Jean-Pierre Masseret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Pierre Masseret
Image illustrative de l'article Jean-Pierre Masseret
Fonctions
Président du conseil régional de Lorraine
En fonction depuis le 28 mars 2004
Réélection 26 mars 2010
Prédécesseur Gérard Longuet
Sénateur de la Moselle
23 septembre 200130 septembre 2011
Élection 23 septembre 2001
25 septembre 19834 juillet 1997
Élection 25 septembre 1983
Réélection 27 septembre 1992
Biographie
Date de naissance 23 août 1944 (69 ans)
Lieu de naissance Cusset (Allier)
Nationalité Française
Parti politique PS

Jean-Pierre Masseret, né le 23 août 1944 à Cusset (Allier), est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Il est actuellement président du conseil régional de Lorraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Masseret est titulaire d'une maîtrise de droit public et a été inspecteur principal des impôts[1].

Ancien conseiller général de la Moselle et conseiller municipal de Metz, il est maire de Hayange de 1995 à 1997, date à laquelle il devient secrétaire d'État aux Anciens combattants auprès du ministre de la Défense, dans le gouvernement Lionel Jospin, de 1997 à 2001[1].

Jean-Pierre Masseret est sénateur de la Moselle de 1983 à son entrée au gouvernement en 1997. Membre du groupe socialiste, il est réélu en 2001.

Il est élu président du conseil régional de Lorraine le 2 avril 2004, avec 48,41 % des suffrages au sein d'une triangulaire de second tour face des listes UMP et FN[2].

Partisan du « non » au Référendum français sur la constitution européenne, il s'est mis en marge de la majorité du Parti formée lors du congrès de Dijon et a signé la contribution Pour une alternative socialiste avec Henri Emmanuelli en vue du congrès du Mans, qui a déposé une motion commune avec Nouveau Parti socialiste. En 2006, il affirme son soutien à Ségolène Royal pour l'élection présidentielle de 2007[3]. Il est par ailleurs membre de l'Assemblée de l'Union de l'Europe occidentale depuis 1989. Il en est le président de 2005 à 2008, après avoir été rapporteur sur le renforcement de la paix en Afrique centrale et sur les relations de l'Europe de la défense avec les pays européens non-membres de l'Union européenne[4].

N'ayant jamais fait mystère de son appartenance à la franc-maçonnerie, il a été président de la Fraternelle parlementaire, qui réunit les francs-maçons de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental[3].

Le 24 février 2010, L'Expansion publie le classement des présidents de conseils régionaux selon la qualité de leur gestion : Jean-Pierre Masseret figure en 20e position sur 21, le magazine économique soulignant que la Lorraine est « la deuxième région la moins bien gérée de France[5] ». Ce dossier du magazine a été remis en cause par Jean-Pierre Masseret. Il a souligné notamment, lors d'un débat sur la radio France Bleu sud Lorraine, que la Lorraine est la seule Région de l'Hexagone à avoir réglé seule le coût de la construction de la ligne du TGV Est en Lorraine et que cela représentait une grosse partie de l'endettement de la Lorraine. Il a précisé au cours de l'émission que cela n'avait pas été pris en compte dans le dossier de L'Expansion[6]. Des arguments qu'il a repris lors d'une interview dans l'édition du 26 mars 2010 du quotidien Le Républicain Lorrain.

Lors du premier tour de l'élection régionale, le 14 mars 2010, la liste conduite par Jean-Pierre Masseret sort en tête du scrutin avec 34,4 %. Lors du deuxième tour, le 21 mars, Jean-Pierre Masseret est réélu à la présidence du Conseil Régional de Lorraine grâce aux 50,02 % obtenus par sa liste de rassemblement à gauche rejointe par Europe Écologie.

Il est nommé président du conseil d'administration de l'Institut des hautes études de défense nationale le 15 avril 2013[7] après que le gouvernement eut repoussé par décret l'âge limite pour exercer ce poste[8].

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Mairie
Conseil général
Conseil régional

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Mandats européens[modifier | modifier le code]

  • depuis 1989 : membre de l'Assemblée de l'Assemblée de l'Union de l'Europe occidentale
  • 1996 - 1997 : président de la Commission pour les relations parlementaires et publiques de l'UEO
  • 2002 - 2005 : vice-président délégué de la délégation française à l'UEO et au Conseil de l'Europe, vice-président de l'Assemblée de l'UEO
  • 2005 - 2008 : président de l'UEO

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

  • 1986 - 1992 : vice-président du groupe socialiste au Sénat
  • 1994 - 1996 : secrétaire national chargé des relations extérieures au PS
  • 1995 - 1997 : membre du conseil national et du bureau national du PS
  • 2003 - 2005 : président du groupe socialiste à l'Assemblée parlementaire de l'UEO

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]