Septante disciples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône représentant les septante disciples.

Les septante disciples étaient les disciples de Jésus mentionnés dans l'Évangile selon Luc (X:1-24). Selon ce texte, le seul du canon où ils apparaissent, Jésus les choisit et les dépêcha par groupes de deux vers différentes régions pour annoncer l'Évangile. La tradition chrétienne occidentale les désigne le plus souvent sous le nom de « disciples » tandis que les chrétiens orientaux les appellent volontiers « apôtres ». Si l'on se réfère au lexique grec, un « apôtre » est celui que l'on envoie en mission tandis qu’un « disciple » est un élève : les deux traditions s’opposent donc sur la portée du mot « apôtre ».

Dans certaines versions de la Bible, le nombre de disciples est de 72.

Origine[modifier | modifier le code]

Le passage de l'Évangile selon Luc, chap. X[1], donne :

  1. Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-dix autres, et il les envoya devant lui, deux à deux, en toute ville et endroit où lui-même devait aller.
  2. Il leur disait : « La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson.
  3. Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
  4. Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
  5. En quelque maison que vous entriez, dites d'abord : “Paix à cette maison !”
  6. Et s'il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
  7. Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux, car l'ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
  8. Et en quelque ville que vous entriez et qu'on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ;
  9. guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : “Le royaume de Dieu est proche de vous.”
  10. Et en quelque ville que vous entriez et qu'on ne vous reçoive pas, allez sur les places publiques et dites :
  11. “La poussière même de votre ville, qui s'est attachée à nos pieds, nous l'essuyons contre vous ; sachez cependant ceci, que le royaume de Dieu est proche.”
  12. Je vous le dis : il y aura, en ce jour-là, moins de rigueur pour Sodome que pour cette ville.
  13. Malheur à toi, Corozaïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! Car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous, avaient été faits dans Tyr et Sidon, il y a longtemps qu'elles auraient fait pénitence, assises avec le sac et la cendre.
  14. Aussi bien, il y aura, au jugement, moins de rigueur pour Tyr et Sidon que pour vous.
  15. Et toi, Capharnaüm, est-ce que tu seras élevée jusqu'au ciel ? Tu seras abaissée jusqu'aux enfers.
  16. Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui vous rejette me rejette ; or celui qui me rejette, rejette celui qui m'a envoyé. »
  17. Les soixante-dix revinrent tout joyeux, disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis par votre nom. »
  18. Il leur dit : « Je voyais Satan qui tombait du ciel comme un éclair.
  19. Voici que je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, (le pouvoir) aussi sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire.
  20. Du reste, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. »

Analyse[modifier | modifier le code]

C'est là la seule mention de ce groupe dans toute la Bible. L'effectif est de soixante-dix dans les manuscrits de la tradition d'Alexandrie (comme le Codex Sinaiticus) et la tradition de Césarée mais de soixante-douze dans quelques codex de tradition alexandrine et occidentale. Le concept renvoie peut-être aux soixante-dix nations de la Genèse ou aux autres listes de 70 noms que l'on trouve dans la Bible, ou même aux 72 traducteurs de la Bible des Septante nommés dans la Lettre d'Aristée[2][réf. incomplète]. Pour son édition de la Vulgate, Jérôme a retenu le nombre de soixante-douze.

L’Évangile selon Luc est le seul des Évangiles synoptiques à relater deux épisodes dans lesquels Jésus dépêche ses disciples en mission. La première occasion (Luc IX:1-6) suit de près la mission évoquée dans l’Évangile selon Marc VI:6b-13, qui cependant ne parle que des douze apôtres, et non de soixante-dix fidèles, bien que les détails donnés soient identiques. Ce parallèle (voir aussi Matthieu IX:35, et X:1,7-11) suggère une origine commune à rechercher dans la Source Q.

Ce qui est annoncé aux Septante(-deux) en Luc X:4 est d'ailleurs repris au passage dans l'annonce aux apôtres en Luc XXII:35 :

« Et il leur dit, « Lorsque je vous ai envoyés sans bourse ni chaussures, avez-vous manqué de quelque chose ? » Ils dirent: « De rien. » »

Célébrations[modifier | modifier le code]

Les septante disciples sont fêtés, ensemble, par les Églises chrétiennes le 4 janvier.

Chacun des septante disciples est également fêté, séparément, à une autre date dans l'année liturgique.

Nomenclature des Septante[modifier | modifier le code]

La tradition orthodoxe énumérant les Septante dont « les noms sont inscrits dans les cieux » est associée à un évêque de la fin du IIIe siècle, Dorothée de Tyr, qui n'est connu que par cette nomenclature, et à qui l'on attribue un récit du ministère des Septante, qu'on ne connaît que par une copie du VIIIe siècle. Les noms des disciples sont donnés par différentes listes : le Chronicon Paschale, et celle du Pseudo-Dorothée (imprimés dans la Patrologia Graeca du père Migne, vol. XCII, p. 521-524 ; p. 543-545 ; p. 1061-1065).

Les érudits catholiques estiment pour la plupart que « ces nomenclatures sont malheureusement dépourvues de valeur »[3] .

Eusèbe affirme expressément qu'il n'existe aucune liste des disciples à son époque, et ne mentionne parmi les disciples que Barnabas, Sosthène, Céphas, Matthias, Thaddée d'Édesse et Jacques frère du Seigneur[4].

La plupart des noms cités dans la liste des Septante sont identifiables grâce à leur titre. Il existe quelques différences selon les listes. Dans ces listes, Luc l’évangéliste compte au nombre des Septante. La nomenclature suivante est le canon généralement reçu.

  1. Jacques frère du Seigneur, auteur présomptif de l'Épître de Jacques, et premier évêque de Jérusalem
  2. Marc, auteur de l'Évangile selon Marc et évêque d’Alexandrie
  3. Luc, auteur de l'Évangile selon Luc
  4. Clopas
  5. Siméon, fils de Clopas, 2e évêque de Jérusalem
  6. Barnabas, lévite ayant une résidence à Chypre
  7. Juste ou Justus, évêque de Beth Guvrin (appelée Éleuthéropolis au IIe ou IIIe siècle)
  8. Thaddée d'Édesse, aussi appelé Saint Addaï
  9. Ananias, évêque de Damas
  10. Étienne, un des sept diacres, et le premier martyr
  11. Le diacre Philippe, un des sept diacres, évêque de Tralles en Asie Mineure
  12. Prochore, un des sept diacres, évêque de Nicomédie en Bithynie
  13. Nicanor le Diacre, un des sept diacres
  14. Timon, un des sept diacres
  15. Parménas, un des sept diacres
  16. Timothée, évêque d’Éphèse
  17. Tite, évêque de Crète
  18. Philémon, évêque de Gaza
  19. Onésime (distinct du personnage homonyme mentionné dans l’Épître à Philémon)
  20. Épaphras, évêque de Colosses
  21. Archippe
  22. Silas, évêque de Corinthe
  23. Silvanus
  24. Crescent, évêque de Vienne (Isère)
  25. Crispus, évêque de Chalcédoine en Galilée
  26. Epenetus, évêque de Carthage
  27. Andronique, évêque de Pannonie
  28. Stachys, évêque de Byzance
  29. Amplias ou Ampliatus, évêque d’Odessa ; fêté le 31 octobre[5].
  30. Urbain, évêque de Macédoine
  31. Narcisse, évêque d’Athènes
  32. Apelles, évêque d’Héraklion
  33. Aristobule, évêque de Bretagne
  34. Hérodion, évêque de Patras
  35. Agabus le Prophète
  36. Rufus, évêque de Thèbes
  37. Asyncritus, évêque d’Hyrcanie
  38. Phlégon, évêque de Marathon
  39. Hermès, évêque de Philippopolis
  40. Patrobas, évêque de Puteoli
  41. Hermas, évêque de Dalmatie
  42. Lin, évêque de Rome
  43. Gaius, évêque d’Éphèse
  44. Philologue, évêque de Sinope
  45. Luc de Cyrène, évêque de Laodicée en Syrie
  46. Jason, évêque de Tarse
  47. Sosipater, évêque d’Iconium
  48. Olympas
  49. Tertios, qui transcrivit l’Épître aux Romains et évêque d’Iconium
  50. Erastus, évêque de Paneas
  51. Quartus, évêque de Berytus
  52. Évode, évêque d’Antioche
  53. Onésiphore, évêque de Cyrène
  54. Clément, évêque de Sardes
  55. Sosthène, évêque de Colophon
  56. Apollos, évêque de Césarée
  57. Tychique, évêque de Colophon
  58. Épaphrodite ; fêté le 22 mars
  59. Carpus, évêque de Béroia en Thrace
  60. Quadratus
  61. Jean-Marc (fréquemment identifié à Marc l’évangéliste), évêque de Byblos[6]
  62. Zénas le juge, évêque de Diospolis
  63. Aristarque, évêque d’Apamée en Syrie
  64. Pudens
  65. Trophime d'Éphèse
  66. Marc, évêque d’Apollonie
  67. Artémas, évêque de Lystre
  68. Aquila
  69. Fortunatus
  70. Achaïcus

Variantes diverses[modifier | modifier le code]

De même, certaines nomenclatures diffèrent légèrement de la précédente. Parmi les autres noms qu'on y trouve, figurent :

Ils viennent d'ordinaire remplacer, selon les nomenclatures, Timothée, Tite, Archippe, Crescens, Olympas, Épaphrodite, Quadratus, Aquila, Fortunatus, et/ou Achaïcus.


Nombre de disciples: Soixante-dix ou Soixante-douze?[modifier | modifier le code]

Certaines versions de la Bible différent sur le nombre de disciples dans ce passage de l'Évangile selon Luc (X:1-24). Dans certaines traductions le nombre de disciples est de "soixante-douze", comme par exemple dans les versions internationales New International Version ; New American Standard Bible ; et The Jerusalem Bible.

Origines et traduction: Le mot Grec "Hebdomekonta" (εβδομηκοντα: Strong numero 1440) a parfois été traduit par "soixante-dix". Néanmoins, juste après ce mot se trouve le mot Grec "duo" entre parenthèses (duo), traduit "deux". Des notes dans les nombreuses traductions indiquent que les manuscrits grecs sont divisés entre les nombres "soixante-dix" ou "soixante-douze", et il n'y a aucun moyen d'être sûr du nombre exact de disciples envoyés par Jésus.

Une question similaire existe dans les interprétations Juives du nombre de familles originel mentionnées dans Genesis 10 (Bereshit 10 en Hébreu): soixante-dix noms sont mentionnés; certains commentaires hébraïques traditionnels (comme le Sefer_Ha_Zohar) mentionnent que deux personnes seraient restées au camp. Pour des raisons liées à l'étude hébraïque du passé de Jésus Christ et de certains textes Juifs anoblissant le chiffre soixante-douze, il se peut que ce soit le nombre originel de disciples envoyés par Jésus.

Variante de Solomon[modifier | modifier le code]

Solomon, évêque nestorien de Bassorah au XIIIe siècle propose la liste suivante[6] :

« Les noms des Septante. Jacques, fils de Joseph; Simon fils de Clopas; Clopas son père ; Joses; Simon; Judas; Barnabas; Manaé (?); Ananias, qui baptisa Paul; Céphas, qui précha à Antioche ; Joseph le sénateur; Nicodème l’archonte ; Nathaniel, chef des scribes; le Juste, c'est-à-dire Joseph, appelé Barshabbâ; Silas; Juda ; Jean, surnommé Marc; Mnason, qui reçut Paul ; Manaël (Manahem), le frère de lait d’Hérode ; Simon dit le Noir ; Jason, qui est (cité) dans les Actes des Apôtres ; Rufus ; Saint Alexandre ; Simon le Cyrénien, leur père ; Luc le Cyrénien; un autre Juda, qui est cité dans les Actes des Apôtres ; Juda, appelé Simon ; Eurion (Orion) aux pieds-plats ; Thôrus (?); Thorîsus (?); Zabdon; Zakron »

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après la Bible du Chanoine Crampon (1905).
  2. Cf. (en) Bruce Metzger, Textual Commentary on the Greek NT.
  3. Cf. (en) « Apostle », dans Catholic Encyclopedia, 1908.
  4. Eusèbe de Césarée, Historia Ecclesiae, livre I, chap. xii.
  5. Nominis : Saint Amplias
  6. a et b « The Book of the Bee, Chapter XLIX, The Names of the Apostles in Order »,‎ 1886 (consulté en 2008-02-21)
  7. « St. Matthias », Catholic Encyclopedia,‎ 1911 (consulté le 21 février 2008)