Hugues Ier de Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugues Ier.
Le sceau d'Hugues.

Hugues Ier de Champagne (né en 1074 et mort en 1126), est le troisième fils du comte Thibaut Ier de Champagne et d'Adélaïde de Valois.

En janvier 1093 il devient comte de Troyes, de Vitry et Bar-sur-Aube. En 1102 il se dit premier comte de Champagne, bien qu'il ne le tienne pas en entier.

Il eut pour épouses : En 1094, Constance de France († 1125), fille du roi Philippe Ier de France. Ce mariage fut annulé en 1105 faute d'enfants ; En 1110, Isabelle de Bourgogne, fille du comte Étienne Ier de Bourgogne dit Tête Hardie. En 1123 Isabelle donne tardivement naissance à un fils prénommé Eudes de Champlitte. Hugues ne reconnaît pas l'enfant et chasse la mère et son fils.

N'ayant pas participé à la première croisade, le comte assiste et donne son consentement en 1104 avant son départ pour un premier séjour en Palestine à une Charte du duc Hugues II de Bourgogne en faveur du prieuré Saint-Marcel de Fleurey-sur-Ouche[1]. Il part cette même année et rentre en 1107 de Palestine. En août 1114, il repart en Terre sainte accompagné de Hugues de Payns. Ce dernier est l'un des fondateurs et maître de l'ordre du Temple en 1118 à Jérusalem

Revenu en 1116, le comte favorise l'expansion de l'abbaye de Clairvaux fondée en partie grâce à ses fonds par saint Bernard de Clairvaux. En 1125, il abdique, transmet son héritage à son neveu Thibaut IV de Blois et rejoint l'ordre du Temple en Terre sainte. Thibaut IV de Blois renonce au titre de comte de Champagne et emploie uniquement celui de comte de Blois.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Francçis Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, 1837.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un religieux bénédictin de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, Histoire générale et particulière de Bourgogne..., Dijon chez Antoine de Fay, 1739, p.284-285.