Claudia Procula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claudia Procula
Image illustrative de l'article Claudia Procula
Le rêve de la femme de Pilate par Alphonse François
Vénéré par Église orthodoxe
Église éthiopienne orthodoxe
Fête 27 octobre (Église orthodoxe)
25 juin (Église éthiopienne orthodoxe)

Procula, Procla ou Abroqlâ est l´épouse de Pilate (en latin : uxor Pilati). Elle n'est évoquée dans l'Évangile selon Matthieu[1] qu'à travers une allusion[2], sans que son nom soit donné. Elle figure en revanche dans plusieurs textes apocryphes au VIe siècle ou dans les traditions des Églises chrétiennes orientales. Certaines l'honorent comme sainte sous le nom de Procla, à l'instar des Ménées de l'Église orthodoxe[3] et des églises coptes, ou Abroqlâ dans la tradition éthiopienne. Elle apparaît sous le nom de Claudia Procula dans une appellation dont le plus ancien témoin date du XVIIe siècle, contrairement à ce qu'ont pu affirmer certains commentateurs de l'Évangile selon Matthieu[4]. Les détails concernant l'épouse de Pilate relèvent ainsi essentiellement des traditions chrétiennes apocryphes.

L'épouse de Pilate est célébrée comme sainte par certaines Églises chrétiennes orientales : les Églises des sept conciles la fêtent le 27 octobre et l'Église éthiopienne orthodoxe le 25 juin[5]. Selon certaines révélations mystiques, elle était parente de l'empereur Tibère et se serait séparée de Pilate après la Passion de Jésus.

Dans la tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Dans l'évangile attribué à Matthieu[modifier | modifier le code]

Dans le Nouveau Testament, seul l'évangéliste Matthieu fait référence à l`épouse de Ponce Pilate. Elle envoie un message à son époux pour lui demander de ne pas condamner Jésus à mort :

« Or, tandis qu'il siégeait au tribunal, son épouse lui fit dire : “ Ne te mêles point de l'affaire de ce juste ; car aujourd'hui j'ai été très affectée dans un songe à cause de lui ”. »

— Évangile selon Matthieu, chapitre 27, verset 19.

Dans la littérature chrétienne primitive[modifier | modifier le code]

Au IIe siècle, Origène semble indiquer dans ses Homélies sur Matthieu, que l`épouse de Pilate s'est convertie au christianisme[6], ou tout au moins que Dieu lui a envoyé le rêve mentionné dans l'Évangile selon Matthieu pour qu'elle se convertisse[7],[8]. De nombreux théologiens de l'Antiquité et du Moyen Âge ont fait des développements à ce sujet. Des théologies rivales ont soutenu que le rêve avait été envoyé par Satan pour tenter de contrecarrer « le Salut » qui allait résulter de la mort du Christ[7],[8].

L`épouse de Pilate est mentionnée dans les « Actes de Pilate » (appelé aussi Évangile de Nicodème) — un récit déclaré apocryphe au VIe siècle censé se baser sur le témoignage de Pilatus lors de son procès à Rome — qui donne une version plus développée de l'épisode du rêve tel qu'il est mentionné dans l'Évangile de Matthieu[9],[10]. Le nom de Procula dérive des traductions de ce texte où elle est appelée Procla, comme dans les écrits coptes ou éthiopiens. Le plus ancien témoignage écrit de son autre nom, Claudia, date de 1619, dans la chronique du Pseudo-Dexter[8].

Selon ce même évangile, Pilati et son épouse s'affligent ensuite de la mort de Jésus (chap.11, v.2).

Le texte des Actes de Pilate[modifier | modifier le code]

« Ce spectacle remplit Pilate de crainte. Il voulut descendre de sa tribune. À peine en avait-il esquissé le mouvement, qu'un message lui parvint de son épouse, disant : “ Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste. Car j'ai beaucoup souffert cette nuit à cause de lui ”. Pilate alors s'adressa à tous les Juifs et leur dit : “ Vous connaissez la piété de mon épouse et savez qu'elle n'est pas loin de partager votre religion ”. Ils lui dirent : “ Oui, nous le savons ”. Pilate reprit : “ Eh bien, mon épouse m'envoie un message : Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste. Car cette nuit, j'ai beaucoup souffert à cause de lui ”. Les Juifs répondirent à Pilate : “ Ne t'avons-nous pas prévenu ? C'est un magicien, il a envoyé un songe à ton épouse ! ” »

— Actes de Pilate, Chapitre 2, verset 1[11].

Dans les traditions coptes et éthiopiennes[modifier | modifier le code]

On lit dans le Synaxaire éthiopien à la date du 25 du mois de Sanê (19 juin) : « Salut à Pilate qui se lava les mains pour montrer qu'il était pur du sang de Jésus-Christ, et à Abroqlâ (Procla), salut, sa propre épouse lui envoya dire : « Ne lui fais pas de mal ! Car cet homme là est pur et juste. »[12] » L'éditeur du texte dans la Patrologia Orientalis fait remarquer que cette mention n'apparaît que dans une catégorie de manuscrits plutôt tardifs[12]. Néanmoins, pour Jean-Pierre Lémonon, cette mention « témoigne d'un courant traditionnel de cette église[12]. »

Contrairement à Eusèbe de Césarée qui dit que Ponce Pilate n'a pas survécu longtemps à sa disgrâce et qu'il s'est suicidé après avoir été exilé à Vienne, la tradition éthiopienne connaît le martyre de Pilate[12], qui aurait été exécuté à Rome. Les textes appelés Anaphora Pilati et de Paradosi Pilati dans la tradition de la « Grande Église » sont en effet « connus sous plusieurs formes en arabe, notamment comme deux homélies de Cyriaque, évêque de Bahnasa (Oxyrrhynchos) ; ces homélies ont été traduites en éthiopien[12]. » Ces homélies de l'évêque égyptien sur le « Martyre de Pilate » ont également suscité un grand intérêt dans le monde syriaque[13]. Elles ont été traduites en « écriture carchunie » qui n'était pratiquée à partir du XIVe siècle que par des chrétiens arabes issus des milieux syriaques[13].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

L`épouse de Pilate a souvent, mais non systématiquement, été représentée dans des scènes médiévales avec son mari, se tenant habituellement derrière lui et lui chuchotant parfois quelque chose à l'oreille[14].

Elle est un des personnages principaux des Mystères de York (en) où elle est désignée sous le nom de Procula[15]. Son rêve lui est dicté par le diable, qui réfléchit d'abord en se disant que si Jésus meurt, lui, le démon, perdra son emprise sur les âmes des hommes. Il essaie donc de la convaincre que Jésus est innocent et que s'il est condamné, elle et Pilate perdront leur position sociale. Elle se réveille et envoie un message à son mari, mais Anân et Caïphe réussissent à convaincre ce dernier qu'elle a fait ce songe parce que Jésus a usé de sorcellerie.

La femme de Pilate figure également dans des œuvres littéraires, films, téléfilms et pièces de théâtres postérieurs. Charlotte Brontë a écrit le poème Pilate's Wife's Dream en 1846[16].

Elle apparaît également dans le roman d'Éric-Emmanuel Schmitt L'Évangile selon Pilate

Dans les livres de l'archéologue Christian Doumergue, Procula serait née à Narbo (Narbonne) en Septimanie, et y serait retournée avec Marie-Madeleine après la mort de Jésus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évangile selon Matthieu, chapitre 27, verset 19
  2. Jean-Pierre Lémonon, Pilate, éd. de l'Atelier, 2007, p. 244, extrait en ligne
  3. Calendrier liturgique de rite byzantin reprenant les offices liturgiques des saints et des fêtes fixes
  4. Jean-Pierre Lémonon, Pilate, éd. de l'Atelier, 2007, p. 253, note 124, extrait en ligne
  5. (en) Pontius Pilate, Catholic Encyclopedia.
  6. Paul L. Maier. Pontius Pilate: A Biographical Novel. Kregel Publications, 1995, (ISBN 0-8254-3296-0), p. 370 (notes à la fin du chapitre 26).
  7. a et b Sandro Sticca. The Latin Passion Play: Its Origins and Development. SUNY Press, 1970, ISBN 0-87395-045-3, p. 98
  8. a, b et c Ulrich Luz, Helmut Koester (contributor), James E. Crouch (translator). Matthew 21-28: A Commentary. Fortress Press, Minneapolis, 2005, ISBN 0-8006-3770-4, p. 499
  9. The Acts of Pilate, Chapitre 2, Paragraphe 1, traduit par M. R. James.
  10. "The Gospel of Nicodemus, or Acts of Pilate", from The Apocryphal New Testament, M.R. James (annotations et traduction). Oxford: Clarendon Press, 1924.
  11. Lire en ligne.
  12. a, b, c, d et e Jean-Pierre Lémonon, Pilate, éd. de l'Atelier, 2007, p. 244.
  13. a et b Jean-Pierre Lémonon, Pilate, éd. de l'Atelier, 2007, p. 253, note no 121.
  14. Iconography of Christian Arts, volume II (1972), Gertrud Schiller. Page 66.
  15. (en) Texte original : The York plays, Pièce 30.
  16. (en) Pilate's Wife's Dream par Charlotte Brontë.

Articles connexes[modifier | modifier le code]