Mohammédia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mohammadia.
Mohammédia
La cité des fleurs
Blason de Mohammédia
Héraldique
Parc des villes jumelées
Parc des villes jumelées
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Grand Casablanca
Province Préfecture de Mohammédia
Maire
Mandat
Mohamed M’Fadel (PAM)
2009
Gouverneur Fouzia Imanssar depuis le 11/05/12
Démographie
Population 322 286 hab. ([réf. nécessaire])
Géographie
Coordonnées 33° 41′ 23″ N 7° 23′ 23″ O / 33.68972, -7.3897233° 41′ 23″ Nord 7° 23′ 23″ Ouest / 33.68972, -7.38972  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Mohammédia

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Mohammédia

Mohammédia (en arabe : المحمدية, transcription : Al-Mohammadiya), anciennement appelée Fédala, est une ville et commune du Maroc située près de Casablanca, chef-lieu de la préfecture de Mohammédia, dans la région administrative du Grand Casablanca.

Elle abrite la principale raffinerie du Maroc, la Samir. On trouve également, dans sa banlieue, la plus grande centrale électrique thermique du pays, qui alimente en grande partie la région du Grand Casablanca. Elle accueille aussi le principal port pétrolier du royaume, qui alimente la Samir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Entrée de la Casbah et vue sur la mosquée Al Atik

Histoire de Fedala[modifier | modifier le code]

L'histoire n'a jamais attesté avec exactitude comment fut baptisée Fedala. Les traces existent encore de son rôle au niveau commercial sous les Almoravides décrit par Obeid Allah Al Bakri, géographe de l'Andalousie. Des pêcheurs et des marchands espagnols, gênois et vénitiens commerçaient avec Fédala dès les XIVe et XVe siècles. Au XVIIe siècle, ce port sous le nom de Fédale ou de « l'isle de Fédala » servait surtout de refuge momentané aux légers bâtiments des corsaires de Salé, poursuivis par les frégates du roi de France.

La ville qui ne comptait que quelques centaines d'habitants atteindra son apogée lorsque le Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah y construisit la kasbah en 1773, dont les murailles abritaient des entrepôts céréaliers de la région de Tamesma. Il édifia également la mosquée blanche Al-Atik.

Fédala devint une ville d'envergure en 1912 lorsque Georges Hersent créa .la compagnie franco-marocaine qui prit une part importante au développement de la cité.

En juillet 1914 se constitue la compagnie du port de Fédala. La ville balnéaire prit corps en 1925 et l'esplanade fut construite en 1938. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l'office chérifien de l'habitat se chargea de la disparition des bidonvilles par la création des lotissements de Fédala El Alia.

La construction du sea line en 1951 fit de Fédala le premier et le plus moderne port pétrolier d'Afrique du Nord.

De Fedala à Mohammedia[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fédala a été renommée Mohammedia le en hommage au roi Mohammed V, symbole de l'indépendance marocaine, à l'occasion de la pose de la première pierre de la raffinerie de pétrole Samir.

A la sortie du protectorat et jusqu'aux années 70-80, Mohammedia était surtout une grande station balnéaire qui comptait un casino (aujourd'hui fermé), une marina, un champ de courses, un golf royal, un club de tennis et de nombreux restaurants et hôtels (Hotel Miramar (aujourd'hui fermé))
Mohammédia est maintenant essentiellement un pole industriel en passe de rejoindre Casablanca, qui n'est située qu'à une vingtaine de kilomètres au sud, notamment avec la création de la ville nouvelle de Zenata.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Mohammedia est située sur la côte de l'océan Atlantique, à 24 km au Nord-Est de la capitale économique du royaume. Le périmètre urbain de la ville s’étend sur 3.320 ha et se localise entre les embouchures de Oued El-Maleh et Oued Nfifikh. La ville est limitée au Nord par l'océan Atlantique, à l'Est et au Sud par la Province de Ben Slimane et à l'Ouest par la préfecture du Sidi Bernoussi-Zenata.

Climat[modifier | modifier le code]

Mohammedia jouit d'un climat méditerranéen caractérisé par des hivers doux et humides et des étés chauds et secs. Sa proximité à l'océan Atlantique tend à rafraîchir la ville en été et à la réchauffer en hiver. Elle profite largement du soleil durant toute l'année.

La période de mai à octobre est relativement chaude caractérisée par un air sec avec des températures moyennes maximales de 23–29 °C et minimales de 14–19 °C, mais la température dépasse souvent les 32 °C et atteint parfois les 35 °C.

La période de novembre à avril est douce et humide avec des pluies fréquentes. Les températures moyennes maximales sont de 20–23 °C et les minimales de 9–12 °C, cependant la température peut facilement baisser aux alentours de 2 °C tôt le matin ou atteindre les 27 °C pendant quelques jours d'hiver.

La grande partie des précipitations qu'enregistre la ville a lieu entre novembre et avril. La moyenne annuelle est autour de 400mm. Ces précipitations sont généralement des averses de pluies passagères, mais parfois des pluies torrentielles et abondantes, voire des orages. Aucune chute de neige n'a jamais été enregistrée dans la ville.

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • El Alia (signifie la « partie haute », à cause de ses pentes et de sa surélévation au-dessus de la ville créée par les français et bâtie dans l'ancienne lagune.
    • Divisions :
      • Les quartiers anciens : El Hassania, Derb Marrakech, L'habitat, Diour Kraii, Diour Doukkala, Derb Jamila, Derb Ourida, Derb Fath, Derb Douchmane, Riyad Salam, Les Crêtes, Laâyoune, Riyad, Chabab, Rabat, Sâada( Lkarwa, Derb Fouzia, Derb 60, Derb Abderazak)...
      • Quartiers récents : Hay El Falah, Anfa, Rachidia, Hay Reda, Hay Nasr, Hay El Fajr, La colline, Hay Al Wahda, Hay El Amal.
  • El Kasbah (le centre de l'ancienne "Fedala")
    • Divisions :
      • El Kasbah, rue de Sous
      • El Marsa, Al Wafaa, boulevard Mohamed V.
  • Partie Est de Mohammédia (connue spécialement pour ses plages)
    • Divisions :
      • les plages (par ordre du centre vers l'est de la ville) : Plage du centre, Plage Mannismane, Plage Yasmina, Plage Santa Monica, Plage La Siesta, Plage Les Sablettes.
      • les lotissements :lotissement Yasmina, lotissement Soleil, lotissement Nice, lotissement Al Assil, Les Florianes, "Marina" Beach, L'orée du Parc, Parc Plaza I, Parc Plaza II
  • Mohammedia s'ouvre sur deux autres petits villages :
    • Ben Ykhlef ( El Luizia) . ( Connue par sa forêt qui la traverse Oued Nfifikh vers plage Sablette )
    • El Mansouria . ( Connue par sa plage et ses résidences touristiques )

Transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par l'autoroute A 3 qui relie Rabat à Casablanca, et qui est considérée comme l'autoroute payante la plus fréquentée en Afrique (55 109 véhicules/jour). Elle est aussi desservie par la voie ferrée : Le réseau TNR qui fait la liaison Casablanca-Kénitra. La route nationale 1 traverse aussi la ville.

Les lignes d'autobus M'dina Bus 32D (université), 800, 900, 904, 909, M01, M02, M04 et M05 ; et les lignes Lux Transports 905, 02, 02B et 01 la desservent.

Industries[modifier | modifier le code]

De nombreuses entreprises ont élu domicile à Mohammédia et notamment dans les quartiers sud de la ville (Bd Hassan II). Il s'agit essentiellement d'unités de production. La ville de Mohammédia acquiert ainsi au fil des années une véritable vocation industrielle.

Vie scolaire et étudiante[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'environ 15 écoles primaires et de quelque 13 collèges et lycées rien que pour le secteur public. Le secteur privé est également en développement. Plusieurs écoles, collèges et lycées privés ont ouvert leurs portes ces 10 dernières années dont la capacité dépasse pour certains les 600 élèves.

La préfecture dispose de 19 écoles dans le secteur public[n 1], 23 dans le secteur privé[n 2] et 2 "Mission française"[n 3] ; 9 collèges dans le secteur public[n 4], 10 dans le secteur privé[n 5] et 1 collège de la mission française (collège Claude Monet). La préfecture est également équipée de 6 lycées dans le secteur public[n 6], et 7 dans le secteur privé[n 7]. Le lycée technique de Mohammedia accueille également des étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles, option MPSI, TSI (année Sup) et option MP, TSI (année Spe).

De plus, du fait de la relative, et historiquement importante, communauté européenne de la ville, Mohammedia possède depuis 1961 un Groupe scolaire (primaire, collège) français, Claude Monet[1].

La ville de Mohammédia est également une ville étudiante. Elle accueille près de 25 000 étudiants nationaux et internationaux (principalement d'origine subsaharienne) poursuivant leurs études supérieures dans les facultés et instituts de la ville. La préfecture de Mohammedia abrite trois facultés (Lettres, Droit et Sciences) et deux Instituts supérieurs (Technologie hôtelière et touristique, ENSET) dirigés par l'Université Hassan II.

La ville de Mohammedia possède de nombreux centres d’apprentissage des langues pour jeunes ou adultes dont les principaux sont:

  • le Centre culturel français
  • Le Centre Américain de Langues (American Language center), qui accueille plus de 1 000 étudiants chaque trimestre.
  • l'International Language School (pour l'espagnol, l'italien, l'allemand notamment)

La préfecture abrite trois facultés (Lettres, Droit et Sciences) et deux Instituts supérieurs (Technologie hôtelière et touristique, ENSET) dirigés par l'Université Hassan II[n 8].

La ville de Mohammedia abrite aussi, notamment :

  • L'École Canadienne de Technologie, Logistique et Management. (E.C.T.L.M)
  • l'École Supérieure privée des Études Juridiques et Économiques(ESEJE),
  • L'Institut Supérieur de Technologie Appliquée à Mohammedia (ISTAM Colline),
  • L'Institut Supérieur Industriel - Mohammedia (ISIM),
  • Le Centre de Qualification Professionnelle (CQP Yasmina),
  • Le Centre de Formation par Apprentissage (CFA Port).

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football

La ville possède deux stades de football -Le Stade el Bachir et le Stade el Alia
l'Union de Mohammédia est le seul club de football qui évolue actuellement en GNF 2. Chabab Mohammédia (SCCM) et El Majd (La Gloire) sont deux clubs de football qui évoluent actuellement en 3e division

  • Tennis

Un club de tennis -Royal Tennis Club de Mohammedia-, attenant au golf ayant produit quelques professionnels marocains comme Bahia Mouhtassine ou Reda El Amrani (160e ATP)

  • Golf

Un Golf 18 trous - appartenant au Royal Golf Anfa-Mohammedia

  • Base nautique et Surf

La ville possède une base nautique et un Yacht Club au niveau du port de la ville qui essaient de maintenir une certaine activité malgré tout[2]. Par ailleurs, la plage des Sablettes (Nord de la ville) possède une école de Surf et y organise régulièrement des compétitions avec l'aide de l'AMSB : Association Monica de Surf et Bodyboard, située a Monica Plage et gérée par les jeunes locaux dont les principaux fondateurs sont Omar Zidouh et Salem Moutawassit

  • Autres

- Un Club d'équitation -Royal Club d'équitation Lalla Soukaina-
- Un circuit de Karting (route de Ben Slimane)
- Un Club de Tir au vol

Festivals[modifier | modifier le code]

Festival international de Mohammedia[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ce festival vise à réunir les habitants de la ville de Mohammedia autour d'un projet fédérateur qui met en avant les potentiels de la ville à animer ses rues, promouvoir ses plages et valoriser ses atouts. Au programme, de nombreuses activités culturelles, expositions artistiques, concerts, colloques, et projections de films sont organisés. Des campagnes de sensibilisation à l'environnement sont également planifiées ainsi que des actions sociales et médicales dont bénéficient les personnes handicapées et enfants issus de familles nécessiteuses. Plusieurs disciplines sportives sont à l’honneur : Beach Volley, Beach Soccer, jet ski, surf, Kick Boxing, course sur route, triathlon.

La première édition du Festival international de Mohammedia s'est tenue du 30 juillet au 21 août 2009. Les habitants de Mohammedia, les Casablancais ainsi que les touristes nationaux et internationaux ont pu savourer la cité des fleurs sous le charme de la culture, de l'art et du sport. Cette édition s'est marquée par l'organisation de 48 concerts musicaux, 8 compétitions sportives, 6 conférences et espaces débat. 400 artistes et sportifs étaient présents.

Festival des fleurs[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Depuis l'année 2007, la ville de Mohammédia accueille chaque mois de juin un festival : le festival des fleurs. Pour ce festival, le conseil de la ville consent un investissement important.

La première édition Fedala Festival Floral (FFF 2005) a été initié en 2005 par la société C.T.C.I. à Mohammedia dans le cadre de la célébration « Maroc - Pays-Bas 400 » À cette occasion, un nouveau jardin (MAROC – PAYS BAS 400) a été créé à côté du siège de la nouvelle préfecture de Mohammédia.

Festival international du court métrage de Mohammedia[modifier | modifier le code]

Le théâtre municipal de Mohammedia.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La ville de Mohammedia organise au mois d'avril le Festival international du court métrage de Mohammedia. Il réunit chaque année professionnels, cinéastes, acteurs, producteurs et critiques, issus de différents pays pour fêter le court métrage.

La programmation comporte des expositions, des colloques, des ateliers, des hommages et une compétition officielle de films.

Personnalités étant nées ou ayant vécu à Mohammédia[modifier | modifier le code]

  • Abraham Serfaty, homme politique et indépendantiste marocain (a vécu à Mohammedia après son retour au Maroc en 1999)
  • Éric Besson, ministre français de l'Immigration, de l'Intégration de l'identité nationale et du Développement solidaire: ancien élève du lycée Lyautey de Casablanca, a passé son adolescence à Fedala/Mohammedia
  • Ahmed Faras, ancien footballer marocain (né à Fedala/Mohammedia, il est formé et passe sa carrière au Chabab de Mohammedia (1965-1982))
  • Abdellah Daoudi, chanteur marocain.
  • Jacques Brel, chanteur belge. (Il n'a jamais vécu à Mohammédia, mais il s'y rendit plusieurs fois. Le Sphinx[3], ancienne maison close de Mohammedia, lui inspira notamment la chanson Jef).
  • Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, journaliste et écrivain français (vit actuellement à Mohammedia)
  • Robin Campillo, cinéaste français né à Mohammedia
  • Mustapha Bakkoury, ex-PDG de la Caisse de dépôt et de gestion, né à Mohammedia

Controverses[modifier | modifier le code]

  • La pollution causée par les activités pétrolières et industrielles (pollution atmosphérique, pollution des plages de la ville) [4] [5]
  • Les inondations en 2001 et en 2003[6]
  • L'abandon du Casino de la ville, « lien avec l’histoire qui ne cesse de se détériorer, édifice emblématique construit en 1933» et de l’hôtel Miramar « un autre lieu mythique construit en 1928 »[7]
  • L'alliance entre le promoteur immobilier M. El Allali (Groupe Allali) et la société Groupe Mfadel[8], géré par Redouane Mdadel, fils du président de la Commune de Mohammedia M. M'fadel [9] dans la construction d'importants projets immobiliers [10]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Écoles du secteur publique : écoles Lalla Asmaa, Oualada, Al Mandar Al jamil, Al Fachtali, Al Farazdak, Al Hassania, Al Qods, Al Khansaâ, Al Massira, Al Wahda, Mohamed Ben Abdellah, Ouled Hmimoune, Mly Rachid, Bradaâ, Al Msalla, Hanssali, Ibn Habouse, Ibn Atia, et Abdel Waheed El Marrakchi
  2. Écoles du secteur privé : écoles Jacques Hersent, Karaouiyine, Pythagore Junior, Vivaldi, Baudelaire, Le nid familial, Addoha, Dania, Bénédict Junior, Annour, Candide, Bab El Maarifa, Moulay Driss 1er, Ennahda, Océan, Les Oliviers, Inara, Jules Ferry, Charef Al Adarissa, El Afak, Fedala, Alem Al Maarifa, et Apostrophe
  3. École Claude Monet et école poincaré
  4. Collèges du secteur public : collèges Al Mohammedia, Al Akid El Allam, Yakoub Mansour, Allal Ben Abdellah, Palestine, Al Maghreb Alarabi, Sidi Moussa Ben Ali, Chabab, et Ben Rachiq
  5. Collèges du secteur privé : collèges Newton International School, Pythagore, Jules Ferry, Les Oliviers, Enahda, Poincarré, Maarif, Miri, Galilée, et Bénédict
  6. Lycées du secteur public : lycées Ibn Yassine, Al Joulane, Jabir bnou Hayane, Al Alia, Abdelkrim El Khattabi, et le lycée Technique
  7. Lycées du secteur privé : lycées Newton International School, Pythagore, Galilée, Euclide, Les Princes, Jules Ferry, et Maârif
  8. Facultés et Instituts présents dans la préfecture :
    • Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – Mohammedia (FLSHM),
    • Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales – Mohammedia (FSJESM),
    • Faculté des Sciences et Techniques – Mohammedia (FSTM),
    • École Normale Supérieure de l’Enseignement Technique – Mohammedia (ENSET),
    • Institut Supérieur de Technologie Appliquée Touristique et Hôtelière (ISTATH).

Miri

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

E.B., « Fedala », Encyclopédie berbère, vol.18 (Edisud 1997), p. 2747-2748

Liens externes[modifier | modifier le code]