Souvigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvigny (homonymie).
Souvigny
Église de Souvigny.
Église de Souvigny.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Souvigny
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Moulins
Maire
Mandat
Jean-Claude Albucher
2014-2020
Code postal 03210
Code commune 03275
Démographie
Population
municipale
1 991 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 08″ N 3° 11′ 34″ E / 46.5355555556, 3.1927777777846° 32′ 08″ Nord 3° 11′ 34″ Est / 46.5355555556, 3.19277777778  
Altitude Min. 224 m – Max. 357 m
Superficie 44,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Souvigny

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Souvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souvigny

Souvigny est une commune française située dans le département de l'Allier en région Auvergne. Berceau de la famille des Bourbons, elle est l'ancienne capitale du Bourbonnais naissant. La ville est traversée par la Queune et son affluent le Ris Malnoce.

Aujourd'hui chef-lieu de canton de l'Allier, Souvigny conserve un patrimoine exceptionnel lié à sa filiation à la puissante abbaye de Cluny : le plus lointain ancêtre connu des Bourbons (Aymar, viguier de Deneuvre), avait fait don de terres à l'abbaye de Cluny et cet ordre y avait bâti un de ses principaux prieurés ; et à la présence de la nécropole des ducs de Bourbonnais et d'Auvergne.

En 1993, Souvigny est désignée comme « grand site de la région d'Auvergne » pour bénéficier d'une mise en valeur de sa richesse architecturale, puis en 2003 « grand sanctuaire roman d'Auvergne » afin de restaurer son église prieurale en grande partie gothique.

Les musées et jardins et leurs expositions annuelles, ainsi que les visites de l'église qui y sont organisées, permettent aux visiteurs de redécouvrir son histoire avec sa pièce maîtresse, la colonne du Zodiaque (XIIe siècle). Depuis quelques années, le tourisme vert en pays de Souvigny se développe ; les passionnés d'églises romanes ou gothiques, de châteaux et de randonnées profitent de son bocage préservé.

Outre les gisants des derniers ducs de Bourbonnais, l'église prieurale, plus vaste édifice religieux du département de l'Allier, conserve les reliques de plusieurs saints parmi lesquelles celles de deux abbés de Cluny morts à Souvigny : Mayeul, 4e abbé (mort en 994), et Odilon son successeur (mort en 1049). Les sondages et les fouilles archéologiques de novembre 2001 et janvier 2002 ont mis au jour leurs sépultures oubliées depuis les violentes déprédations de la Révolution. Des fresques redécouvertes sous un enduit de chaux, datant du duc Louis II de Bourbon, duc de Bourbonnais et d'Auvergne, comte de Forez…, sont en cours de mise à jour. Elles sont très proches dans leur style de celles de la chapelle souterraine de l'église de Saint-Bonnet le château, en Forez.

L'orgue historique de François-Henri Clicquot, facteur d'orgue du roi Louis XVI, est la dernière adjonction à l'église (1783 - classé M.H.).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Souvigny se trouve au cœur du bocage bourbonnais, sur la D 945 entre Nevers (60 km au nord) et Clermont-Ferrand (90 km au sud). Ce chef-lieu de canton est situé à la pointe sud du “triangle des Bourbons”, à équidistance de la cité thermale de Bourbon-l'Archambault (12 km à l'ouest) et la préfecture-capitale du département de l'Allier, Moulins (12 km à l'est).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Souvigny se trouve sur la ligne de transport routier entre Montluçon et Moulins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 2001 Georges Fleury UDF Conseiller général
2001 2008 Jean-Claude Albucher Divers droite  
2008 2014 Christian Soteau    
2014 en cours Jean-Claude Albucher[1] Divers droite  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 991 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 900 2 436 2 444 2 420 2 691 2 777 2 850 2 972 3 052
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 803 2 805 3 017 2 951 2 927 3 373 3 315 3 291 3 131
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 068 3 078 2 878 2 547 2 623 2 545 2 315 2 227 2 241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 259 2 212 2 119 1 929 2 024 1 952 1 980 1 958 1 935
2011 - - - - - - - -
1 991 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Une importante verrerie a existé pendant deux siècles à Souvigny, de 1775 à 1979.

Article détaillé : Verrerie de Souvigny.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Prieurale Saint-Pierre et Saint-Paul
de Souvigny
Souvigny, église Saint-Marc
Souvigny, porterie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mayeul de Cluny (910-994), quatrième abbé de Cluny. Décédé à Souvigny.
  • Claude Billard (1550-1618), né à Souvigny, dramaturge.
  • Sosthène Patissier (1827-1910), avocat, député de l'Allier (1871-1881), conseiller général du canton de Souvigny (1871-1898) et vice-président du conseil général (1883-1898). Il demeurait à Souvigny, dans sa propriété de L'Églantier, au sud de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'azur à une clef d'or senestrée d'une épée haute d'argent, garnie d'or. L'écu est surmonté d'une couronne murale à trois tours, une branche de chêne fruitée à dextre et une branche de châtaignier à senestre. Délibération du conseil municipal du 25 mars 1997. Approbation de la Commission Nationale d'Héraldique en date du 27 mai 1997.Blason de la ville de Souvigny

Voir aussi[modifier | modifier le code]

= Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 6 juin 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011