Province d'Al Haouz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Province d'Al Haouz
ⵜⴰⵎⵏⴰⴹⵜ ⵏ ⵍⵃⴰⵡⵣ
Blason de Province d'Al Haouz ⵜⴰⵎⵏⴰⴹⵜ ⵏ ⵍⵃⴰⵡⵣ
Héraldique
Province d'Al Haouz
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Marrakech-Safi
Municipalité(s) Aït Ourir, Amizmiz et Tahannaout
Chef-lieu Tahannaout
Gouverneur Rachid Benchikhi
Démographie
Population 484 312 hab. (2004[1])
Densité 73 hab./km2
Population urbaine 52 193 hab. (2004[1])
Population rurale 432 119 hab. (2004[1])
Géographie
Coordonnées 31° 21′ nord, 7° 57′ ouest
Superficie 661 200 ha = 6 612 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Oukaïmden
Aghmat
Toubkal
Imlil
Vallée de l'Ourika
Localisation
Localisation de Province d'Al Haouzⵜⴰⵎⵏⴰⴹⵜ ⵏ ⵍⵃⴰⵡⵣ

La province d'Al Haouz (en amazighe : ⵜⴰⵎⵏⴰⴹⵜ ⵏ ⵍⵃⴰⵡⵣ, en arabe : إقليم الحوز) est une subdivision à dominante rurale de la région marocaine de Marrakech-Safi. Son chef-lieu est Tahannaout et sa plus grande ville est Ait Ourir. Elle est aussi une région historique dont la capitale fut Aghmat pendant longtemps.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province de d'Al Haouz est située au sud-est de la région de Marrakech-Safi. Elle couvre une superficie de 6 612 km²[2] qui englobe la plaine et la région du Toukbal.

Elle est bordée par :

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La région est connue pour le site d’Azib n Ikkis dans lequel se trouve la plus ancienne stèle libyque connue à ce jour. Cette dernière pourrait remonter au VIIIe siècle av. J.-C.[3]

Période almoravide[modifier | modifier le code]

Historiquement, la première capitale du Haouz était Aghmat, une cité préislamique situé au débouché de la vallée de l'Ourika, non loin des contreforts du Haut-Atlas et composée de deux pôles, Aghmat Ourika et Aghmat Aylan. Après avoir un temps utilisé Aghmat comme capitale, les Almoravides fondent Marrakech en , sur la rive gauche de l'oued Issil, à 5 kilomètres au sud de sa confluence avec le Tensift. Dès le XIIe, les Almoravides réalisent dans le Haouz les premiers aménagements hydrauliques, avec la construction des premières khettara, puis des séguias dérivant une partie des eaux de l’Atlas. Ils plantent également au nord de Marrakech la palmeraie[4].

Période almohade[modifier | modifier le code]

À partir de 1125, les principaux cheikhs Hintata, Wānūdīn ibn Yansilt, Namīr ibn Dāwūd, Abū Māgalīfa et Faska U-Mzal, décidèrent d'appuyer le mahdi U-Tumert, originaire de l'Anti-Atlas, dans sa volonté de conquérir le pouvoir aux dépens des Almoravides. De par leur rôle important dans la conquête de Marrakech, les cheikhs de la tribu des Hintata (dont la province principale fut Al-Haouz) obtiennent des fonctions de commandement dans l'armée almohade puis de gouverneurs provinciaux. Faska U-Mzal troqua son nom amazigh contre celui d'un compagnon du prophète, et sous le nom de Abū Ḥafṣ ‘Umar ibn Yaḥyā, donna indirectement naissance en Ifriqiya à la dynastie hafside. Pendant la phase de décadence des Almohades, dans les années 1220, des émirs hintata du Maghreb et d'Al-Andalus influent sur les destins des prétendants au califat, notamment Ibn al-Shahid, petit-fils d'Abū Ḥafṣ ‘Umar ibn Yaḥyā, qui appuie de manière déterminante les prétentions du calife al-Adil.

Période post-almohade[modifier | modifier le code]

Elle est la région d’origine de la tribu des Hintata à laquelle appartient Faska U-Mzal, ancêtre des de la dynastie des Hafsides. Les Hafsides sont une dynastie d’origine masmouda fondée par l’arrière-petit-fils d’U-Mzal, Abû Zakariyâ Yahyâ.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

A la fin du XIXe siècle, sous le règne de Moulay Hassan, des projets de modernisation agricoles et hydrauliques sont envisagés dans le Haouz mais ne voient jamais le jour. C’est sous le Protectorat qu'ont lieu les premiers efforts de « modernisation » (qui en réalité superposent des infrastructures modernes à des structures sociales demeurées traditionnelles). L'inspiration est recherchée en Californie. Les autorités coloniales poussent les colons et les agriculteurs marocains à s'orienter vers la production d’agrumes et le maraîchage. Le périmètre du N’Fis, à l'extrémité occidentale du Haouz, est le premier concerné par la modernisation avec l'inauguration en du Barrage Lalla Takerkoust (alors appelé Barrage Cavagnac)[5].

À partir de , le Haouz est l’objet d’une mise en valeur agricole de grand ampleur placée sous l'égide de l’Office National de Mise en Valeur Agricole du Haouz (ORMVAH) et de son directeur, Paul Pascon[5]. En , le roi Hassan II donne le coup d'envoi de la politique des barrages, annoncé deux ans plus tôt dans le plan quinquennal de . Dans le Haouz, trois secteurs sont programmés : le périmètre du Haouz Central (70 000 hectares) qui correspond au bassin du Tensift, le périmètre de la Tassaout-amont (52 000 hectares dont 30 000 hectares modernes), en zone de piémont, et celui de la Tassaout-aval (44 000 hectares), en plaine. En , le barrage Moulay Youssef est construit Tassaout, irriguant le périmètre Tassaout-aval et produit 60 MkWh/an pour Marrakech. En est construit sur l'Oued Lakhdar le complexe de barrages Hassan 1er - Sidi Driss. La même année est inauguré le Canal de rocade, qui relie le barrage Sidi Driss tout justé inauguré au lac Lalla Takerkoust, long de 118 km, apportant 260 Mm3 d'eau par an au périmètre du Haouz central[5].

Dans le Haouz comme ailleurs au Maroc, la politique de construction de barrages hydro-électriques se poursuit dans les années 2000. En est inauguré un deuxième barrage sur le N'fis à hauteur de Ouirgane.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Selon la liste des cercles, des caïdats et des communes de 2008[6], telle que modifiée en 2010[7], puis en 2014[8] :

Huit de ses localités sont considérées comme des villes : les municipalités de Tahannaout, d'Aït Ourir et d'Amizmiz, et les centres urbains des communes rurales de Ghmate, de Sidi Abdallah Ghiat, de Lalla Takarkoust, de Moulay Brahim, et Tameslohte.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La population de la province d'Al Haouz est passée, de 1994 à 2004, de 435 090 à 484 312 habitants[1].

Année Population totale Population urbaine Population rurale
1994 435 090 401 606 33 484
2004 484 312 432 119 52 193
Données issues de recensements[1]

Population urbaine[modifier | modifier le code]

Villes 1994 2004 Taux d'accroissement
Aït Ourir 12 162 20 005 64,5 %
Amizmiz 8 985 10 783 20 %
Tahannaout 4 462 6 585 47,6 %
Données issues de recensements[1]

Population rurale[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f [PDF] Haut-commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 : Population légale du Maroc (lire en ligne)
  2. [PDF] Centre régional d'investissement de Marrakech, Province d'Al Haouz (lire en ligne)
  3. Rodrigue Alain, « L'homme et l'inscription des Azib n'Ikkis (Haut-Atlas marocain) par », L'homme et l'inscription des Azib n'Ikkis (Haut-Atlas marocain),‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Thierry Ruf et Mina Kleiche-Dray, « Les eaux d’irrigation du Haouz de Marrakech : un siècle de confrontations des modèles de gestion publics, privés et communautaires », EchoGéo, no 43,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Olivier Alexandre, « L’extension de l’espace hydraulique du Haouz central : Incompatibilité entre grande hydraulique et développement des territoires de montagne », Colloque international “ L’eau en montagne : gestion intégrée des Hauts Bassins Versants ” 5 et 6 septembre 2002, Megève,‎ (lire en ligne).
  6. [PDF] « Décret no 2-08-520 du 28 chaoual 1429 (28 octobre 2008) fixant la liste des cercles, des caïdats et des communes urbaines et rurales du Royaume ainsi que le nombre de conseillers à élire dans chaque commune », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5684,‎ , p. 1597 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  7. [PDF] « Décret no 2-10-365 du 16 kaada 1431 (25 octobre 2010) modifiant et complétant le décret no 2-08-520 du 28 chaoual 1429 (28 octobre 2008) fixant la liste des cercles, des caïdats et des communes urbaines et rurales du Royaume ainsi que le nombre de conseillers à élire dans chaque commune », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5892,‎ , p. 2032 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  8. [PDF] « Décret no 2-14-427 du 11 chaoual 1435 (8 août 2014) portant création de cercles et de caïdats », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 6288,‎ , p. 3936 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)