Histoire des Juifs en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Histoire des Juifs en Suisse remonte à plus de mille ans.

L'Encyclopaedia Judaica mentionne un premier document datant de 1214, des persécutions en 1294 à Bern, et des bannissements en 1620 et en 1776, malgré un confinement aux villages de Lengnau et Endingen, dans le canton de Aargau. On compte au XVIIIe siècle, 553 en suisse.

En 1876, les Juifs obtiennent leurs droits civiques et la liberté de circulation. En 1920, la population juive atteint un pic avec 21 000 personnes (0.5% de la population).

En 1920, Ernst Levy quitte la Suisse pour créer le Chœur philharmonique de Paris.

De 1926 à 1931, Albert Cohen occupe un poste de fonctionnaire attaché à la Division diplomatique du Bureau international du travail, à Genève. Il trouvera dans cette expérience l'inspiration qui lui permettra de construire l'univers d'Adrien Deume et de Solal des Solal pour Belle du Seigneur.

De 1955 à 1965, Paul Guggenheim (en), juge du Tribunal International de La Haye, enseigna à l'Institut universitaire des hautes études de Genève.

En 1966, Nessim Gaon devient leader de la communauté juive de Khartoum et leader de la diaspora juive ashkénaze et séfarade de Genève.

En 1981, Elias Canetti reçoit le prix Nobel de littérature.

Le 9 décembre 1999, Ruth Dreifuss est la première femme à être présidente de la Confédération.

En 2000, la Démographie de la Suisse compte 17,914 juifs (0.2% de la population). Un tiers vivent dns le canton de Zurich (6,252 personnes).

En 2010, Jean Starobinski confie son fonds d'archives, constitué de plus de 40 000 livres, aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]