Ford Fiesta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Depuis 1976 la Ford Fiesta est un modèle d'automobile 3-5 places produit par le constructeur américain Ford. Six versions de la Fiesta auront été conçues depuis sa création. La petite Ford sera produite uniquement en Europe jusqu'en 1996, mais depuis le modèle et des variantes seront aussi produites dans les pays émergents (Brésil, Inde, Afrique du Sud) pour ces-dits marchés. Cette citadine polyvalente qui fut à l'origine destinée au marché européen, est désormais également commercialisée sur d'autres continents.

Fiesta MkI (1976 à 1983)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkI
Ford Fiesta
Ford Fiesta I (1976 - 1983)

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production 1976 - 1983
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) 957 BC TLK, 957 HC TLA, 1117 HC GLA, 1297 J3E, 1598 L3E
Cylindrée 957 à 1 598 cm3
Puissance maximale 40 à 84 ch (29-62 kW)
Transmission Traction
Poids et performances
Poids à vide 730 à 775 kg
Vitesse maximale 136 à 170 km/h
Consommation mixte 5,6 à 8,2 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 3 portes
Dimensions
Longueur 3 560 mm
Largeur 1 550 mm
Hauteur 1 360 mm
Empattement 2 286 mm

Le modèle d'entrée de gamme était équipé d'un moteur Kent 1 litre de 40 ch, puissance courante à cette époque pour une voiture de ce gabarit. Une version 45 ch et le modèle Ghia 1,1 litre de 53 ch constituaient le haut de la gamme.

La première Fiesta, benchmarkée sur la Fiat 127, pèse à peine 700 kg tandis que son volume de chargement (1,2 m3) était l'un des plus vastes de sa catégorie. Elle disposait de la meilleure visibilité panoramique.

Sa résistance aux chocs avait été optimisée grâce à l'utilisation par les ingénieurs Ford des premiers programmes de simulation assistée par ordinateur. La calandre avant faisait office de profil aérodynamique : à faible vitesse, ses barres permettaient l'admission d'air, alors qu'à vitesse élevée, elles l'orientaient vers le dessus du capot moteur. Ce système Ford, breveté, a permis à la Fiesta de bénéficier d'un Cx de 0,42, un des meilleurs de sa catégorie, qui a lui-même permis de réduire considérablement la consommation de carburant. À une vitesse constante de 90 km/h, la version 1 litre 40 ch consommait 5,6 litres/100 km, à 120 km/h : 8,2 litres et en cycle urbain 7,9 litres.

A l'avant, comme la Fiat 127, la Fiesta recourait à des jambes McPherson, dont le brevet avait été déposé en 1949 par l'ingénieur Ford Earle S. McPherson, qui devint plus tard vice-président de Ford Motor Company.

L'essieu arrière était doté d'un système anti-plongée nouvellement développé. Les amateurs de conduite sportive pouvaient opter pour la Fiesta « S », avec une suspension plus rigide et une barre stabilisatrice avant pour résister aux forces latérales.

Les équipements tels que les vitres "securit", les ceintures de sécurité à enrouleurs réglables en hauteur et le dégivrage de la lunette arrière étaient déjà montés de série sur la première génération de Fiesta. La longue liste d'options était digne d'un véhicule haut de gamme de l'époque et comprenait, entre autres, une gamme de toits ouvrants transparents (et amovibles).

La Gamme se décline en 4 finitions :

  • Spéciale
  • L
  • Ghia
  • S

Les moteurs sont les suivants :

En 1976, Ford présente la Ford Fiesta sous sa forme initiale.

En 1977, Ford monte un moteur 1.3 litre sous le capot de la Fiesta.

En 1981, la Mk1 subit un restylage léger. Les pares-chocs sont changés (mi-plastique, mi-acier) et des appuie têtes sont ajoutés. Cette même année apparait la première XR2 avec son 1,6 litre développant 83 ch pour 170 km/h, alimenté par un carburateur double corps Weber. Elle est équipée de phares ronds, d'ailes élargies, d'un becquet, de sièges sport, d'un compte tours et de jantes alu en 13 pouces. Elle arbore une sérigraphie XR2 sur les flancs.

En 1982, les carrossiers "Crayford" produisent la Fiesta « Fly » — une version cabriolet de la Fiesta Mk1 Ghia 1300 et seulement quinze véhicules ont été produits. L'année suivante, la plus puissante Fiesta XR2 a été produite à sept exemplaires en décapotable.

Au total, Ford aura investi plus d'un milliard de dollars pour cette seule voiture, le plus gros budget jamais consacré par Ford pour la production du véhicule le plus petit de son histoire.

Enfin en 1983 la Fiesta Mk1, laisse sa place à la Fiesta Mk2.

Modèles de compétition[modifier | modifier le code]

Fiesta Groupe 1[modifier | modifier le code]

Les modèles 1 000 cm3 et 1 100 cm3 ont été homologuées Gr.1 en 1977.
Le modèle 1 300 cm3 a été homologué Gr.1 en 1978.
Le modèle 1 600 cm3 a été homologué Gr.1 en 1979.

Fiesta Groupe 2[modifier | modifier le code]

Le modèle 1 600 cm3 a été homologué Gr.2 en 1979.
Cette voiture a participé au Rallye de Monte-Carlo 1979 avec Ari Vatanen-David Richards (10ème) et Roger Clark-Jim Porter (13ème) à son volant.

Fiesta Groupe A[modifier | modifier le code]

Le modèle 1 600 cm3 a été homologué Gr.A en 1982.
Les modèles 1 100 cm3 et 1 300 cm3 ont été homologuées Gr.A en 1984.

Fiesta MkII (1983 à 1989)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkII
Ford Fiesta
Ford Fiesta II (1983 - 1989)

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production 1983 - 1989
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) 1.1 OHV, 1.3 OHV, 1.6 OHV
Cylindrée jusqu'à 1 753 cm3
Puissance maximale jusqu'à 96 ch
Poids et performances
Poids à vide jusqu'à 870 kg
Vitesse maximale 136 à 180 km/h
Consommation mixte 3,8 à 8,2 L/100 km
Dimensions
Longueur 3 740 mm
Largeur 1 610 mm
Hauteur 1 320 mm
Ford Fiesta 1.1 C de 1987
Ford Fiesta XR2 de 1987

En septembre 1983, Ford présent sa deuxième génération de Fiesta. La plate-forme et une partie de la carrosserie ayant été conservées, cette deuxième Fiesta est aussi parfois considérée comme une demi-génération puisqu'il s'agit surtout d'un gros restylage. Cette version 1983, qui reste exclusivement une trois portes, est toutefois enrichie de nombreuses améliorations. Le capot devient davantage plongeant, les prises d'air s'affinent et les optiques s'étirent. Le coefficient de traînée est réduit de 0,42 à 0,40 permettant une réduction de la consommation de carburant. Cette caractéristique découlait tirait avantage du cinquième rapport, plus long, introduit pour réduire encore la consommation. En matière aérodynamique, la Fiesta prend toutefois du retard puisque la jeune Opel Corsa affiche un Cx de 0,36 et que la Peugeot 205 descend à 0,35.

Globalement, les niveaux de confort ont été accrus. L'intérieur a été retravaillé du plancher au pavillon, conférant à la Fiesta des caractéristiques haut de gamme pour un véhicule de cette catégorie. Suivant les derniers développements d'ergonomie, cet intérieur a été divisé en zones fonctionnelles et doté d'un circuit de chauffage et de ventilation optimisé.

Même la version "L" était équipée d'origine de vastes rangements de portes dans les portières et d'une banquette rabattable. Les modèles haut de gamme tels que la Ghia et la sport XR2 bénéficiant, quant à eux, d'un confort accru grâce à des ouïes de ventilation supplémentaires et une sellerie de qualité supérieure. Le modèle XR2 se démarquait également par quelques détails esthétiques, dont un becquet arrière.

L'extension de la gamme de motorisations permet encore d'améliorer la consommation de carburant. En septembre 1983, au Salon de Francfort, Ford présente une Fiesta équipée d'un nouveau diesel 1,6 litre de 54 ch. La Fiesta est ainsi une des premières petites diesel du marché, avec la Peugeot 205 qui se "diésélise" au même moment, mais après la Fiat 127 (1981). Sa consommation officielle de 3,8 litres/100 km à 90 km/h lui permettait d'afficher parmi les plus basses consommations du marché (3,9 l/100 km pour une 205 diesel).

Le rajeunissement de la Fiesta fut un succès et en février 1984, elle franchit le seuil de la trois millionième unité vendue. Une Fiesta Ghia couleur champagne célébra cet événement.

La Fiesta n'était pas simplement un véhicule économique s'adressant à un très vaste public, elle jouait aussi un rôle de premier plan en matière de technologie de pointe. Dès 1984, Ford prépare certaines de ses Fiesta 1,3 litre (sur certains marchés) à fonctionner à l'essence sans plomb.

La Fiesta a également reçu une transmission à variation continue, partagée avec la Fiat Uno et conçue par Van Doorne. Cette transmission automatique "sans à-coup" ici appelée CTX utilisait une courroie spéciale entraînée par deux poulies permettant de faire varier en permanence le rapport. Elle était fabriquée à Bordeaux.

Ce système combinait les avantages de la boîte de vitesses manuelle et ceux de la transmission automatique. Ses performances furent comparées à l'époque à celles d'une boîte de vitesses manuelle optimisée à 6 rapports. Cette comparaison se basait sur la puissance et la consommation et révélait des performances supérieures à celles des transmissions automatiques traditionnelles.

La Gamme se décline en 7 finitions :

  • L
  • C
  • Fun
  • Festival
  • Scoop (pare-chocs gris)
  • Ghia
  • S (1.1 S, 1.3 et 1.4 S)
  • XR2 (96 ch)

Les moteurs sont les suivants :

  • 957 cm3 OHV, 45 ch.
  • 1 117 cm3 OHV, 50 ch.
  • 1 297 cm3 CVH, 69 ch.
  • 1 598 cm3 CVH, 96 ch (XR2)
  • 1 608 cm3 diesel, OHV, 54 ch.

Enfin en 1989 la Fiesta Mk2, laisse sa place à la Fiesta Mk3.

Modèles de compétition[modifier | modifier le code]

Fiesta XR2 Gr.A[modifier | modifier le code]

La Fiesta XR2 (1 600 cm3) a été homologuée en Gr.A en 1985.

Fiesta MkIII (1989 à 1996)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkIII
Ford Fiesta
Ford Fiesta III (1989 - 1995)

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production 1989 - 1995
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres
Essence :
- 1 118 cm3, 55 ch
- 1 299 cm, 60 ch
- 1 392 cm3, 75 ch
- 1 596 cm3, 90 ch
- 1 596 cm3, 110 ch (XR2i)
- 1 596 cm3, 133 ch (Turbo)
Nouveaux en 1992 :
- 1 796 cm3 105 ch
- 1 796 cm3 130 ch (XR2i)
Diesel :
- 1 753 cm3, 60 ch
- 1 753 cm3, 77 ch (1992)
Position du moteur Avant
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
Variateur disponible sur moteurs 1.1 et 1.3
Poids et performances
Poids à vide 785 à 920 kg
Consommation mixte 5,6 à 8,2 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 3 et 5 portes
Dimensions
Longueur 3 743 mm
XR2i/Turbo : 3 801 mm
Largeur 1 606 mm
XR2i/Turbo : 1 630 mm
Hauteur 1 325 mm
Empattement 2 446 mm
Volume du coffre 250 dm3

Après quasiment treize ans de production, la Fiesta d'origine est remplacée en février 1989 par un tout nouveau modèle, cette fois décliné en 3 et 5 portes, aux dimensions légèrement accrues et aux lignes aérodynamiques adoucies.

Pour la première fois sur un véhicule de cette catégorie un système de freinage anti-blocage SCS (Stop Control System) est disponible en option. Il s'agit d'une système mécanique, proposé sur toutes les Fiesta équipées de la boîte de vitesses manuelle. Parmi les autres équipements disponibles, on notera le pare-brise chauffant, la transmission automatique CTX (variateur) sur les 1,1 litre et 1,4 litre, le nouveau diesel 1,8 litre OHC à injection indirecte, la nouvelle conception moulée des sièges, les verrous de portes et de direction haute sécurité et les points d'ancrage des ceintures de sécurité avant réglables en hauteur.

Tous les moteurs peuvent fonctionner à l'essence sans plomb et la gamme comprend deux nouveaux moteurs Kent HCS (High Compression Swirl), à combustion pauvre de 1 litre et 1,1 litre. Les 1.4 et 1.6 CVH à combustion pauvre (comprenant le module de gestion moteur EEC IV pour les XR2i équipées du moteur 1.6 EFI) complètent la gamme essence. La version haute performance de la XR2i s'ajouta à la gamme des 18 modèles existants en octobre 1989, offrant un intérieur et un kit carrosserie exclusifs.

La nouvelle Fiesta fut présentée au Salon de Genève en mars 1989. Avant d'être mise sur le marché, cette nouvelle voiture avait dû effectuer de nombreux tests. On lui fit parcourir trois millions de kilomètres, non seulement dans les laboratoires et sur les pistes d'essais privées, mais également sur les routes de "Monsieur Tout le Monde". Ainsi, environ la moitié du kilométrage de développement fut couverte par des clients, procurant ainsi de précieuses informations pratiques en retour.

Ce fut considéré comme une première dans l'histoire de Ford. Quelque 250 modèles avant de pré-production, dans toutes versions (carrosserie, options et motorisation confondues), furent introduits dans les flottes de grandes sociétés en décembre 1988. Chaque semaine, ces véhicules suivaient un programme prédéfini précis puis étaient testés selon des critères de qualité, longévité, consommation et fiabilité.

Alex Trotman, alors Président de Ford Europe, a bien expliqué l'importance de ce travail : « Ford s'engage à fournir une qualité optimum dans tous les domaines. Nous sommes sûrs que la Fiesta sera l'un des principaux acteurs de sa catégorie. Le niveau de qualité requis sera atteint par le biais de ce programme d'essais. »

Avec ce nouveau modèle, apparaît le concept Fiesta Urba. Présenté comme une citadine dernier cri, ce concept, jaune, était équipé de deux portes côté passager et d'une porte côté conducteur, de dispositifs d'assistance de stationnement, de dispositifs d'ouverture de porte de garage intégrés et d'un réfrigérateur dans le coffre. L'appellation Urba sera ensuite conservée pour les versions équipées de la transmission à variateur.

Lors d'un essai comparatif effectué par auto, motor und sport en août 1989, le nouveau modèle surpasse ses principales rivales : la Volkswagen Polo, la Fiat Uno et la Peugeot 205. Cette même année, dans le magazine Autobild, la gamme Fiesta dans son ensemble est classée première devant la Fiat Uno, la Volkswagen Polo, la Nissan Micra, l'Opel Corsa et la Renault 5. La presse française, moins tendre, lui reproche son manque insuffisant de progrès en tenue de route.

À la fin de l'année 1989, Ford enregistrait un record de ses ventes. À peine un mois après son lancement, la Fiesta était en tête des ventes de sa catégorie dans sept pays européens. Plus de 500 000 Fiesta furent vendues au cours de la première année.

La Fiesta profitera de quelques évolutions au cours de sa carrière. 1991 : mise sur la marché de la Fiesta RS Turbo (1.6l 8v 133 ch.) 1992 : la XR2i emprunte désormais le bloc moteur de la XR3i (1.8 16v 130 ch) et délaisse alors son 1.6 de 110 ch. septembre 1992 : apparition de la version turbo diesel de 75 ch.

Enfin en 1995 la Fiesta Mk3, laisse sa place à la Fiesta Mk4 mais restera encore quelque temps au catalogue sous l'appellation Fiesta Classic.



Modèles de compétition[modifier | modifier le code]

Fiesta MkIII Gr.A[modifier | modifier le code]

La Fiesta XR2i (1 600 cm3) et la Fiesta 1.4S (1 400 cm3) a été homologuée Gr.A en 1990.

Fiesta MkIV (1995 à 2002)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkIV
Ford Fiesta
Fiesta MkIV phase 1 (1995 - 1999)

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production 1995 - 2002
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres
Essence :
- 1 242 cm3, 75 ch
- 1 388 cm3, 90 ch
- 1 596 cm3, 103 ch
Diesel :
- 1 753 cm3, 60 ch
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
(CVT en option sur 1.25)
Poids et performances
Poids à vide 968 à 1 050 kg
Vitesse maximale 1.25 75 ch : 170 km/h
1.4 90 ch : 182 km/h
1.6 103 ch : 197 km/h
1.8 D : 155 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 1.25 75 ch : 12,7 s
1.4 90 ch : 10,8 s
1.6 103ch : 10,2 s
1.8 D : 17,4 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 3 et 5 portes
Dimensions
Longueur 3 830 mm
Largeur 1 635 mm
Hauteur 1 410 mm
Empattement 2 445 mm
Volume du coffre 250 dm3

Comme pour la Fiesta de 1983, celle qui arrive en novembre 1995 est davantage un gros restylage qu'une toute nouvelle génération. Elle profite toutefois, en plus d'une ligne rajeunie caractérisée par son insolite calandre ovale, d'une nouvelle génération de trains roulants qui corrige le défaut majeur des précédentes versions : la tenue de route.

Trois nouveaux moteurs essence de génération "Zetec", mis au point avec Yamaha, intègrent le gamme : il s'agit du 1,25 litre de 75 ch, du 1,4 litre de 90 ch, et du 1,6 litre S de 103 ch tous les trois à 16 soupapes. Le moteur Kent (Endura-E) de 1,3 litre et le diesel 1,8 litre sont reconduits, sans modifications majeures, le turbo diesel disparaît. Les airbags frontaux* sont montés de série (* certaines versions n'ont qu'un airbag conducteur !), ce que peu de petites voitures proposent à cette époque.

La quatre millionième Fiesta espagnole sort des chaînes de Valence.

En 1995, 540 052 Fiesta de tourisme et Fiesta Courrier (utilitaire) sont immatriculées en Europe.

En 1997, sort le petit coupé Ford Puma, créé à partir de l'architecture de la Fiesta Mk4.

Ford Fiesta MarkIV restylée (1999)

À l'automne 1999 intervient un ultime restylage avec une remise à niveau technique. Cependant Ford ne la considère pas comme une nouvelle génération[1], et la base reste le châssis de 1989, ce qui se ressent au niveau de l'habitabilité, la carrosserie étant plutôt étroite comparée à celles de ses rivales plus récentes. Une nouvelle calandre type Ford Focus apparaît, ainsi qu'un turbo diesel inédit de 1,8 litre et 75 ch. C'est aussi la dernière génération sur la base de 1989, à présenter dans sa gamme la version Elance. Celle-ci bénéficie d'une finition très luxueuse, avec entre autres le cuir, le pare-brise dégivrant (présent également sur la finition Ghia!), la climatisation, et l'imitation ronce de noyer sur la console et le tableau de bord. Cette finition était supérieure à la Ghia, et produite sur commande seulement en Grande-Bretagne. Elle était disponible avec le 1.25 16V Zetec de 75 ch, qui lui conférait suffisamment de tonus pour une voiture urbaine chic.

En 1999, sort aussi la première Fiesta Zetec S 1,6I précurseur des fiesta S actuelles sur base de moteur Zetec et héritière des Fiesta turbo et Xr2. Le châssis sport est créé sur mesure par Ford mais la puissance est amoindrie (103 ch) le but était de rivaliser à l'époque avec les Saxo Vts 8S. Elle fera un flop en France mais marchera très bien en Angleterre. La nouvelle calandre lui est attribuée mais modifiée: elle se distingue des versions Ghia par des feu de brouillards avant rond et non ovales ainsi que des bas de caisses plus bas. Elle est aussi équipée d'origine de jantes aluminium 15 pouces Ford et de la climatisation.

En 2002, la Fiesta Mk4 laisse sa place à la Fiesta Mk5.



Fiesta MkV (2002 à 2008)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkV
Ford Fiesta
Ford Fiesta V - Sport (2006)

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production 2002 - 2008
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence Duratec de 1.3 à 2.0
Diesel Duratorq 1.4 et 1.6
Cylindrée 1298 à 1998 cm3
Puissance maximale 68 à 150 ch (50-110 kW)
Poids et performances
Poids à vide 1080 à 1160 kg
Vitesse maximale 150 à 221 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 7,2 à 18,3 s
Consommation mixte 6,4 à 7,4 L/100 km
Dimensions
Longueur 3 918 mm
Largeur 1 685 mm
Hauteur 1 468 mm

La cinquième génération de Fiesta est présentée en 2001 au salon de Francfort, et adopte un tout nouveau châssis[1]. La production de la carrosserie 5 portes débute dès novembre 2001[2] mais le lancement commercial est retardé jusqu'à avril 2002.
La carrosserie 3 portes arrive peu après et bénéficie d'une carrosserie dont la partie arrière est spécifique. La nouvelle Fiesta reçoit un bloc diesel 1.4 TDCi de dernière génération (common rail) en partenariat avec PSA.

Du côté des motorisations essence, on retrouve le 1,3 litre 8v et les 1.4 et 1.6 16v Zetec qui étaient présents sur la MkIV, tandis que sur certains marchés, le Zetec 1.25 est toujours proposé.

À partir de 2005 est proposé un nouveau moteur 1.6 TDCi.

En 2003, lancement de la Fiesta ST Cup dans le Championnat des voitures de tourisme allemand.

En 2004, présentation du Concept Fiesta JWRC au Salon Automobile de Genève.

En 2005 sort la Fiesta ST de 150 ch (la Fiesta la plus puissante depuis l'apparition de la Fiesta) elle est le premier produit de Ford TeamRS ainsi que la Fiesta Sport S. Cette même année est la meilleure année de vente de la Fiesta depuis 1998 avec 358 931 véhicules immatriculés en Europe.

En 2006, lancement de la Fiesta avec système de commande vocale et Bluetooth Ò ainsi que la Fiesta Sporting Trophy, un nouveau Championnat monomarque de Rallye Ford, conçu d'après le Championnat du monde des rallyes FIA.

Après le restylage intervenu en novembre 2005, la Fiesta arbore de nouveaux boucliers, de feux avant à glaces lisses et de feux arrières modifiés.

La gamme change, les finitions Ambiente, X-Trend et Ghia sont remplacées par Fun, Ambiente, Senso et Ghia. De nouvelles options font leur apparition au catalogue telles que :

  • Radar de recul
  • Ordinateur de bord
  • Rétroviseurs électriques
  • Allumage automatique des phares
  • Essuie-glace automatique

Les moteurs sont les suivants :

  • Essence :
    • 1.25 Duratec16s 75 ch
    • 1.3 Duratec 8s 70 ch (106 Nm à 2 600 tr/min)
    • 1.4 Duratec 16s 80 ch (124 Nm à 3 500 tr/min)
    • 1.6 Duratec 16s 100 ch (146 Nm à 4 000 tr/min)
    • 2.0 Duratec 16s 150 ch (190 Nm à 4 500 tr/min)

Trois types de transmissions selon les moteurs :

  • Boîte manuelle 5 vitesses.
  • Boîte robotisée Durashift 5 vitesses (embrayage hydraulique automatisé par ordinateur sans pédale d'embrayage ; changement de vitesses en mode manuel séquentiel ou en mode automatisé ; fonction kickdown pour rétrogradage automatique).
  • Boîte automatique 4 vitesses (boîte automatique avec convertisseur de couple ; choix entre 1re et 2e vitesse ; fonction kickdown pour rétrogradage automatique ; mode montée et descente).

Enfin en 2008 la Fiesta Mk5, laisse sa place à la Fiesta Mk6.

Modèles de compétition[modifier | modifier le code]

Fiesta RS S1600[modifier | modifier le code]

Voiture développé pour le championnat J-WRC conformément à la réglementation Super 1600 (voiture Kit-Car 1 600 cm3).

Fiesta MkV RS S2000[modifier | modifier le code]

Voiture Développée par la fillière australienne de Ford en conformité avec la réglementation S2000. Elle a été créé en 2008, et produite à 6 exemplaires. Les 2 participations à des événements WRC (Australie 2010 et Nouvelle-Zélande 2012) se sont terminé par des abandons.

Fiesta ST Groupe N3[modifier | modifier le code]

Version

Fiesta MkVI (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta MkVI
Ford Fiesta

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Années de production Depuis 2008
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Espagne Valence
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence
1.0 80/100/125/140ch
1.3 60 ou 82 ch
1.4 96 ch
1.6 134/180 ch
Diesel
1.4 68 ch
1.5 75 ch
1.6 90/95/115 ch
Puissance maximale 60 à 182 ch
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
auto. 4 vit. dispo sur 1.4
Poids et performances
Poids à vide 965 à 1 045 kg
Vitesse maximale 152 km/h à 220 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 6.9 à 16,9 s
Consommation mixte 3,7 à 6,6 L/100 km
Émission de CO2 98 à 138 g/km
Dimensions
Longueur 3 950 mm
Largeur 1 720 mm
Hauteur 1 480 mm
Empattement 2 490 mm
Volume du coffre 295 à 979 dm3

Ce modèle présentée à la base sous le concept-car Verve a été présenté en version finale au salon de Genève en mars 2008. La particularité principale de cette version est d'utiliser la même base que la Mazda 2. Sa conception a été orientée vers le gain de poids, avec une perte de 40 kg par rapport à la génération précédente.

La production a débuté en août 2008 en carrosserie 3 et 5 portes, pour une commercialisation débutant en octobre[3].

Destinée à être vendue sur tous les continents, cette dernière génération de Fiesta se décline en version tricorps à 4 portes pour certains marchés (dont la Chine et les États-Unis).

  • Finitions disponibles en France (modifications carrosserie depuis début 2013)
    • Ambiente
    • Trend
    • Trend+ remplacé par Trend Pack en 07/2011
    • Econetic
    • Ghia jusqu'en 2011
    • Titanium
    • Titanium X depuis 2012
    • Titanium+ jusqu'en 2011
    • Sport
    • Sport Platinium
    • ST 2013

Le 1,6 litre diesel de 90 ch sert de moteur de base à la version Econetic, qui grâce à des modifications aérodynamiques et des pneus à faible résistance au roulement, ne rejette que 98 g/km de CO2.
Ford a cependant été critiqué de lancer ce nouveau modèle avec des moteurs Euro 4, alors que la norme Euro 5 entrait en vigueur pour les nouveaux véhicules seulement quelques semaines après le lancement de la Fiesta[4].
Ford peut ainsi exploiter des moteurs Euro 4 pendant 2 ans supplémentaires. Lors de leur passage aux normes Euro V, les diesels ont vu leur puissance passer respectivement à 70 ch pour le 1.4 TDCi et 95 ch pour le 1.6 TDCi. En juillet 2011, apparait une version 3 portes plus exclusive appelée Sport Platinium. Équipée des sièges en cuir et de quelques détails distinctifs, elle reçoit une version plus puissante du moteur 1,6 litre essence porté à 134 ch, ainsi que le moteur 1.6 TDCi de 95 ch.

Ford Fiesta au Mondial de l'automobile de Paris 2012 pour un lancement en 2013

En octobre 2012, la Fiesta est présentée au Mondial de l'Automobile à Paris avec un facelift. Ce changement lui confère une nouvelle personnalité plus agressive. Par ailleurs, cette nouvelle version de la Fiesta s'équipe du moteur essence 1.0 EcoBoost, déjà présent sur d’autres modèles de la marque[5]. Cependant, la dernière version apparue en 2013 est un modèle sportif dénommé Fiesta ST 2013 qui développe une puissance de 180ch sur un bloc moteur 1.6 L Ecoboost. Le châssis a été modifié par apport à la version précédente ainsi que de nombreux autres composants afin de corriger quelques défauts. La carrosserie a aussi été modifiée dans un but esthétique, notamment l'avant ainsi que l'arrière de l'automobile, qui présente maintenant un aspect plus agressif

Modèles de compétition[modifier | modifier le code]

Fiesta RS WRC[modifier | modifier le code]

Jari-Matti Latvala aux commandes de sa Ford Fiesta RS WRC lors du rallye de Portugal en 2011.

En 2011 Ford se lança dans le championnat du monde des rallyes WRC avec la Ford Fiesta RS WRC, dérivée de la Fiesta MkVI. Ce véhicule est doté d'un moteur Turbo à injection directe EcoBoost de 1 600 cm3, d'une boîte de vitesses séquentielle six vitesses et d'une transmission intégrale. La Fiesta RS remplaça la Ford Focus RS WRC utilisée jusqu'alors et a connu des débuts en compétition prometteurs, la Fiesta RS remportant les trois premières places du rallye de Suède, la première manche du championnat 2011, avec les pilotes scandinaves Mikko Hirvonen, Mads Østberg et Jari-Matti Latvala. Cette même année, l'écurie officielle Ford World Rally Team et l'écurie privée M-Sport ont décroché respectivement la deuxième et troisième place du championnat du monde des constructeurs. Puis la grande nouvelle vint,Ford se retire du championnat du monde des rallyes. Désormais, M-Sport se retrouve sans soutien financier de la marque. En 2012, le pilote fort de l'écurie M-Sport,Mikko Hirvonen, part chez Citroën. Alors M-Sport fait appel au Champion du Monde 2003, Petter Solberg qui ne fera pas une très grande saison et qui se mettra une "boite" magistrale au Rallye d'Alsace, M-Sport est sauvé grâce a Jari-Matti Latvala qui terminera troisième du championnat du monde des rallyes avec 2 victoires (Suède et Grande-Bretagne).2013, changement des pilotes pour M-Sport suite au départ de Jari-Matti Latvala chez Volkswagen Motorsport, Malcom Wilson fait appelle à Mads Østberg, Evgeny Novikov et Thierry Neuville grâce au soutien Financier du Qatar par Nasser Al-Attiyah. Grâce a Thierry Neuville, M-Sport ne sombre pas puisque celui-ci termine meilleur représentant de la marque plus le titre de vice-champion du monde. Mais M-Sport ne remportera aucune victoire de toute la saison même si les pilotes ont essayé. Pour cette année Malcom Wilson rappelle Mikko Hirvonen et toujours aussi confiant en vers les jeunes il intègre Elfyn Evans, Mais la grande surprise est l'arrivée de Robert Kubica dans l'écurie Anglaise. Nasser Al-Attiyah quittant Ford et le rallye, M-Sport se retrouve donc sans gros sponsor.

Fiesta RS S2000[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta RS S2000

Cette version S2000 a été créée afin de contrer les constructeurs engagés en IRC et S-WRC (Fiat Grande Punto S2000, Skoda Fabia S2000, Peugeot 207 S2000, ...). Ford M-Sport à présenté victorieusement une version S2000 de sa Fiesta RS, lors du Rallye de Monte-Carlo 2010. Equipée d'un moteur 2L atmosphérique et répondant à la réglementation "Super 2000" (4WD, kit aérodynamique "léger"), cette voiture client participera aux championnats IRC, ERC, S-WRC puis WRC2.

Cette voiture a été construite à 40 exemplaires.

Xavi PONS copiloté par Alex CARO sera champion S-WRC en 2010 au volant de cette voiture, ils remportent la catégorie S-WRC en Jordanie et au Mexique. Elle remportera 3 victoires en IRC.

Fiesta RS RRC[modifier | modifier le code]

Ford Fiesta RS RRC

La FIA permet aux constructeurs disposant d'un modèle WRC, de développer une version moins performante (bride turbo plus grosse, kit aérodynamique identique aux S2000), ceci afin de permettre à ces constructeurs de concurrencer les véhicules S2000. La Fiesta RS WRC servira de base pour la version RRC. le team "Seashore Qatar Rally Team" sera champion du monde WRC-2 en 2013.

Elle remportera 3 victoires en IRC.

Elle remportera, grâce a Ludovic Gherardi la finale de la coupe de France des rallyes 2013 à Oyonnax.

Fiesta RS R5[modifier | modifier le code]

Suite à la création du nouveau groupe R5, M-Sport développe une version de sa Ford RS. Basée sur la version redessinée du modèle Mk VI de la Fiesta RS, elle est équipée d'un moteur 1,6 Turbo.

Fiesta RS R2[modifier | modifier le code]

Version développée pour le J-WRC par M-Sport, basée sur la Ford Fiesta RS et conforme à la réglementation R2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Historique officiel Ford »,‎ 25 août 2006
  2. (en) « Communiqué Ford »,‎ 22 février 2005
  3. (en) « Communiqué de presse de lancement de production »,‎ 14 août 2008
  4. (fr) « Article du Figaro »,‎ 18 septembre 2008 (consulté le 10 octobre 2008)
  5. (fr) « Informations sur la Ford Fiesta »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :