Marcillé-Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcillé et Robert.
Marcillé-Robert
Le quartier de la Ville-Bédon, au bord de l'étang de Marcillé
Le quartier de la Ville-Bédon, au bord de l'étang de Marcillé
Blason de Marcillé-Robert
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Retiers
Intercommunalité Communauté de communes de la Roche-aux-Fées
Maire
Mandat
Louis Chapon
2014-2020
Code postal 35240
Code commune 35165
Démographie
Gentilé Marcilléens
Population
municipale
953 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Population
aire urbaine
28 707 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 02″ N 1° 21′ 36″ O / 47.9505555556, -1.36 ()47° 57′ 02″ Nord 1° 21′ 36″ Ouest / 47.9505555556, -1.36 ()  
Altitude 70 m (min. : 37 m) (max. : 87 m)
Superficie 20,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Marcillé-Robert

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Marcillé-Robert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillé-Robert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillé-Robert

Marcillé-Robert est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la richesse de la flore, Marcillé-Robert compte parmi les communes du département possédant dans leurs différents biotopes un nombre important de taxons, soit 512 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1373 taxons (118 familles). Plus que ce nombre, il faut considérer 34 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 18 taxons protégés et 25 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237) [1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion d’or surmonté d’un lambel du même.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Marcillé-Robert est une localité très ancienne : on y battait monnaie dès le début du VIIe siècle.

Petite ville fortifiée, les remparts du XVè siècles étaient coupées par trois portes et la ville se divisait en trois bourgs : à l'ouest, la "Ville-Bedon", au centre, la "Ville" proprement dite et, à l'est, le "Bourg" avec l'église. Au milieu de la "Ville" s'élevaient les halles, détruites vers 1884. Un château édifié au début au début du XIe siècle par le premier seigneur de Vitré, Riwallon, pour son fils Robert : c'est alors que Marcillé prit le nom de "Robert". Le château fut démantelé en 1595.

La population de la commune était, parait-il, favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire était alors celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2008 Marcel Jamois   Enseignant
mars 2008 en cours Louis Chapon   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 953 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 363 1 638 1 497 1 757 1 800 1 789 1 759 1 766 1 745
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 706 1 728 1 697 1 581 1 539 1 484 1 480 1 415 1 396
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 347 1 328 1 300 1 138 1 104 1 120 1 120 1 101 1 090
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 048 983 943 837 837 856 922 931 953
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Ouen.

La commune n’abrite aucun monument historique. On peut cependant noter dans le patrimoine de la commune les bâtiments suivants :

Commencée en 1688, terminée en 1713, elle est composée d'une nef terminée par une abside semi-circulaire et d'un transept. La face sud présente un porche additionné d'un ossuaire. L'intérieur possède une voute boisée, l'abside est décorée de peintures qui ont été restaurées. Un grand retable de 1825 à colonnes torses ornées de feuillage est accosté de deux ailes arrondies. Elle est surmontée d'un toit octogonal en carène et d'un campanile.

  • Le château, de style gothique, date du XIXe siècle.
  • Les ruines du château médiéval (XIe au XVe siècles).

Sites naturels :

  • L'étang de Marcillé-Robert, d'une superficie de cent hectares, alimenté par les eaux de la Seiche et de l'Ardenne. On peut y observer de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs, notamment hivernants.
  • La Maison de la nature, au bord de l'étang, propose des expositions aux visiteurs.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Boistrudan Moulins Bais Rose des vents
Essé N Visseiche
O    Marcillé-Robert    E
S
Le Theil-de-Bretagne Retiers

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  2. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011