Canal latéral à la Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 28′ 47″ N 3° 58′ 56″ E / 46.47972222, 3.98222222

Canal latéral à la Loire
Pont-canal du Guétin.
Pont-canal du Guétin.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Régions Bourgogne, Centre
Départements Saône-et-Loire, Nièvre, Cher, Loiret
Début Digoin
46° 28′ 57″ N 3° 59′ 14″ E / 46.482489, 3.987275  
Fin Briare
47° 38′ 49″ N 2° 45′ 29″ E / 47.646966, 2.758126  
Franchit Loire, Besbre, Acolin, Abron, Allier, Aubois
Connexions Canal du Centre, canal de Briare, canal latéral de Roanne à Digoin, canal du Nivernais
Caractéristiques
Statut actuel En service
Longueur 196,061 km
Altitudes Début : 234,60 m
Fin : 136,92 m
Maximale : 234,60 m
Minimale : 136,92 m
Dénivelé 97,68 m
Gabarit Freycinet
Mouillage 2,2 m
Alimentation Abron, Acolin, Allier, Arroux, Besbre, Collâtre, Loire, canal de Briare
Usage Navigation
Infrastructures
Ponts-canaux 3
Écluses 37
Hauteur des chutes d'écluses Moyenne : 2,7 m
Maximale : ? m
Ports 26
Histoire
Année début travaux 1822
Année d'ouverture 1838
Concepteur Pierre-Olivier Lebasteur, Paulin Talabot, Pierre-Alexandre-Adophe Jullien
Administration
Propriétaire France
Jonction canal latéral à la Loire et canal de Roanne à Digoin

Le canal latéral à la Loire, ouvert en 1838, est un ouvrage hydraulique qui va de Digoin à Briare. Long de 196 km, il débute en Bourgogne dans le département de Saône-et-Loire, traverse celui de la Nièvre, pénètre en région Centre et rejoint le canal de Briare au sud-est du Loiret. Il permet avec d'autres ouvrages la liaison du Rhône à la Seine.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Canal latéral au gabarit Freycinet longeant la Loire.

D'une longueur exacte de 196,061 km, le canal comporte 37 écluses et relie les villes de Digoin (Saône-et-Loire) et de Briare (Loiret). Ces chiffres ne comprennent pas ses nombreux embranchements et leurs écluses.

Il débute au cœur de la ville de Digoin, au Port Campionnet, où il est connecté au canal du Centre qui, lui, rejoint la Saône à Chalon-sur-Saône, et donc le bassin du Rhône.
Puis il franchit la Loire par un grand pont-canal, et accueille vite sur sa rive gauche, à Chavane, le canal de Roanne à Digoin qui est son prolongement vers le sud.

À Decize, importante base de tourisme fluvial, un embranchement passant par le lit du fleuve donne accès au canal du Nivernais.

Peu avant de traverser l'Allier au moyen du pont-canal du Guétin, un embranchement permet de joindre Nevers.
Peu après le pont-canal et sa double écluse, le canal reçoit sur sa gauche les eaux de l'Allier par l'intermédiaire de la rigole des Lorrains (ou d'Apremont) qui comporte une curieuse écluse ronde à son origine, à 3 km en amont, et fut navigable. Sur sa droite, le canal reçoit peu après un autre embranchement par lequel les bateaux pouvaient aller charger à Fourchambault, sur l'autre rive de la Loire.

À Marseilles-lès-Aubigny, ancienne cité batelière importante, se voit encore l'ancienne embouchure du canal de Berry, déclassé en 1955.
Après être passé au pied de la colline de Sancerre, où un autre embranchement lui permet de rejoindre la Loire, le canal arrive à Châtillon-sur-Loire où il devait autrefois traverser la Loire dans son lit-même, entre deux digues. À présent il suit un tracé moins périlleux qui l'amène à Briare par le grand pont-canal du même nom.

Enfin, après 2 km et un ultime pont-canal sur la Trézée à la Cognardière, il se connecte au canal de Briare. Par celui-ci et le canal du Loing qui le prolonge, le bateau peut continuer sa route jusqu'en Seine.

Double écluse de Guétin donnant accès au pont-canal
Embranchement de Nevers
Bassin de Marseilles-lès-Aubigny
À Digoin, le pont-canal permet au canal latéral à la Loire de franchir la Loire, afin d'aller se connecter au canal du Centre dans Digoin.
Port de plaisance de Saint-Thibault-sur-Loire. Colline de Sancerre visible au loin
Trafic de plaisance à Briare
  • Altitude à Digoin : 234,60 m
  • Altitude à Briare : 136,92 m

Chute moyenne des écluses : 2,70 m

Bref historique[modifier | modifier le code]

Les plans initiaux sont de l'ingénieur Louis Didier Jousselin sous la Restauration[1].

Compagnie concessionnaire : Compagnie des quatre canaux jusqu'en 1860, puis rachat par l'État. Ingénieurs : Jullien, Lejeune, Vigoureux. Début des travaux : 1827. Ouverture du canal en 1838[2],[3].

Modernisation Freycinet : Léonce-Abel Mazoyer (1846-1910) de 1890 à 1896. Cette modernisation s'achève avec la mise en service du pont-canal de Briare en septembre 1896.

Le « nouveau » canal latéral à la Loire et le pont-canal de Briare[modifier | modifier le code]

Pour améliorer la fluidité du trafic sur la grande ligne ligérienne de Digoin à Briare et son prolongement vers le Bassin Parisien par les canaux de Briare et du Loing, un pont-canal en acier doux fut construit à partir de 1890 et ouvert en 1896 pour permettre au canal latéral à la Loire (réalisé entre 1822 et 1838), de traverser la Loire bien plus facilement qu'auparavant, où il devait emprunter le lit du fleuve sur 1 km sur la commune de Châtillon-sur-Loire. Ce pont-canal, établi à Briare, permit ainsi une connexion plus facile, 3 km plus loin à la Cognardière, du canal Latéral avec le canal de Briare. Il est l'œuvre de l'ingénieur-en-chef Léonce-Abel Mazoyer.

Le pont-canal de Briare, qui appartient au canal latéral à la Loire (et non au canal de Briare) est établi sur quatorze piles, construites sur des caissons profonds de 5 à 8 m. Sur ces piles est posée une poutre métallique unique qui supporte une cuvette en U qui contient plus de 13 000 tonnes d'eau (2,2 m de profondeur). La largeur du pont, chemins de halages compris, est de 11,5 m ; sa longueur de 662,7 m.

En plus de franchir la Loire, le pont-canal franchit l'ancien canal latéral de 1838.

Huit vannes permettent de vider le pont-canal en cas de gel sévère.

Article détaillé : Pont-canal de Briare.

Ouvrages remarquables[modifier | modifier le code]

Le canal Latéral à la Loire comprend certains des plus fameux ouvrages de la voie d'eau et notamment le grand pont-canal métallique de Briare, qui détint jusqu'en 2003 le record européen de longueur dans sa catégorie.

  • Grands ponts-canaux : de Digoin (sur la Loire), du Guétin (sur l'Allier) et de Briare (sur la Loire)
  • Ponts-canaux plus modestes : Molinet, Loddes, Besbre, Abron et Acolin, Aubois et La Cognardière
  • Écluse ronde des Lorrains sur l'embranchement éponyme
  • Ancien passage en Loire de Châtillon-sur-Loire, avec des ouvrages classés MH

Remarques[modifier | modifier le code]

À l'origine, le canal commençait à 4 km en amont de Digoin dans la vallée de la Bourbince, juste à l'amont de l'écluse 27 du canal du Centre (disparue depuis, vestiges encore visibles), « Paradis ». Le bornage kilométrique part toujours de ce point, alors que les quatre premiers kilomètres du canal ont été donnés au canal du Centre (soit entre le Paradis et le Port Campionnet). De même, à l'autre bout, il arrivait au cœur de Briare, juste à l'amont de l'écluse de Baraban du canal de Briare. Les changements sont expliqués en profondeur dans le site Projet Babel cité en liens externes.

Système alimentaire[modifier | modifier le code]

  • L'Arroux par la rigole éponyme et le canal du Centre
  • La Loire par le canal de Roanne à Digoin
  • La Besbre à Sept-Fons
  • L'Abron et l'Acolin à l'aval de Decize
  • La Collâtre
  • L'Allier aux Lorrains
  • Le ruisseau des Boisseaux à Ménétréol
  • Le dernier bief profite du système alimentaire du canal de Briare

Ports[modifier | modifier le code]

  • Ports les plus importants : Decize, Nevers, Marseilles-lès-Aubigny, La Chapelle-Montlinard, Saint-Satur, Les Fouchards (près de Boulleret), Briare
  • Ports de plaisance ou haltes : Molinet, Coulanges, Pierrefitte, Diou, Beaulon, Decize, Fleury, Nevers, Plagny, Le Guétin, Cours-les-Barres, Marseilles-lès-Aubigny, La Chapelle-Montlinard, Herry, Saint-Thibault-sur-Loire (faubourg de Saint-Satur), Beaulieu, Châtillon-sur-Loire, Briare
    • Ménétréol-sous-Sancerre : le petit port de plaisance, situé entre les écluses de Bannay[4] et de Thauvenay, est ouvert de Pâques à novembre. Il propose huit places pour bateaux et des services (points d'eau, d'électricité, sanitaires et poubelles) aux plaisanciers.
    • Saint-Satur : port de commerce et de plaisance (près de Saint-Thibault-sur-Loire), situé entre les écluses de Bannay et de Thauvenay
    • Briare : ancien port de commerce, avec commodités, atelier de réparation et location de bateaux

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Briare, Saint-Firmin-sur-Loire, Châtillon-sur-Loire, Beaulieu-sur-Loire, Belleville-sur-Loire, Sury-près-Léré, Léré, Boulleret, Bannay, Saint-Satur, Sancerre, Ménétréol-sous-Sancerre, Thauvenay, Saint-Bouize, Herry, La Chapelle-Montlinard, Argenvières, Saint-Léger-le-Petit, Beffes, Marseilles-lès-Aubigny, Jouet-sur-l'Aubois, Cours-les-Barres, Cuffy, Gimouille, Challuy, Sermoise-sur-Loire, Chevenon, Luthenay-Uxeloup, Fleury-sur-Loire, Avril-sur-Loire, Decize, Cossaye, Lamenay-sur-Loire, Gannay-sur-Loire, Paray-le-Frésil, Garnat-sur-Engièvre, Beaulon, Dompierre-sur-Besbre, Diou, Pierrefitte-sur-Loire, Coulanges, Molinet, Chassenard, Digoin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Reverdy, Les travaux publics en France. 1817-1847. Les trente années glorieuses, Presses de l'école des Ponts et Chaussées, Paris, 2003, ISBN 2-85978-383-0
  2. Source : Un canal...des canaux, éd. Picard
  3. Valérie Mauret-Cribellier, Le canal latéral à la Loire, Itinéraire du Patrimoine no 279, AREP Centre Éditions, Orléans, 2004, ISBN 2-905813-33-4
  4. Elles-mêmes situées près du viaduc de Port-Aubry.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :