Eudes II de Blois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Eudes Ier de Troyes

Eudes II de Blois[1] dit Eudes le Champenois (v. 983 – 15 novembre 1037 tué dans une bataille à Commercy), fut comte de Blois, de Châteaudun, de Chartres, de Reims, de Tours, de Beauvais, de Provins et de Sancerre à partir de 1004 et comte de Troyes et de Meaux à partir de 1022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du comte Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne, il succède au titre de comte de Blois à son frère aîné Thibaut II mort en 1004.

Il épouse, vers 1003/1004, Mathilde de Normandie, sœur du duc Richard II de Normandie. Devenu veuf peu de temps après ce mariage, et n'ayant pas eu d'enfant avec Mathilde, il refuse de restituer, selon l'usage, la dot de son épouse, constituée de la moitié du comté et du château de Dreux. Au cours du conflit qui s'ensuivit avec Richard II, il subit une défaite par son ex-beau-frère mais, sauvé grâce à l'intervention du roi Robert II de France, lequel a épousé sa mère Berthe de Bourgogne, il peut garder la dot.

Il épouse en secondes noces Ermengarde d'Auvergne, fille du comte Guillaume IV d'Auvergne.

En 1015, Eudes II échange une partie du comté féodal de Beauvais contre la ville de Sancerre avec l'évêque Roger[2].

À une date inconnue entre 1021 et 1023, le comte Étienne Ier de Troyes meurt sans successeur et sans héritier clairement nommé. Le roi Robert se charge de gérer la succession qu’il cède sans difficulté à Eudes II de Blois, le fils de sa deuxième épouse Berthe de Bourgogne, et surtout cousin germain d’Étienne[3].
Quelques mois plus tard une crise éclate. L’archevêque de Reims Ebles de Roucy fait part au roi des mauvaises actions du comte Eudes II de Blois qui accapare tous les pouvoirs à Reims au détriment du prélat. Robert, en tant que défenseur de l’Église, décide, sans le consentement de quiconque, de retirer la charge comtale à Eudes. Ce dernier, furieux, s’impose à Reims par la force. En outre, le roi Robert n’est pas soutenu, sa justice est mise à mal. Ses fidèles Fulbert de Chartres et Richard II de Normandie soutiennent Eudes de Blois en avançant que le roi ne doit pas se comporter en « tyran ». Convoqué par Robert en 1023, le comte de Blois informe courtoisement son roi qu’il ne se déplacera pas et ce dernier n’a ni les moyens de l’obliger ni les moyens de saisir son patrimoine comtal, car ces terres n’ont pas été données personnellement par Robert à Eudes, ce dernier les ayant acquises de ses ancêtres[4]. En 1024, après une réunion des grands à Compiègne qui lui suggèrent l’apaisement avec Eudes de Blois, le roi Robert doit lui confirmer ses possessions.

Eudes II de Blois s'est aussi attaqué au duc Thierry Ier de Lorraine et au comte Ferri de Toul. Il réussit à leur conquérir des territoires sur lesquels il construit des forteresses : Bourmont dans le Bassigny et Vaucouleurs sur la Meuse. Se sentant menacé, l'empereur Henri II réussira à les faire détruire

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse, vers 1003/1004, Mathilde de Normandie, sœur du duc Richard II de Normandie. Elle meurt sans decendance peu après.

Il épouse en secondes noces Ermengarde d'Auvergne, fille du comte Guillaume IV d'Auvergne[5], dont il eut quatre enfants :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Généalogie d'Eudes II de Blois sur le site Medieval Lands
  2. Jean-Pierre Brancourt, Edme Baugier, L'intendance de Champagne à la fin du XVIIe siècle, 1983, p. 62
  3. L. Theis, Robert le Pieux. Le roi de l’an mil, Perrin, Paris, 1999, p. 165 - 169
  4. L. Theis (1999), p. 169-171.
  5. Guillaume IV d'Auvergne, père d'Ermengarde, épouse de Eudes II de Blois
  6. (en) Généalogie de Geoffroy II de Preuilly sur le site Medieval Lands

Liens externes[modifier | modifier le code]