Tarfaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tarfaya
Blason de Tarfaya
Héraldique
Tarfaya
Tarfaya vue du ciel.
Noms
Nom amazighe ⵟⴰⵔⴼⴰⵢⴰ
Nom arabe طرفاية
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Laâyoune-Sakia El Hamra
Province Tarfaya
Maire
Mandat
Abdelhay Hartoun (RNI)
(2015-)
Gouverneur Jamal Errais
(2016-)
Code postal 70050
Démographie
Gentilé Tarfaoui
Population 8 027 hab. (2014)
Densité 321 hab./km2
Population de la préfecture 13 082 hab. (2014)
Densité 1,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 27° 54′ 48″ nord, 12° 55′ 54″ ouest
Altitude m
Superficie 25 km2
Superficie de la préfecture 11 945 km2
Fuseau horaire GMT (UTC+0)
Localisation
Localisation de Tarfaya

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Tarfaya

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Tarfaya

Tarfaya (en arabe : طرفاية) est une ville côtière marocaine, chef-lieu de la province de Tarfaya, au sein de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. Elle est située au bord de l'océan Atlantique, au niveau du cap Juby, à environ 890 km au sud-ouest de la capitale Rabat, 100 km au nord-nord-est de Laâyoune et 100 km au sud-est de l'île de Lanzarote (îles Canaries)[1].

Tarfaya est connue pour ses projets économiques innovants, comme celui du plus grand parc éolien en Afrique, appelé le parc éolien de Tarfaya[2],[3],[4] et le port historique de Victoria, qui a été fondé par le marchand et voyageur Donald McKenzie le 12 décembre 1879.

Sebkha El Tah, le point le plus bas du Maroc se trouve à Tarfaya. Le Parc national de Khenifiss, monument inscrit sur la liste du patrimoine naturel mondial de l'UNESCO se situe à ses alentours[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1876, l'empire britannique[6] fonde à cette intersection entre océan Atlantique, Sahara et Sahara occidental, un comptoir commercial du nom de Casa del Mar.

Vers 1885, le sultan Hassan Ier du Maroc (1836-1894) négocie le rachat du comptoir et le départ de ses occupants.

Le , à la suite d'un accord entre l'empire espagnol et l'empire colonial français, le Cap Juby est rattaché au Sahara espagnol et administré par l'administrateur Francisco Bens (es).

En 1927, sous l'administration espagnole, l'aérodrome de Cap Juby est fondé à proximité, en tant qu'escale de ravitaillement des lignes de l'aéropostale. Antoine de Saint-Exupéry y est nommé chef d'aérodrome en 1927, pour 18 mois. Il y négocie entre autres au besoin la libération des pilotes otages, avec les tribus insoumises sahraouies ou maures, et y écrit son premier roman Courrier sud.

En 1958, Tarfaya et le Cap Juby sont définitivement rattachés au Maroc par la guerre d'Ifni.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Tarfaya vient du mot Tarf, appellation locale du tamarix, plante très populaire dans la région[7] grâce à la sécheresse de la terre et le faible degré de salinité de l'eau et du sol qui permettent sa croissance.

Le tamarix a une place très importante dans la culture populaire de la ville. Il sert comme nourriture et base de certains médicaments pour les animaux soulevés par les résidents en particulier les chameaux et les bovins chez qui les besoins en sels minéraux sont accrus, grâce à sa capacité de stockage d'eau à la surface des feuilles. Les propriétés pharmaceutiques de cette plante ont permis aussi aux agriculteurs de l'utiliser pour traiter les troubles de transit des animaux et les lésions cutanées.

Cette plante est présente dans plusieurs région de Tarfaya, en particulier la côte et les zones à forte salinité, ce qui pose parfois un véritable problème car elle absorbe d'énormes quantités d'eau au dépends des besoins du reste des autres espèces végétales et empêche leur croissance.

Parmi les autres appellations que la ville a eu, on peut citer: Cap Juby, Port Victoria et Villa Bens (en espagnol).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Image satellite, de la côte atlantique du Maroc
Image satellite de Tarfaya et des îles espagnoles Lanzarote et Fuerteventura .

La ville de Tarfaya est le chef-lieu de la province de Tarfaya, dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. Elle est située sur le littoral atlantique à l'ouest, à 890 Km de la capitale Rabat et à 100 Km des l’île Lanzarote qui appartient au territoire espagnol[8]. Elle est entouré au nord, à l'est et au sud par la commune de Tah[9].

Rose des vents Tah Rose des vents
Océan Atlantique N Tah
O    Tarfaya    E
S
Tah

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Tarfaya est désertique, caractérisé par la rareté des précipitations et des températures élevées, à l'exception des zones côtières qui sont exposées aux courants froids de l'Atlantique, alors que les régions de l'est climatique les températures sont plus élevées et l'humidité devient presque nulle.

Les précipitations[modifier | modifier le code]

Les précipitations au cours de l'année ne dépassent pas 60 mm, dont la 80% se fait durant la période comprise entre les mois de Novembre et Janvier le plus de pluie au cours de l'année et avec un pic au cours de Décembre. La période entre mai et Août est considérée comme la plus sec.

Température[modifier | modifier le code]

La température moyenne mensuelle à Tarfaya est de 18,9 degrés. La valeur minimale varie entre 11 et 12,7. alors que la température maximale qu'elle a atteint est de 23,7 degrés sous l’influence de l'océan Atlantique (effet des embruns marins).

Humidité[modifier | modifier le code]

La province se caractérise par une humidité élevée tout au long de l'année, y compris l'été, élément du climat côtier, et peut atteindre 75%. Cette humidité est présente sur 30 kilomètres vers l'intérieur.

Pendant l'été, une brume épaisse est présente sur le littoral et disparaît progressivement en avançant vers le sud et l'est.

Données climatiques de Tarfaya
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 13,2 13,8 14,3 15,5 16,6 17,8 18,4 18,6 18,5 18 16,3 14,5 16,3
Température moyenne (°C) 16,6 17 17,5 18,6 19,3 20,4 20,9 21,3 21,3 21,1 19,7 17,8 19,3
Température maximale moyenne (°C) 20,1 20,3 20,8 21,8 22 23 23,5 24 24,2 24,2 23,2 21,1 22,4
Précipitations (mm) 6 5 3 1 0 0 0 0 4 3 11 9 42
Source : Climate-data[10]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
20,1
13,2
6
 
 
 
20,3
13,8
5
 
 
 
20,8
14,3
3
 
 
 
21,8
15,5
1
 
 
 
22
16,6
0
 
 
 
23
17,8
0
 
 
 
23,5
18,4
0
 
 
 
24
18,6
0
 
 
 
24,2
18,5
4
 
 
 
24,2
18
3
 
 
 
23,2
16,3
11
 
 
 
21,1
14,5
9
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population et des logements pour l'année 2014, la population de Tarfaya est estimée à 8027 habitants.[11] Ce chiffre est selon la Haut-Commissaire au plan le résultat du doublement de la population entre 1994 et 2014. Cette croissance est expliquée principalement par le phénomène de migration rurale dont le taux est compris entre 2% et 6%[12].

Évolution démographique de la population
Population par année
1994 4 506
2004 5 615
2008 (est.) 5 783
2012 (est.) 5 925
2014 8 027
Chiffres : Haut-Commissariat au plan

Architecture et urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue générale sur les constructions à Tarfaya
Les composantes d'une tente typique à Tarfaya

les tentes constituent le type architectural le plus primitif et le plus fréquent à Tarfaya. En effet, les constructions en béton n'ont commencé à apparaître que récemment étant donné la nature des provinces du sud marocain[13].

L'architecture locale de la ville de Tarfaya est le résultat d'un mélange de styles inspirés des couleurs des plages de sable doré et des styles importés avec toutes les civilisations qui se sont succéedées sur la ville (architecture portugaise, anglaise, espagnole, Française et arabo-islamique).

De plus, l'absence de bâtiments de grande hauteur, a donné un caractère authentique, bien préservé, grâce aux travaux de restauration que la plupart de ces édifices ont subi[14] après un grand passé de marginalisation et de détérioration[15],[16].

Musée Antoine de Saint-Exupéry

Le , le Musée Antoine de Saint-Exupéry est fondé par l'association Mémoire d'Aéropostale, avec le soutien notamment de la mairie de Toulouse et d'Airbus. Ce musée est inauguré entre autres par le célèbre journaliste aéronautique Bernard Chabbert, dont le père participa également à l'aventure de l'Aéropostale.

Culture[modifier | modifier le code]

Festivals et manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

TEDx Tarfaya en 2013

La ville abrite plusieurs festivals et événements, donc le plus important est son festival international dont la première édition a été organisée du 30 septembre au sous le patronage de Son Altesse Royale le prince Moulay El Hassan[17] sous le thème « Soirées musicales de Cap Juby »[18], et qui a connu par ailleurs la célébration de l'octantenaire de la nomination d'Antoine de Saint-Exupéry comme chef d'escale à Cap-Juby, tout en accueillant des tables rondes et des nuits musicales avec notamment l'Orchestre philharmonique du Maroc[19].

L'autre événement majeur est le festival « Le Petit Prince du Désert » tenu entre le 23 et , dont la thématique était « La technologie au service de l’homme et de l’environnement ».

Aussi, une conférence TEDx Tarfaya est régulièrement organisée depuis 2013[20],[21]. Cet événement qui est le premier de son genre au désert marocain s'est tenu pour la première fois le samedi 4 mai 2013.

Musées[modifier | modifier le code]

Musée Antoine de Saint-Exupéry[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée Antoine de Saint-Exupéry.

Antoine de Musée Saint-Exupéry est un musée de poste aérienne[22] qui a été fondé en 2004, et qui est consacré à l'aviateur écrivain Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), qui a vécu de 1927 à 1929 à Tarfaya[23]. Le musée comporte aussi une collection de documents, des cartes et des manuscrits anciens en rapport avec l'histoire et les grand événements que la ville a vécu sur des siècles[24].

Musée de la résistance[modifier | modifier le code]

C'est aussi un espace éducatif et pédagogique qui expose l'hisoire de la résistance et de l'Armée de libération de Tarfaya. Il a été fondé en 2013, et depuis, on y organise d'une facon régulière des workshops ouverts pour faire apprendre aux habitants cette histoire[25],[26].

Poésie Hassanya[modifier | modifier le code]

La poésie hassanya, prenant son nom de la Hassanya, est le type de poésie le plus commun à Tarfaya. Selon certains historiens cet art est apparu et s'est développé au début du XVIIe siècle, tandis que d'autres pensent que son apparition est concomittente à celle du dialecte Hassani[20]

Économie[modifier | modifier le code]

Énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Deux éoliennes à Tarfaya en 2014.

En février 2013, le groupe énergétique français GDF Suez s'est allié avec la société marocaine Nareva pour la construction d'un parc éolien à Tarfaya — le plus grand d'Afrique — avec une capacité de 300 MW, soit 40 % de la production d'électricité éolienne du Maroc[27]. Ce projet, dont la mise en service était prévue fin 2014, est co-financé par les deux groupes à hauteur de 90 millions d'euros, et par trois banques marocaines Attijariwafa bank, Banque Centrale Populaire et BMCE Bank avec 360 millions d'euros[27].

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Tarfaya est desservie par la route nationale 1.

Elle est également dotée d'un port — créé en septembre 1976, puis étendu 40 ans plus tard en juin 2016 — dont l'activité principal est la pêche artisanale, ce qui a permis de générer 9,6 MDH en 2015[28].

Le , le bateau Assalama de la compagnie espagnole Naviera Armas a effectué une traversée inaugurale vers le port de Tarfaya depuis Puerto del Rosario (Île de Fuerteventura) avec à bord 153 passagers[29]. Le mois suivant, , la ligne est officialisé pour trois traversées par semaine[29]. Après quatre mois d'activité, le service a été suspendu à la suite de l'échouement du navire près de la ville le , à cause d'une panne déclenchant l'infiltration de l'eau dans la coque[30]. À la suite de cela, le projet de liaison est relancé en 2014 par la compagnie norvégienne Fred. Olsen & Co.[31], puis en 2017 par le groupe espagnol Acciona[32].

L'aérodrome de Tarfaya est une ancienne escale de l'Aéropostale. L'aéroport le plus proche se trouve à 105 km au sud, l'aéroport international Hassan Ier de Laâyoune.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Antoine de Saint-Exupéry
  • Le saint Sidi Hamoud Ould Sidi Ismail Ould Laili[33]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Distancia de Tarfaya > Aeropuerto-De-Lanzarote - Línea recta, ruta de conducción, punto medio », sur es.distance.to (consulté le 27 juin 2018)
  2. (en) « GDF SUEZ becomes ENGIE | ENGIE », sur www.engie.com (consulté le 15 août 2018)
  3. [http://www.one.org.ma/FR/pages/interne.asp?esp=2&id1=5&id2=54&id3=44&t2=1&t3=1 « Site web officiel de l'ONEE - Branche Electricit� »], sur www.one.org.ma (consulté le 15 août 2018)
  4. (ar) almaghribtoday, « almaghribtoday », sur Almaghribtoday (consulté le 15 août 2018)
  5. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Maroc - UNESCO Centre du patrimoine mondial », sur whc.unesco.org (consulté le 16 août 2018)
  6. Petite histoire de Tarfaya
  7. « طرفاية: موقع تاريخي حافل | Portail de la ville de Tarfaya », sur tarfaya.ma (consulté le 11 août 2018)
  8. (es) « Distancia de Tarfaya > Aeropuerto-De-Lanzarote - Línea recta, ruta de conducción, punto medio », sur es.distance.to (consulté le 21 août 2018)
  9. Haut-commissariat au Plan, « Maroc des Régions 2010 » [PDF], sur Hcp.ma (consulté le 14 juillet 2017)
  10. « Climat: Tarfaya »
  11. « Publications RGPH 2014 | Téléchargements | Recensement général de la population et de l'habitat 2014 (RGPH2014) », sur rgph2014.hcp.ma (consulté le 11 août 2018)
  12. Youssef Maaroufi, « La population nomade au Maroc d’après les données du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014 », Recensement général de la population et de l'habitat 2014 (RGPH2014), {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  13. (ar) « La vie au sahara », (consulté le 9 août 2018)
  14. (ar) « L'urbanisme », (consulté le 9 août 2018)
  15. (ar) « Tarfaya, ville des deux Hussain », جريدة سوس 24 الإلكترونية,‎ (lire en ligne)
  16. (ar) « District de Tarfaya après le protectorat », sahranews.com,‎ (lire en ligne)
  17. (ar) Sahara Culture, « انطلاق فعاليات المهرجان الدولي الأول لطرفاية », sur www.sahara-culture.com (consulté le 3 août 2018)
  18. MAP, « Premier festival international de Tarfaya du 30 septembre au 3 octobre », sur www.agadirinou.com (consulté le 22 juillet 2017)
  19. My Driss EL IDRISSI, « Les éditions du festival international de Tarfaya », sur festival-tarfaya.weboptime.com (consulté le 22 juillet 2017)
  20. a et b « Sabine Blanc – Un TEDx au Sahara », sur sabineblanc.net (consulté le 3 août 2018)
  21. (en) « TEDxTarfaya | TED », sur www.ted.com (consulté le 3 août 2018)
  22. (ar) « Antoine de Saint-Exupéry », Al Ousboue,‎ (lire en ligne)
  23. (ar) « Antoine de Saint-Exupéry à Tarfaya », (consulté le 3 août 2018)
  24. (en) « Where ‘The Little Prince’ was Born », Intelligent traveller-National geographic,‎ (lire en ligne)
  25. (ar) « الذكرى ال55 لاسترجاع طرفاية إلى حظيرة الوطن », Maroc.ma,‎ (lire en ligne)
  26. (ar) « فضاءات الذاكرة التاريخية – المندوبية السامية لقدماء المقاومين وأعضاء جيش التحرير », sur www.hcar.gov.ma (consulté le 3 août 2018)
  27. a et b « GDF Suez va construire au Maroc le plus grand parc éolien d'Afrique », sur lesechos.fr, (consulté le 19 juillet 2017)
  28. Naima Cherii, « Port de Tarfaya : Les travaux d'extension bouclés en juin 2016 », sur www.leseco.ma (consulté le 25 juillet 2017)
  29. a et b « La ligne maritime Canaries-Tarfaya ouverte », Bladi.net,‎ (lire en ligne)
  30. Ahmadou El-Katab, « Maroc: Le bateau Salam fait naufrage au large de Tarfaya », Libération,‎ (lire en ligne)
  31. « Transport maritime: une compagnie norvégienne souhaite relier le Maroc et les Canaries », Yabiladi.com,‎ (lire en ligne)
  32. Mohamed Laabid, « Tarfaya : Ouverture prochaine de la ligne maritime avec Fuerteventura », Aujourd'hui le Maroc,‎ (lire en ligne)
  33. (ar) SaharaOmran, « قبيلة توبالت », sur www.saharaomran.ma (consulté le 3 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :