Berkane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Berkane
Aberkan / ⴰⴱⵔⴽⴰⵏ
Siège de la province.
Siège de la province.
Noms
Nom arabe بركان[1]
Nom tifinagh ⴰⴱⵔⴽⴰⵏ, Berkan
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental
Province Berkane
Maire
Mandat
Farid Aoued (PI)
2009 - 2013
Code postal 63300
Démographie
Gentilé Berkani/Berkania
Aberkani/Taberkanit
Aberchan/Taberchant
Population 109 237 hab. (2014[1])
Densité 1 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 55′ N 2° 19′ O / 34.916666666667, -2.316666666666734° 55′ Nord 2° 19′ Ouest / 34.916666666667, -2.3166666666667
Superficie 97 km2
Divers
Surnom Capitale des agrumes (clémentines et oranges)

Capitale de reggada

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Berkane

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Berkane

Berkane (en langue berbère: Aberkan, ⴰⴱⵔⴽⴰⵏ; en arabe: بَركان) est une ville située au nord-est du Maroc, dans la région de l'Oriental au nord des monts des Béni-Snassen. La ville tire son nom d'un saint de la ville, Sidi Ahmed Aberkane (en amazigh, Aberkane signifie « noir »).

La ville se situe sur le territoire de la tribu des Béni-Snassen. En amazigh, Iznassen signifie « ceux qui se vêtissent avec pudeur » car c'était une caractéristique de cette tribu.

Les habitants s'expriment en amazigh zénète et, majoritairement maintenant, en darija (dialecte arabe maghrébin)

Histoire[modifier | modifier le code]

Située dans les environs de Tafoughalt où une présence humaine est attestée de 40 000 à 100 000 ans, l'histoire des premiers occupants du site reste cependant largement méconnue.

La région de Berkane était connue des Romains puisqu'elle a été décrite par plusieurs de leurs chroniqueurs. Les Romains disaient que cette région était au bord de la Muluxa ou Mulucha (Le fleuve Moulouya).

Les Romains s’allièrent avec Bocchus, le roi berbère qui régnait sur toute la région à l’ouest de la Moulouya, pour briser la résistance de son gendre Jugurtha qui dominait l’Est de Moulouya. Jugurtha fut vaincu définitivement en 105 av. J.-C. Durant la période romaine, la région fut mise en valeur : des routes furent construites, des villes furent fondées. L’agriculture se développa tandis que le commerce était actif.

De 25 à 23 av. J.-C., Juba II, un souverain berbère, administra la Maurétanie (Algérie, Maroc, une partie de la Mauritanie). Vers 42 apr. J.-C, Claude Ier annexa l’ensemble de la Maurétanie à l’Empire romain : elle fut divisée en deux provinces. La région de Berkane faisait partie de la Maurétanie Césarienne (Est de Moulouya), la Moulouya marquant la frontière entre les deux régions.

La ville actuelle de Berkane a été fondée au début du XXe siècle sur les ruines d'un village ayant existé autour du Saint Sidi Ahmed Aberkane.

À partir de 1609 jusqu'en 1614, la région de Berkane a accueilli de nombreux morisques, musulmans espagnols, chassés d'Espagne en 1609 sous le règne de Philippe III. Nombreux sont ceux qui ont débarqué par le port d'Oran et sont passés par Nedroma pour enfin s'installer dans la région de Berkane et Nador qui leur faisait tellement penser à leur terre natale. Ces familles ont conservé jusqu'à nos jours l'histoire de leurs ancêtres et parfois les clés de leurs maisons laissées en Andalousie. Notamment, les Ouled al Qadi sont des descendants des morisques de Cádiar, village de la province de Grenade (dans les Alpujarras). L'ancêtre commun de cette grande famille morisque était le juge musulman (cadi) des Alpujarras orientales sous le règne nasride (royaume musulman de Grenade) et dont la résidence permanente était à Cádiar d'où le nom de ce village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la région est de type méditerranéen, caractérisé par une pluviométrie moyenne annuelle de 350 mm. Les températures moyennes annuelles varient entre 17,6 °C et 20,5 °C.

Ressources en eaux et équipement hydro-agricole[modifier | modifier le code]

Les eaux de surfaces sont constituées essentiellement des apports de la Moulouya. Ces eaux sont régularisées par le barrage Mohammed V et barrage Machrâa Hammadi. Les ressources souterraines sont constituées de la nappe phréatique des Triffa. La superficie équipée en grande hydraulique s'élève à 36 060 hectares, essentiellement en gravitaire.

Population[modifier | modifier le code]

Selon le recensement officiel de 1994, la province comptait 250 715 habitants. Les estimations étaient de 259 000 habitants, en 1997. La densité moyenne est de 126 habitants par kilomètre carré, avec un maximum de 5 502 habitants/km² à Berkane, et un minimum de 20 habitants/km² à Tafoughalt.

Le taux de croissance annuel de la population locale est sensiblement égal au taux à l'échelle nationale. Le taux de croissance de la population urbaine est passée de 33,6 % en 1960 à 53 % en 1982, les campagnes environnantes se vidant de leur population au profit de la ville.

Les Monts des Beni Snassen sont situés au nord-est du Maroc. C’est une région qui s’étend de la frontière algérienne (Oued Kiss) jusqu’au fleuve Moulouya à l’ouest (frontière avec la tribu de Ayt Stoutte) Ils dominent une vaste région de plaines : Triffa au nord et Angad au sud. Autrefois, les forêts y étaient très denses. L’abondance de l’eau dans ces montagnes a favorisé dans le passé la fixation des populations dans les villages. Ces montagnards berbères ont développé une société basée sur l’agriculture grâce à la culture en terrasse.

L’origine des Beni Snassen est mal définie : se pose l'hypothèse possible d'un lien entre le qualificatif « Iznassen » et le mot « zénète ». Les Iznassen parlent le berbère zénète. La région est bilingue ; la majorité de la population s'exprimant en berbère et en arabe maghrébin. Berkane est à la fois une ville d'émigration de la part des autochtones qui sont partis en masse vers l'Europe et d'immigration dans la mesure où elle accueille des populations venues du Rif voisin, du Sud, du Centre, de l'Ouest du pays et du Sahara pour y travailler dans l'agriculture ou la construction.

La confédération des Beni Snassen est constituée de quatre grandes fractions : yath Khaled au sud des monts Beni Snassen (Ahfir et régions), yath Menquch et yath Ahthik au centre et yath Uryemech au nord pas très loin du fleuve Moulouya.

Ces deux dernières décennies, les villages des monts Beni Snassen se sont vidés de leur population au profit des villes. Ceci est surtout dû à l’acquisition des montagnards de terrains se trouvant dans la plaine et à la sécheresse et la paupérisation des montagnes où la vie est devenue difficile après l’abandon de l’agriculture.

La première fraction a donné naissance à la ville d’Ahfir. Les deux suivantes à celle de Berkane. La dernière se trouve dispersée entre Aklim, Boughriba et Berkane. Une partie des Beni Snassen s’est installée à Oujda.

Après les différentes sécheresses du début du XXe siècle, la région a connu une forte émigration vers l’Algérie et vers la région de Fès, où certains se sont installés définitivement.

Vue panoramique du centre ville de Berkane.

Structure par âge[Quand ?][modifier | modifier le code]

  • 51 % des habitants ont moins de 20 ans.
  • 57 % des habitants ont moins de 25 ans.
  • 6 % des habitants ont plus de 60 ans.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Berkane se base essentiellement sur l'agriculture, et la ville est désignée en tant que capitale des agrumes du Maroc oriental. Les clémentines et les oranges de Berkane sont connues et appréciées dans le monde entier. La qualité et le succès des clémentines de Berkane ont incité les autorités à faire bénéficier ces agrumes d'une appellation d'origine protégée.

Par ailleurs, la province de Berkane est le grenier à blé de l'Oriental marocain. De nombreuses semouleries marocaines fabriquent le célèbre couscous à partir du blé de la région de Berkane. Cette région approvisionne l'Oriental et le reste du Maroc en légumineuses et en fruits.

Art culinaire[modifier | modifier le code]

En plus des plats qu'on trouve dans d'autres régions du Maroc et de l'Algérie, la cuisine de Berkane se distingue par ses spécialités régionales : " makouda"

Khringo : Sorte de crêpe avec des petites alvéoles sur une face, d'où son surnom de mille trous (appelé Khringo au Rif mais "Baghrir" ailleurs au Maroc)

Kaâk : Biscuit sec en forme de soleil à base de farine, d'anis et de fenouil.

Khoubbiz : plat à base d'herbes (blettes), qui ressemblent aux épinards. Ce plat est partout au Maroc.

Cabouya / Bsi-Bsi : Courges de la région orientale en général

Karane : est un plat à base de la farine de pois chiches, très apprécié dans la région, on l'accompagne d'une boisson locale nommée Barida.

Musique[modifier | modifier le code]

Reggada[modifier | modifier le code]

L'origine du mot provient du nom d’un village nommé Aïn Reggada qui se situe à 9 km de Berkane[2]. Il est utilisé pour désigner un genre de musique spécifique à la région.

Cette musique est fortement rythmée par le bendir et la ghaïta ou le zamar (sorte de flûte à deux cornes). La Reggada se rapproche d'autres musiques locales comme el-Mangouchi, l'Allaoui aarfa et le Tazi. On la danse avec des mouvements d'épaules, un fusil (ou un bâton), en frappant des pieds contre le sol au rythme de la musique.

Sport[modifier | modifier le code]

Athlétisme[modifier | modifier le code]

En athlétisme, la ville a fourni une perle au monde en la personne d'Hicham El Guerrouj, double champion olympique, plusieurs fois champion du monde en demi-fond.

Basketball[modifier | modifier le code]

En 2012 la Renaissance Sportive de Berkane (RSB) s’est adjugée le titre du championnat national de première division de basketball, saison 2011-12, en s’imposant à domicile face au Wydad de Casablanca par 67 à 65, un lundi en finale retour.

Les Berkanis confirment ainsi leur victoire à l’aller sur le même score et décrochent ce titre pour la première fois de leur histoire.

En 2013 l'équipe poursuit sur sa lancée en s'adjugeant la première Coupe du Trône de son histoire face au Maghreb de Fès 73-65.

Football[modifier | modifier le code]

La Renaissance Sportive de Berkane (RSB) est une équipe de football qui joue en 1re division du championnat Marocain Botola.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Vice-champion du 1re division en 1983-84.
  • Finaliste de la coupe du trône : Casablanca 1987 et Rabat 2014.

Handball[modifier | modifier le code]

En 2011, l'équipe de handball locale a réalisé le doublé Coupe du Trône et Championnat, et en 2012 elle arriva à disputer la demi-finale du championnat africain.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités du monde politique :

  • Mbarek Bekkaï (1907-1961) : premier chef de gouvernement du Maroc indépendant
  • Abbas El Fassi (1940) : premier ministre du Maroc (2007), né à Berkane

Personnalités de la culture :

  • Abdelkrim Berrechid : symbole du théâtre marocain[réf. nécessaire]
  • Khadija Leclere : actrice et réalisatrice belgo-marocaine, Grand Prix de l'Académie de Bruxelles du théâtre et grand prix de signes et de nuit.[pertinence contestée]
  • Germain Ayache (1915-1990) : historien, spécialiste du Maroc contemporain, enseignant à l'université de Rabat et Directeur de la revue Hespéris-Tamuda, né à Berkane
  • Mohammed Saoud (°1959) : artiste peintre, leader du digital-art, auteur de la danse d'une veuve

Personnalités des sports :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]