Onésime (Ier siècle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Onésime.
Onésime
Image illustrative de l'article Onésime (Ier siècle)
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 15 février

Saint Onésime (décédé entre 68 et 95) est fêté par l'Église catholique romaine le 15 février[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Onésime était esclave de Philémon, chrétien de Colosses, ville d'Asie Mineure, qui semble responsable de la communauté locale.

Philémon avait été converti au christianisme par saint Paul.

Onésime servit très mal son maître, le vola et s'enfuit à Rome, cherchant refuge auprès de saint Paul, alors emprisonné.

L'Apôtre lui montra la gravité de sa faute, le convainquit que le remords est la plus pesante des servitudes, le convertit et le baptisa.

Il le regarda ensuite comme son fils, d'autant plus cher qu'il l'avait engendré à Dieu dans les chaînes.

Il envoya une lettre à Philémon pour lui demander son pardon, et dont voici quelques extraits :

« Paul, prisonnier de Jésus-Christ, et Timothée, son frère, à Philémon, notre bien-aimé et coopérateur… grâce à vous et paix de la part de Dieu notre Père et de Notre-Seigneur Jésus-Christ… La prière que je vous adresse est pour mon fils Onésime, que j'ai enfanté dans mes chaînes… Je vous le renvoie. Recevez-le comme si c'était moi-même… Et non plus comme un esclave, mais comme un esclave, devenu un frère… J'avais pensé d'abord à le garder auprès de moi, mais je n'ai rien voulu faire sans votre consentement… S'il vous a fait tort ou qu'il vous soit redevable de quelque chose, mettez-le à mon compte. C'est moi, Paul, qui vous le rendrai…Oui, mon frère, procurez-moi cette joie dans le Seigneur… Que la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit. Ainsi soit-il. »

— Lettre à Philémon

Philémon reçut Onésime avec charité et le renvoya à saint Paul dont il devint le compagnon fidèle.

La légende raconte que l'apôtre en fit l'évêque de Bérée en Macédoine.

Mais c'est soumis à la torture et lapidé qu'Onésime acheva sa vie à Rome en l'an 95.

Notes et références[modifier | modifier le code]