Folles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Folles
Mairie de Folles.
Mairie de Folles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Canton Bessines-sur-Gartempe
Intercommunalité Communauté de communes Porte d'Occitanie
Maire
Mandat
Daniel Auclerc
2008-2014
Code postal 87250
Code commune 87067
Démographie
Gentilé Follois
Population
municipale
515 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 55″ N 1° 27′ 42″ E / 46.1153, 1.4617 ()46° 06′ 55″ Nord 1° 27′ 42″ Est / 46.1153, 1.4617 ()  
Altitude Min. 277 m – Max. 438 m
Superficie 31,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Folles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Folles

Folles est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Limousin.

Ses habitants sont appelés les Follois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Commune de Folles en Haute-Vienne

La commune de Folles a une superficie de 31,2 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges qui est située à Modèle:35 au sud-ouest.

Située au nord-est du département de la Haute-Vienne, elle est limitrophe avec le département de la Creuse. Le territoire communal est arrosé par la Gartempe et l'Ardour.

La place du village
Communes limitrophes de Folles
Fromental Fromental Saint-Étienne-de-Fursac
Bessines-sur-Gartempe Folles Saint-Étienne-de-Fursac
Bersac-sur-Rivalier Laurière Laurière

Histoire[modifier | modifier le code]

Folles était une cure, ou prieuré-cure dans l'ancien archiprêtré de Rancon, qui dépendait de l'abbaye de Bénévent-l'Abbaye.

Une station mésolithique a été découverte aux Nardières. Subsistent les dolmens du Montheil et de Goudour.

Reste de l’Antiquité une sépulture gallo-romaine au pont de Mazéras, un vase funéraire en verre (Morin Jean 3) trouvé à lavaud qui serait au musée de Saint-Germain-en-Laye.

Durant la guerre de Cent Ans, Folles est incendiée par les Anglais [2]

Viaduc de Rocherolles 1852, en granit (chemin de fer Paris-Toulouse).

Église XIIe siècle, reconstruite fin XVe siècle : portail XIIIe siècle, clocher massif XVIIe siècle, pierres tombales. Croix gothique au cimetière XVe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Follois. Le nom du village trouve son origine dans la langue latine fageas ou fagus signifiant hêtre, follis signifiant feuille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1882 François Cassat    
1882   Martial Cassat    
1953 1971 Désiré Guérin    
1971 1977 Ginette Cassat PS  
1977 1983 Roger Tourtaud PS  
1983 en cours Daniel Auclerc[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

La commune de Folles quitte la communauté de communes Ardour-Rivalier-Gartempe pour rejoindre le 15 mars 2011 la communauté de communes Porte d'Occitanie[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 515 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 457 1 403 1 457 1 606 1 658 1 702 1 741 1 702 1 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 735 1 806 1 739 1 723 1 665 1 651 1 726 1 678 1 683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 659 1 586 1 483 1 280 1 206 1 224 1 238 1 041 969
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
957 864 750 685 593 508 531 538 515
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête patronale : 3e dimanche de Juillet ; communale : 14 juillet.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football : A.S. Folles : deux équipes engagées saison 2009-2010

Équipe 1 : 5e division de Haute-Vienne, Poule A.

Équipe 2 : 5e division de Haute-Vienne, Poule B.

  • Club de Rugby : Le Club de Folles[8] est fondé en 1977 par l'impulsion de jeunes de la commune et dont le premier président fut Robert Laudy.

Son palmarès est fort d'une coupe de Haute Vienne 1990, d'un titre de champion de deuxième série du Limousin en 2000. En 2006, Folles a remporté la finale de la coupe du Limousin en s'imposant 29 à 5 contre l'équipe d'Orgnac. Le 8 mai 2007 sur le terrain du Stadium de Brive, Folles remporte le titre de Champion du Limousin troisième série en battant Meyssac 15 à 7. Il est parvenu en 8ème de finale du Championnat de France. Le club a fêté ses 30 ans lors de son tournoi 2007 qui a eu lieu le samedi 26 et dimanche 27 mai. Le 8 mai 2008 et pour la deuxième année consécutive, le R.C. Folles a participé à la finale régionale au Stadium de Brive (cette fois-ci en 2ème série) mais a dû s'incliner face à Beynat sur le score de 13 à 10. En 2009-2010, le club, bien qu'ayant fini première série l'année précédente, accepte une montée sur "tapis vert" et joue ainsi pour la première fois de son histoire en Promotion d'Honneur.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Viaduc de Rocherolles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 5 avril 2011)
  2. Livres de raison, chroniques, terriers--: les passions d'un médiéviste par Jean Tricard page 33.
  3. « Les maires de la commune » (consulté le 5 avril 2011 )
  4. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  5. CC Porte d'Occitanie sur le site de la base Aspic de la Haute-Vienne, consulté le 14 novembre 2012.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. Rugby Club de Folles
  9. « Mérimée : Dolmen de Monteil », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 avril 2011 )
  10. « Mérimée : Église », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 avril 2011 )