Christian Paul (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christian Paul.
Christian Paul
Christian Paul en 2009.
Christian Paul en 2009.
Fonctions
Député de la 3e, puis de la 2e circonscription de la Nièvre
En fonction depuis le 12 juin 1997
Élection 1er juin 1997
Réélection 16 juin 200217 juin 200717 juin 2012
Prédécesseur Simone Rignault (RPR)
Maire de Lormes
19 juin 199518 mars 2001
Successeur Fabien Bazin (PS)
Conseiller général du Canton de Lormes
27 mars 199428 mars 2004
Prédécesseur Marie-Madeleine Silvain (UDF)
Successeur Fabien Bazin (PS)
Conseiller régional de Bourgogne
1er Vice-Président du Conseil régional de Bourgogne
En fonction depuis le 28 mars 2004
Secrétaire d'État chargé de l'Outre-mer, auprès du ministre de l'Intérieur
29 août 20006 mai 2002
Président Jacques Chirac
Premier ministre Lionel Jospin
Gouvernement Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Jean-Jack Queyranne
Successeur Brigitte Girardin
Biographie
Date de naissance 22 mars 1960 (54 ans)
Lieu de naissance Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)
Parti politique PS
Diplômé de ENA
Profession Administrateur civil

Christian Paul, né le 23 mars 1960 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), est un homme politique français, député socialiste de la Nièvre depuis 1997 et ancien secrétaire d'État à l'Outre-mer (gouvernement Jospin).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Administrateur civil ; ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Fernand Braudel, 1987).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il est élu député pour la première fois le 1er juin 1997, pour la XIe législature (1997-2002), dans la troisième circonscription de la Nièvre. En 1998, il est rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur la Corse, créée après l'assassinat du préfet Claude Érignac.

Le 29 août 2000, il entre au gouvernement Jospin en tant que secrétaire d'État à l'Outre-mer auprès de Daniel Vaillant, ministre de l'Intérieur. À ce titre, il met en oeuvre la loi d'orientation pour l'outre-mer (LOOM), et soutient notamment la proposition de loi pour la reconnaissance de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité présentée par la députée de Guyane Christiane Taubira.

Après la démission du gouvernement et la réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République, il est réélu député le 16 juin 2002, dans la même circonscription qui lui accorde à nouveau ses suffrages en 2007 et 2012. Il fait partie du groupe socialiste. Il est au cours de l'été 2002 l'un des fondateurs du Nouveau Parti socialiste, puis du courant Rénover maintenant dont il est vice-président.

Il a également présidé l'association Les Temps nouveaux, une fondation proche de Rénover maintenant.

Il participe activement à tous les débats liés à l'Internet (droits d'auteurs, régulation, responsabilité, brevetabilité du logiciel, législation numérique, boucle locale et haut débit, e-démocratie) et organise les premières « Rencontres parlementaires pour la société de l'information et de l'Internet ». Il est l'auteur du rapport remis à Lionel Jospin le 29 juin 2000 sur "les droits et libertés sur l'Internet" qui a préfiguré la création du Forum des droits sur l'internet en vue d’une régulation non contraignante de l'Internet. Il est l'auteur d'une proposition de loi sur la neutralité d'Internet, débattue par l'Assemblée Nationale en 2011.

Il anime la commission TIC de l'Association des régions de France (ARF) et le projet « 27e Région » pour l'innovation publique.

Début octobre 2006, il exprime son soutien à Ségolène Royal pour l'investiture du candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle française de 2007.

Avec la plupart des membres de Rénover Maintenant, il participe durant l'année 2008 à la démarche des Reconstructeurs qui conduit, à l'issue du congrès de Reims, une nouvelle équipe autour de Martine Aubry à la direction du PS. Au sein du Secrétariat national du PS, il préside le Laboratoire des Idées, conduit le tour de France du projet en 2009, et participe à l'élaboration du programme socialiste pour 2012.

Il a par ailleurs présidé en 2007 la mission d'information parlementaire sur l'offre de soins sur tout le territoire.

Le 19 juin 2012, il est réélu député de la Nièvre.

Actuellement, à l'Assemblée nationale, il anime et coordonne les travaux des députés socialistes au sein de la commission des Affaires sociales et assure la mission de rapporteur du budget de l'Assurance maladie (PLFSS).

Aux côtés d'autres socialistes, comme Laurence Rossignol,Pervenche Berès ou encore Pouria Amirshahi, il lance une initiative parlementaire et citoyenne, "La gauche durable" qui organise sa réflexion autour de trois axes : le nouveau modèle de développement, la lutte contre les fractures territoriales, et l'innovation démocratique en France et en Europe.

Il est particulièrement médiatisé à partir du mois d'avril 2014 pour refuser les mesures proposées par le gouvernement de Manuel Valls, jugées trop peu progressistes selon un certain nombre de députés socialistes (surnommés les "« frondeurs ».

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Membre du gouvernement
Député
Conseiller régional
Conseiller général
Conseiller municipal

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Équipe[modifier | modifier le code]

  • Suppléant : Stéphane Bénedit
  • Collaboratrice parlementaire à l'Assemblée Nationale : Lucie Redonnet
  • Collaboratrices parlementaires en circonscription : Elisabeth Ancourt et Stéphanie Aouad

Publications[modifier | modifier le code]

  • Du droit et des libertés sur internet : rapport au Premier Ministre [mai 2000], Paris, La documentation Française, 2001 (ISBN 2-11-004729-1) (en ligne).
  • Le défi numérique des territoires, Éditions Autrement, 2007.
  • Pour la République européenne, en collaboration avec Stéphane Collignon, Éditions Odile Jacob, 2008.
  • Pour changer de civilisation : Martine Aubry avec 50 chercheurs et citoyens, Éditions Odile Jacob, 2011. Il coordonne la rédaction de l'ouvrage

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Échos n° 16764, 3 novembre 1994, page 51 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :