Ian Kershaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ian Kershaw en 2012.

Sir Ian Kershaw, né le à Oldham, est un historien britannique connu pour ses travaux sur la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler et le nazisme. Il est l'auteur d'une biographie en deux tomes qui est une des principales références actuelles sur le dictateur allemand, ainsi que de l'ouvrage intitulé Hitler – Essai sur le charisme en politique, qui explique comment la dictature nazie a pu s'installer. Il en voit les causes primordiales dans Adolf Hitler lui-même, la forte xénophobie traditionnelle, une société déboussolée, des élites inconscientes et autoritaires, enfin le traumatisme de la Première Guerre mondiale et la guerre civile qui a suivi : l'une des avancées marquantes de son analyse du système hitlérien repose sur la notion de pouvoir charismatique.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Ian Kershaw fait ses études supérieures à Liverpool et par la suite au Merton College à Oxford. Maître de conférence dans les années 1980 en histoire médiévale puis moderne, il est en 1983 professeur invité en histoire contemporaine, à l'université de la Ruhr à Bochum en Allemagne. En 1989, il est nommé professeur titulaire à l'Université de Nottingham, et, depuis 1989, il a été nommé professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Sheffield. Il est actuellement membre de la British Academy, de la Royal Historical Society, du Wissenschaftskolleg de Berlin et de l'Alexander von Humboldt Stiftung de Bonn.

Il a été fait Chevalier en 2002[1].

Recherches[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Ian Kershaw est le principal disciple de Martin Broszat (1926-1989), historien allemand spécialiste de la période du nazisme et structuraliste qui voyait l'histoire comme une science sociale qui devait se concentrer sur la société et sa culture, plutôt que sur des individus précis, pour expliquer le passé. Bien que Ian Kershaw ait été en désaccord avec lui sur certains points, il reprend beaucoup de conclusions et des méthodes de ses travaux.

Si Ian Kershaw a ainsi exprimé son désaccord en ce qui concerne la thèse du « dictateur faible », qui veut qu'Hitler ait été un acteur relativement peu important dans l'histoire du Troisième Reich, il reprend néanmoins les idées qu'Hitler ne jouait pas un rôle important dans l'organisation quotidienne du Reich ce qui fait plutôt du Führer un « dictateur paresseux » (« lazy dictator »), mais également qu'Hitler était indispensable à la mise en place de cette dictature et qu'il n'était pas un pion. Il renvoie dos à dos les théories libérales, qui voudraient qu'Hitler soit le mal incarné et que la société et les gouvernants traditionnels n'étaient pour rien dans l'installation du régime nazi[réf. nécessaire], et les théories marxistes qui ne voient en Hitler qu'un pion interchangeable et pour qui la cause du régime était à voir dans l'État, les élites et les grandes industries allemandes.

Deux de ses ouvrages, parus en France en 1995, entendent dépasser la problématique du totalitarisme[2]. Après avoir recensé les spécificités du nazisme à l'égard du stalinisme, il préfère avoir recours, dans son domaine d'étude, au concept de « pouvoir charismatique » (à partir de la notion de charisme de Max Weber).

Publications de Ian Kershaw (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • (en) Der Hitler-Mythos – Volksmeinung und Propaganda im Dritten Reich, Stuttgart, 1980 ; édition anglaise : The “Hitler Myth” – Image and Reality in the Third Reich, Oxford, 1987.
  • Qu'est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation, Gallimard, coll. « Folio », Paris, 1992 ; rééd. 1999 (éd. originale : The Nazi Dictatorship – Problems and Perspectives of Interpretation, Londres, 1985).
  • (en) (dir.), Weimar – Why did German Democracy Fail ?, Londres, 1990.
  • Hitler – Essai sur le charisme en politique, Gallimard, Paris, 1995 (éd. originale : Hitler. A Profile of Power, Longman, Londres, 1991).
  • L’Opinion allemande sous le nazisme – Bavière 1933-1945, CNRS Éditions, Paris, 1995 ; réédité en poche en 2010.
    Voir à ce propos Christian Ingrao, « lan Kershaw, L'opinion allemande sous le nazisme. Bavière 1933-1945 », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1998, vol. 53, n°1, pp. 176-177 Lire en ligne.
  • (en) Avec Moshe Lewin (dir.), Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison, Cambridge University Press, 1997.
  • Hitler, tome 1 : 1889-1936, Flammarion, 1999, 1157 p. (éd. originale : Hitler, 1889-1936 : Hubris, Penguin Books, Londres, 1998).
  • Hitler, tome 2 : 1936-1945, Flammarion, 2000, 1632 p. (éd. originale : Hitler, 1936-1945 : Némésis, Penguin Books, Londres, 1999).
  • La chance du diable, Flammarion, 2009.
  • Choix fatidiques – Dix décisions qui ont changé le monde, 1940-1941 (traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat), Éditions du Seuil, Paris, 2009, 813 p. (ISBN 978-2-02-080325-0) (éd. originale : Fateful Choices – Ten Decisions that Changed World, 1940-1941, Penguin Books, Londres et New York, 2007 (ISBN 978-0-713-99712-5) [PDF] [recension par Gerhard L. Weinberg, University of North Carolina, publiée par H-Diplo le 4 novembre 2007]
  • La Fin (traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat), Éditions du Seuil, Paris, 2012 (ISBN 978-2-02-080301-4) (éd. originale : The End ,Allen Lane).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Cabanes et Édouard Husson, « Ian Kershaw, le biographe de Hitler (portrait) », in L'Histoire, no 237, novembre 1999, p. 28-29.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. London Gazette : n° 56595, p. 1, 15-06-2002
  2. Voir aussi de Ian Kershaw, « L'introuvable totalitarisme » (entretien), Magazine littéraire, no 337, novembre 1995, p. 61-63.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :