Zaïo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zaïo
Zaïo
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental
Province Nador
Maire Taîbi[réf. souhaitée]
Démographie
Gentilé Bezayri
Population 35 000 hab. (2004[1])
Densité 3 500 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 56′ nord, 2° 44′ ouest
Altitude 154 m
Superficie 10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Zaïo

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Zaïo

Zaïo est une commune et ville, municipalité de la province de Nador, dans la région administrative de l'Oriental et la région géographique du Rif, au Maroc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Zaïo est située au nord-est du Maroc, dans le Rif oriental, à 58 km de l'Algérie, dans la plaine fertile de Sebra. Elle est au cœur d'une région riche en sites naturels : la mer Méditerranée (25 km) avec ses multiples criques et plages, le cap des Trois Fourches, le cap Ras Kebdana (55 km), mais aussi la montagne avec les monts Kebdana et les Monts Beni Znassen (Tafoughalt), la vallée du Zegzel et la grotte du Chameau. Les paysages peuvent être tout aussi bien désertiques que très verdoyants comme dans l'embouchure du fleuve Moulouya, où se rencontrent des hérons, des aigrettes et des flamants.

Le climat dominant dans la région est de type méditerranéen semi-aride avec une pluviométrie moyenne annuelle faible et irrégulière (300 m). Les précipitations sont concentrées sur les mois de décembre, de janvier et d'avril, tandis que les températures moyennes varient entre 5,2 °C et 18,7 °C l'hiver, et 18,5 °C et 31 °C l'été.

Histoire[modifier | modifier le code]

Zaïo est le chef-lieu des Ouled Settout, confédération de tribus arabes venus s'installer sur la plaine de Sabra, à l'est du Rif au XVIIe siècle.

Population[modifier | modifier le code]

Zaïo est le chef-lieu des Ouled Settout. Il s'agit de tribus de moeurs et de coutumes arabes, dont les descendants seraient des bédouins venus s'installer dans la région de la Moulouya, et se seraient mélangés aux éléments berbères déjà présents dans la région. Cette incursion est postérieure au XVe siècle (probablement XVIIe siècle) car Hassan Al-Wazzan dans sa description sur le Rif, n'en fait mention comme vivant dans la région. Toutes ces tribus ont des liens avec les autres tribus de la plaine des Triffa, Angad, et de la Dahra.

La confédération des Ouled Settout est composée de 4 fractions[2].

  • Oulad Daoudi: Oulad Abdallah - Beni Moussa - Oulad El Bachir
  • El Mouadíne: Oulad Mansoor - El Aabbad - Aazzouzat - Aarabat - Messoussat - Edderssaa.
  • Oulad Bouyahia: Oulad Bouziáne - Oulad Kaddour - Oulad Ahmed - Oulad Bezzayer - Oulad Allal.
  • Oulad Ech-Chejaa: Oulad Mhalhal - Oulad El Maghraoui - Beni Oukil Ezzaouag - El Fouares.

Étant la position de la ville de Zaïo qui la situe à un carrefour entre les clans berbères et arabes, la ville est majoritairement arabophone mais avec une part non-négligeable de berbérophone. Selon le recensement de 2014, les habitants de la commune urbaine de Zaïo étaient +/- 35000 et ceux de la commune rurale de Ouled-Settout environs 29000 habitants.[3]

Économie[modifier | modifier le code]

Les vastes plaines irriguées de Sebra 5 660 ha desservies par les deux barrages Mohammed V et Machraa Hammadi en amont sur le fleuve Moulouya fournissent fruits et légumes indispensables : oranges, clémentines, olives, artichauts, etc. Zaïo est réputée pour sa sucrerie et la zone irriguée de Sabra, qui se trouve au sud-est, est riche en agrumes et oliviers. La zone à l'ouest de la ville a connu dans les années 2000 un essor industriel grâce à l'exploitation de l'argile et du gypse dont elle est riche. De surcroît, de nombreuses briqueteries ont été créées.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Haut-commissariat au Plan, « Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 », sur www.lavieeco.com (consulté le 9 février 2012)
  2. (es) Abdelhak Aoufi, « Haj Simohame - Sa profession », sur www.mohamedaoufi.com (consulté le 8 mars 2018)
  3. « RGPH 2014 », sur rgphentableaux.hcp.ma (consulté le 8 mars 2018)