Al Hoceïma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une ville du Maroc
Cet article est une ébauche concernant une ville du Maroc.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Al-Hoceïma
Taghzut ⵜⴰⵖⵣⵓⵜ
الحسيمة
Elḥusima, Villa, Alhucemas
Drapeau de Al-Hoceïma
Drapeau
Capitale culturelle du Rif
Capitale culturelle du Rif
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma
Province Al Hoceïma
Démographie
Gentilé Hocimi(a)
Population 57 000 hab.[2] (2014)
Géographie
Coordonnées 35° 14′ 57″ Nord, 3° 55′ 58″ Ouest
Altitude 27 m
Divers
Site(s) touristique(s) Plage Quemado, Plage Sfiha, Peñón de Vélez de la Gomera, Parc national d'Al Hoceïma, Cala Iris
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Al-Hoceïma

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Al-Hoceïma

Al Hoceïma (en berbère: ⵜⴰⵖⵣⵓⵜ Taghzut, en arabe: الحسيمة) appelée en langue autochtone Taghzut, ou encore Tijdit[3],[4] est une ville située sur la côte nord-est du Maroc (mer Méditerranée), dans le Rif (début du Rif oriental), au cœur de la baie du même nom. La ville est située à 160 km de Nador et de Melilla (autres grandes villes Rifaines à l'est), et a 330 km à l'Est de Tanger et a 300 km de Ceuta et à 300 km de la frontière algérienne. En 2004, d'après le recensement elle comptait 55 357 habitants, tandis que son agglomération, avec les villes et village voisines, approche les 200 000 habitants. La ville a connu un soulèvement de la rébellion rifaine menée par le chef Abdelkrim Al Khattabi avant de connaître un débarquement espagnol en 1925, lors de la guerre du Rif. Ajdir, qui fut la capitale de la République du Rif, est située à 10 km au sud d'Al Hoceïma. En 2004, la ville est frappée par un violent tremblement de terre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d'origine de la ville est Taghzout[5],[6], qui qualifie une terre fertile, une terre d'alluvions[7], ou une parcelle de terre en berbère rifain. Elle fut aussi plus tard appelée Tijdit (qui veut dire terre sableuse), avant de prendre l'appellation espagnole Villa San Jurjo et Villa Alhucemas, la ville n'est pas loin du site archéologique de la ville médiévale d'Al Mazamma. Le nom lui a été attribué par les espagnols « alhucemas », un mot espagnol d'origine arabe '"al khozama" (lavande), une plante très répandue dans le Rif central. Après l'independence on a cherché une version arabisée d'Alhucemas en trouvant « Al Hoceïma ». Les rifains surnomment la ville "Biya". En Algérie, la ville fut appelée en ancien arabe algérien Hadjer Ên-Nekour.

Climat[modifier | modifier le code]

Alhoceima Son climat est de type méditerranéen : étés secs et modérément chauds, hivers pluvieux, neigeux et frais.

  • Températures moyennes d'été : min. 17 °C, max. 30 °C
  • Températures moyennes d'hiver : min. 5 °C, max. 15 °C

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville d’Al Hoceïma est géographiquement située au centre nord du Maroc sur le littoral méditerranéen, avec une superficie de 3 550 km² caractérisée en majorité par une pente allant de 10 % à 40 % et 12 000 Ha de plaines. Elle est limitée à l’ouest par Chefchaouen et Taounate, à l’est par Nador, au sud par Taza et par 120 km de côtes méditerranéennes au nord.

Al Hoceïma est située dans le Rif, chaine montagneuse du Maroc méditerranéen.

Le Parc national d'Al Hoceïma, d'une superficie de 47 000 ha, englobe une partie terrestre, le massif des Bokkoyas, et une partie située en mer, la baie d'Alhucemas (ou baie d'Al Hoceïma). Il englobe les sites côtiers les mieux préservés de la côte nord marocaine, de hautes falaises et l'arrière-pays montagneux du Rif. L'eau de la baie d'Al Hoceïma se distingue par une limpidité favorisant une richesse marine de biodiversité. On y trouve de nombreux groupes marins tels les cnidaires, les annélides, les mollusques, les crustacés, les échinodermes, les poissons, les reptiles, les oiseaux et les mammifères marins. La présence simultanée dans le parc de trois espèces de dauphins, dauphin commun, dauphin bleu et blanc et grand dauphin, constitue un fait remarquable en Méditerranée. Il offre également abri à des espèces très rares telles que le goéland d'Audouin et le phoque moine, espèce en voie de quasi-extinction en mer Méditerranée. Le parc présente un intérêt ornithologique particulier : soixante-neuf espèces d'oiseaux y sont dénombrées, dont spécifiquement une des plus grandes concentrations mondiales de balbuzards pêcheurs.

La baie d'Al Hoceïma compte également de nombreuses îles, comme les minuscules îles de Sabaadiya et surtout de très nombreux petits îlots rocheux. L'île Peñón de Alhucemas a la particularité d'être sous souveraineté espagnole.

Administration[modifier | modifier le code]

Al Hoceïma est devenu province d’après le Dahir du 13 janvier 1956 complété par celui de 6 décembre 1959. Elle est organisée en un Pachalik à la ville d’Al Hoceïma avec trois arrondissements et une municipalité, et en trois cercles :

  • cercle de Aït Ouaryaghel composé de cinq caîdats, treize communes rurales et deux municipalités ;
  • cercle de Targuist avec quatre caîdats, quatorze communes rurales et une municipalité ;
  • cercle de Bni Boufrah constitué de deux caîdats, quatre communes rurales.

Al Hoceïma formait avec les provinces de Taza et de Taounate la quinzième région du royaume entre la loi 47-96 du 2 avril 1997, qui avait mis un terme au découpage du royaume en sept régions économiques pour le remplacer par un nouveau découpage de seize régions, et la loi de 2015.

Population[modifier | modifier le code]

Al Hoceïma compte environ 57 000 habitants dans la communauté urbaine[8]. La population de cette ville a la particularité de tripler en période estivale, avec le retour des ressortissants vivant en Europe et le tourisme balnéaire.

Les habitants d'Al Hoceïma sont les Hoceimi, terme peu utilisé au Maroc. Les habitants sont souvent identifiés par le terme Ryafa en arabe, terme qui regroupe les populations du cœur historique du Rif.

Langue et culture[modifier | modifier le code]

La langue parlée à Al Hoceïma est le rifain, de la famille des langues berbères, la langue vernaculaire est majoritairement le rifain (tarifit). L'Arabe dialectal marocain est parlée par environ 65% de la population de la ville en tant que deuxième ou troisième langue. La langue enseignée à l'école est l'arabe littéraire. Al Hoceïma était sous colonie espagnol, comme la majorité du nord marocain, la langue y est très parlée. Les historiens linguistes rattachent le rifain à la catégorie des langues berbères amazighes de type Zénète (Z'natiy). Comme les dialectes tamazigh et tachelhit parlés dans d'autres régions du Maroc ou le kabyle en Algérie, le rifain resté longtemps de tradition et transmission orale renaît aujourd'hui sous sa forme écrite grâce à l'alphabet amazighe, le tifinaghe.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Al Hoceïma dans ses contours actuels a été créée en 1920 par l'Espagne.

Al Hoceïma est principalement connue pour son histoire de ville rebelle contre le pouvoir colonisateur espagnol. Abdelkrim El Khattabi (issue de la tribu Aït Ouriaghel) est président d'une des premières formes démocratiques de pouvoir en Afrique, la république du Rif. La guerre du Rif qui vit un débarquement espagnol en 1925 dans la baie est un épisode symbolique fort dans l'histoire du Maroc et de l'Afrique. Elle est la première guerre anti-coloniale du XXe siècle et précède les conflits liés à la décolonisation en Afrique et dans le reste du monde.

Le port fut ouvert officiellement au commerce en 1931.

Al Hoceïma est aussi connue pour son histoire douloureuse et ses liens difficiles avec le pouvoir central marocain, avec notamment l'insurrection du Rif de 1958, et le sentiment d'une ville un peu livrée à elle-même après le départ des colonisateurs espagnols jusque la fin du règne de Hassan II.

Dans la nuit du 24 février 2004, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,3 degrés sur l'échelle ouverte de Richter ravage une partie de la ville ainsi que des localités avoisinantes comme Imzouren. Le bilan définitif de ce séisme est de 629 morts, 926 blessés et 15 230 sans-abris, selon un communiqué du 4 mars 2004 du ministre de la communication Nabil Benabdallah. Un vaste programme de relogement et d'infrastructures est lancé par la suite.

La ville a également connu une série de secousses au début de l'année 2016. Un séisme de 4,9 sur l'échelle de Richter a été enregistré le 21 Janvier à 13h47, faisant 15 blessés.

Économie[modifier | modifier le code]

Orientée vers la pêche et le tourisme, Al Hoceïma est une des plus grandes stations balnéaires du Maroc et d'Afrique du Nord. La venue massive pendant l'été de ressortissants et touristes intérieurs est favorisée par la multitudes des plages dans la région : Quemado (complexe), Tala Youssef, Chafarina (complexe), Cala Iris, Souani, Sfiha, Cala Bonita.

Al Hoceïma est la première ville au Maroc à avoir accueilli un village Club Méditerranée au début des années 1960, ouvert seulement en été, ouvrant la voie aux villages clubs d'Agadir ou Marrakech. Le village très fréquenté dans les 30 premières années va marquer le pas. Malgré des améliorations et modernisations des installations, le « Club Med » d'Al Hoceïma déficitaire sera fermé en 2003 après la saison pour cause de fréquentation insuffisante et de standing insuffisant.

Article détaillé : Club Med au Maroc.

Al Hoceïma est stimulée économiquement aux niveaux touristique et infrastructure depuis des années grâce aux centaines de milliers de ressortissants originaires de Al Hoceima et de sa province qui viennent chaque année en masse en période estivale, ces ressortissants se sont installés en France, en Allemagne, en Espagne et surtout en Belgique et aux Pays-Bas où ils constituent l'essentiel de la population d'origine marocaine.

Al Hoceïma est également connue pour ses plages et ses maisons luxueuses.

Plage Quemado, prise de vue à partir de la corniche "Moroviejo" -by D.M

Infrastructures et transports[modifier | modifier le code]

Les grands chantiers de la Route nationale 16 ont permis depuis 2007, un désenclavement routier de la ville d'Al Hoceïma, longtemps marquée par une accessibilité par la route restée difficile et dangereuse depuis des décennies. L'aboutissement de cette rocade Méditerranée le long des côtes maritimes était attendu depuis plus de dix ans par les populations locales et ressortissantes. Troisième port du Maroc pour le traitement du trafic passager, le port d'Al Hoceïma dispose d'une gare maritime à infrastructures modernes, inaugurée par le roi Mohammed VI en 2007 et qui reste souvent fermé durant l'année par manque de volonté politique, le port n'est desservi que très peu, durant les périodes des vacances d'été (très peu de ferry présents par peur de voir le nouveau port de Tanger et de Nador diminuer en capacité).

Al Hoceïma possède un aéroport international, l'aéroport Al Hoceima - Cherif Al Idrissi, (code IATA : AHU). Celui-ci ne dessert que très peu de lignes régulières avec l'Europe. Les liaisons directes les plus fréquentées sont celles avec Bruxelles(2 avions ,Ml tours et Royal Air Maroc) et Amsterdam, compte tenu des nombreux ressortissants rifains vivant en Belgique et aux Pays-Bas. Dans le courant de l'année 2013 une nouvelle ligne devrait desservir Al Hoceïma et la ville de La Rochelle, France située dans le département de la Charente-Maritime, situé sur la côte atlantique, l'aéroport de La Rochelle-Laleu est un point stratégique d'une part car l'essentiel des populations d'origine marocaine résidant dans l'agglomération rochelaise sont originaires du Rif et principalement de la Province d'Al Hoceïma. Et la forte demande des Marocains de la Rochelle de disposer d'une ligne desservant Al Hoceïma et La Rochelle, ce qui permettrait aussi aux nombreux marocains de la région de rejoindre le Maroc sans passer par Paris.

Club de plongée ACRAP à la plage de Calabonita : https://www.facebook.com/acrapalhoceima/

Clubs de football[modifier | modifier le code]

logo CRA

Chabab Rif Al Hoceima , est une équipe de football représentant la ville d'Al Hoceïma en 1re division (Botola Pro). Raja Al Hoceima , est une équipe de football représentant la ville d'Al Hoceïma en GNF 2 (deuxième division).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Villes[modifier | modifier le code]

Districts[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Ibrahim Afellay avec les Pays-Bas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « population légale de la province d'Al Hoceima par communes. », sur le site de la Direction Régionale de Taza-Al Hoceima-Taounate.
  2. [1].
  3. « GPR Survey at the Archaeological Site of Almazamma, Al Hoceima (Morocco) », sur citeseerx.ist.psu.edu (consulté le 7 mars 2016)
  4. « Journal Lematin - AL-HOCEIMA : UNE FAUNE ET UNE FLORE TRÈS RICHES »
  5. « Historique d'Al Hoceima »
  6. Documents sur Al Hoceima, nom originel de la ville : Taghzout (lire en ligne)
  7. Dictionnaire des racines berbères communes, Mohand Akli Haddadou (lire en ligne)
  8. « Site de la Direction Régionale d'Alhoceima », sur www.hcp.ma (consulté le 30 janvier 2016)