de poche, 1995
  • Judith Stora-Sandor, L’Humour juif dans la littérature : de Job à Woody Allen, PUF,‎ 1984, 349 p. (ISBN 2-13-038462-5)
  • Judith Stora-Sandor (dir.), Le Rire élu : anthologie de l'humour juif dans la littérature mondiale, Gallimard, 2012
  • Richard Zeboulon, Petite Anthologie de l’humour juif, tomes 1 (2005) et 2 (2006), éditions Le Bord de l’eau
  • L'Humour juif - anthologie littéraire, édition conçue et présentée par Alain Oppenheim, coll. « Omnibus », 2012
  • La Vie éternelle, de Sholem Aleikhem, textes choisis et traduits du yiddish par Arthur Langerman et Ariel Sion, Metropolis
  • Le Goût de l'humour juif, textes choisis et présentés par Franck Médioni, Mercure de France, coll. «Le Petit Mercure»
Autres langues
  • Jay Allen, 500 Great Jewish Jokes, Signet, 1990. ISBN 0-451-16585-3.
  • Noah BenShea, Great Jewish Quotes, Ballantine Books, 1993. ISBN 0-345-38345-1.
  • Arthur Berger, The Genius of the Jewish Joke, Jason Aronson, 1997. ISBN 1-56821-997-0.
  • Milton Berle, More of the Best of Milton Berle's Private Joke File, Castle Books, 1996 ISBN 0-7858-0719-5.
  • David Minkoff, Oy! The Great Jewish Joke Book', JR Books, 2008. ISBN 978 1 906217 62 4.
  • Elliot Oring, The Jokes of Sigmund Freud, Univ. of Pennsylvania Press, 1984. ISBN 0-8122-7910-7.
  • Richard Raskin, Life Is Like a Glass of Tea. Studies of Classic Jewish Jokes, Aarhus University Press, 1992. ISBN 87-7288-409-6.
  • Michel Steiner, Freud et l'humour juif, éditions In Press, postface de Fabienne Biégelmann,‎ 9 mai 2012, 250 p. (ISBN 978-2-84835-2367)
  • Joseph Telushkin, Jewish Humour: What the Best Jewish Jokes Say About the Jews, Harper Paperbacks, 1998. ISBN 0-688-16351-3.
  • Simcha Weinstein, Shtick Shift: Jewish Humor in the 21st Century, Barricade Books, 2008. ISBN 1-569-80352-8.
  • Michael Wex, Born To Kvetch: Yiddish Language and Culture in All Its Moods, St. Martin's Press, 2005
  • Ralph Woods,The Joy of Jewish Humour, Simon & Schuster, 1969. ISBN 0-671-10355-5.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple, selon les rabbins, le nom d’Isaac, qui signifie « il rira », est aussi une allusion au sort ironique du peuple juif, « L’éclat de rire ironique, qui accompagne le juif sur sa marche à travers l’histoire, nous confirme que cette marche s’effectue sous la conduite divine ; il ne le trouble aucunement, car il a été préparé, dès le début, à ce ricanement » — S.R. Hirsch, cité par Elie Munk, La voix de la Thora, comm. de Genèse 17:19.
  2. Bien que les nombres soient inévitablement flous, Paul Chance, révisant le livre de Lawrence Epstein, intitulé The Haunted Smile: The Story Of Jewish Comedians In America (Psychology Today, Jan-Feb, 2002), écrit que « si les Juifs font environ 3 % de la population américaine, 80 % des comiques professionnels sont des Juifs » — accédé le .
  3. Le comédien Mark Schiff, réalisant la revue du même livre sur Jewlarious.com, écrit que la plupart des comiques à succès des années 1950, 1960 et 1970.
  4. Woody Allen- Stand up comic: My Grandfather
  5. Exemple d'humour Yiddish ou Ashkénaze selon Stéphane Zagdanski le 26 juillet 2013 sur France-Inter dans " Remède à la mélancolie" par Eva Bester
  6. http://www.franceinter.fr/emission-remede-a-la-melancolie-les-remedes-de-stephane-zagdanski
  7. Les Joies du Yiddish, Leo Rosten, 1968, édition française 1994 (traduction par Victor Kuperminc), éditions Calmann-Lévy, (ISBN 2702122620) ; Livre de Poche, 1995
  8. Exemple d'humour Yiddish ou Ashkénaze selonStéphane Zagdanski le 26 juillet 2013 sur France-Inter dans " Remède à la mélancolie" par Eva Bester
  9. Roger Peyrefitte, Les Juifs, Flammarion, 1965, p. 208 : Lors d’une conférence donnée à Cannes au début de l’occupation allemande, Tristan Bernard déclare : « J’appartiens à la race élue… pour le moment en ballottage. »
  10. « Les résistants de 1945 sont parmi les plus glorieux et les plus valeureux combattants de la Résistance, ceux qui méritent le plus d’estime et le plus de respect parce que, pendant plus de quatre ans, ils ont courageusement et héroïquement résisté à leur ardent désir de faire de la Résistance. » Pierre Dac, Les Pensées, 1972.
  11. Pierre Dac, le rire de Résistance, Le Nouvel Observateur, 4 décembre 2008.
  12. Élie Semoun, dans un sketch se déroulant pendant une incinération, fait dire à son personnage à propos des fours employés qu’ils sont de bonne qualité car allemands : « Ils ont fait leurs preuves » - type même d’une plaisanterie qui dite par un non-juif (son ancien compère Dieudonné, par exemple) serait antisémite ou considérée comme telle.
  13. Dans son spectacle La Vie normale (2001), Gad Elmaleh met par exemple en scène un nouveau riche racontant une Bar Mitsva délirante, pour laquelle il a fait venir en jet privé un rabbin pour son fils.
  14. La vérité, ma mère. Les aventures de Supfermann, par Olivier Ranson.