Taourirt (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taourirt.

Taourirt (Maroc)
(ber) oujda, ⵜⴰⵡⵔⵉⵔⵜ
(ar) تاوْريرْتْ
Taourirt (Maroc)
Entrée de la ville.
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental
Province Taourirt
Démographie
Population 103 398 hab. (2014[1])
Géographie
Coordonnées 34° 25′ 01″ nord, 2° 53′ 06″ ouest
Divers
Site(s) touristique(s) Kasbah de Taourirt
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Taourirt (Maroc)

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Taourirt (Maroc)

Taourirt (en amazigh : Tawrirt, ⵜⴰⵡⵔⵉⵔⵜ ; en arabe : تاوْريرْتْ) est une ville et commune marocaine située dans la région de l'Oriental. La ville est bordée au nord par le Rif oriental dont est elle à la limite. .

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à 100 km au sud-ouest de Oujda sur la rive gauche de l'oued Za (rivière), à proximité du barrage Hassan II, à quelques kilomètres de la limite méridionale du Rif.

Histoire[modifier | modifier le code]

Habitants de la ville au début du XXe siècle.

Historiquement, l'ancienne ville de Za dans la vallée de la Moulouya fut nommée ainsi après l'invasion des Mérinides au XIIe siècle. La rivière qui l'arrose porte encore le nom de oued Za. Les premiers habitants de Taourirt sont donc des berbères zénètes. Les tribus bédouines Krarma et Ahlaf s'installent dans la région et repoussent les Zénètes vers le Rif, et les montagnes de l'Oued Za. Au XVIe siècle, Moulay Ismaïl y fonda une Kasbah où les Krarma, Tafrata et Ahlaf pouvaient s'y réfugier en cas d'invasion ottomane.

Au XIXe siècle, avec la kasbah Moulay Ismaïl, la ville occupait une place importante dans la défense de l'empire marocain. Située à la croisée de la route Fès-Oujda et de l'axe commercial entre Sijilmassa et l'Europe, la ville fut le théâtre de quelques batailles dynastiques aux XIIIe et XIVe siècles. La ville se développa également avec les activités de commerce d'ovins et surtout par l'exploitation des mines environnantes (zinc, plomb, etc). Sa beauté parfois rude, ses paysages et sa proximité relative avec Fès y attira de nombreux peintres.

En 1997, lorsque la province de Taourirt a été créée, elle en est devenu le chef-lieu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom d'origine berbère signifie « petite montagne ».

Démographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Évolution démographique
1994 2012
57 956121 933

Les habitants de Taourirt sont en grande majorité arabophones mais une part des habitants sont des berbères, majoritairement des Rifains[2]. Les Rifains de Aït Bou Yahyi et de Mtalsa, les Beni Iznassen, les Aît Yaala ainsi que les Beni Chbel sont descendus de leurs montagnes pour venir habiter la ville lors du grand exode rurale du XXe siècle. Taourirt, à l'instar d'autre villes de l'est marocain, a connu une importante émigration, notamment vers l'Algérie voisine ainsi que la France[3].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville pratique une agriculture extensive qui repose essentiellement sur la culture de l'olive et les usines de transformation et encourage le développement de l'exploitation des plantes aromatiques et médicinales.

Le rôle économique des Marocains résidents à l'étranger, surtout en France et en Espagne, y est devenu notable.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Abdelaziz Meziane Belfkih (1944-2010), ingénieur des ponts et chaussées. Ancien ministre : agriculture, équipement. Ancien conseiller des rois Hassan II et Mohammed VI. Décédé en 2010 à la suite d'une longue maladie. Inhumé au cimetière de Taourirt. Ancien président de l'association des anciens élèves de Taourirt. Artisan de la première réforme de l'enseignement ainsi que de grands projets de développement, à l'instar de Tanger-Med.
  • Hassan Abdel Khaleq, ambassadeur en Jordanie, journaliste et homme politique
  • Mohammed Ameur, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger du Maroc dans le gouvernement El Fassi. Il est membre du bureau national de l'Union socialiste des forces populaires (USFP). Actuellement député au parlement
  • Taieb Dekkar, journaliste et écrivain, auteur de Maroc-Algérie : la méfiance réciproque, éditions l'harmattan. Paris. 2013. Il a publié au mois d'avril 2016 un deuxième livre autobiographique sous le titre "L'endurance". Il a été correspondant de la MAP à Oujda, Paris, Alger, Bonn et Berlin puis directeur de l'information au siège à Rabat. Il est membre fondateur de l'association des anciens élèves de Taourirt.
  • Mohamed El Yaâgoubi (1977-), footballeur
  • Adil Rami, footballeur français, actuel joueur de l'Olympique de Marseille
  • Cheba Zahouania, chanteuse de Raï de nationalité Algérienne, son père était un Rifain de Taourirt qui s'était installé en Algérie

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]