Ouarzazate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouarzazate
Warzazat / ⵡⴰⵔⵣⴰⵣⴰⵜ
وارزازات
Kasbah de Taourirt à Ouarzazate
Kasbah de Taourirt à Ouarzazate
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Drâa-Tafilalet
Province Ouarzazate
Maire
Mandat
Abderrahman Drissi (MP) (2015)
2015 à 2019
Code postal 45000
Démographie
Population 105 174 hab.
Géographie
Coordonnées 30° 55′ 23″ nord, 6° 54′ 15″ ouest
Altitude 1 151 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir sur la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Ouarzazate
Warzazat / ⵡⴰⵔⵣⴰⵣⴰⵜ
وارزازات

Ouarzazate (en berbère: Warzazat, ⵡⴰⵔⵣⴰⵣⴰⵜ; en arabe: وارزازات) est une ville et commune — municipalité — de la province de Ouarzazate, dont elle est le chef-lieu, dans la région Draâ Tafilalet. Elle est surnommée « la Porte du désert »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage proche de Ouarzazate

Située à 1 150 mètres d'altitude, à la confluence des oueds Dadès et Imini formant le Drâa, elle est le principal centre urbain de la vallée de ce fleuve.

L’agglomération du Grand-Ouarzazate se prolonge du côté Sud de l’oued par le village de Tabount — parfois appelé « Ouarzazate-Sud » — qui fait partie, comme la kasbah de Tifoultoute, de la commune rurale de Tarmigt[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Ouarzazate bénéficie d'un climat désertique chaud (Classification de Köppen BWh) avec influence continentale. Le climat y est pré-saharien, mais avec des nuances montagnardes étant donné l'altitude. Ainsi, le climat n'y est pas aussi sec et aussi chaud que le climat saharien typique. Ouarzazate reçoit environ 112 mm de précipitations, dont la majorité tombe en automne et en hiver. En été, les températures moyennes maximales sont autour 37 °C en plein été. En revanche, les hivers sont assez froids, surtout la nuit. Les températures peuvent facilement descendre en dessous de zéro entre décembre et février, à cause de la proximité conjointe de la côte atlantique et du Haut Atlas. Les hivers peuvent donc être rigoureux, contrairement à d'autres villes partageant un climat similaire.


Relevé météorologique d'Ouarzazate - altitude : 1139 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,9 4,5 7,4 10 13,8 17,7 21,3 20,7 17,1 12,3 6,9 2,4 11,3
Température moyenne (°C) 9,3 11,9 14,8 17,6 21,7 25,9 29,5 28,8 24,6 19,4 13,7 9,5 19,6
Température maximale moyenne (°C) 16,6 19,3 22,2 25,1 29,6 34,1 37,8 37 32,2 26,5 20,4 16,7 26,5
Précipitations (mm) 13 13,1 7,4 7,4 7 2,1 1,4 5,1 13,3 13,4 19,3 9,7 112,2
Source : Le climat à Ouarzazate (en °C et mm, moyennes mensuelles) NOAA


Histoire[modifier | modifier le code]

Marché de Ouarzazate
La Place des Almohades

L'occupation de la ville de Ouarzazate date de la nuit des temps. En effet, plusieurs gravures rupestres et sortes de tumulus témoignant des temps préhistoriques ont été trouvés dans la ville et ses alentours, même si la cité reste une énigme aux yeux des archéologues.

Les Berbères sont les premiers habitants de cette région, suivi de juifs et de subsahariens composés essentiellement d'esclaves.

Point de départ de la route des oasis, la région de Ouarzazate a été dans le passé le point de rencontres commerciales et culturelles entre différents peuples du Nord et du Sud du continent africain.

Au Moyen Âge, la région a été islamisée par Oqba Ibn Nafia, en 681 (an 62 de l'hégire). À partir du milieu du VIIIe siècle, l'extension de la révolte kharijite et l'apparition des Idrissides au Maroc (opposants à l'autorité des khalifats de Damas) poussèrent à la fondation de Sijilmassa dans le Tafilelt. Ce qui entraîna la décadence des anciennes villes de Todgha et de Ziz en faveur de la Province de Ouarzazate. Cette dernière devint alors la voie de passage des caravanes transportant les marchandises qui arrivent du Soudan et de Sijilmassa et qui se dirigent vers le nord de l'Atlas: Marrakech. Ouarzazate devint ainsi un centre commercial important au Maroc.

Dès la seconde moitié du XIIIe siècle, les Arabes Maâquils se sont infiltrés dans toutes les provinces du Sud Marocain à l'exception des zones montagneuses.

À l'époque Saâdienne, la région revit encore et connut un essor économique et culturel favorisé par le développement de fructueux échanges commerciaux transsahariens surtout après l'expédition organisée par le Sultan El Mansour dans le Soudan qui devint une province du Grand Empire Chérifien Marocain.

Le grand intérêt suscité par la découverte d'or et d'autres métaux précieux, auraient déterminé l'établissement de marchands de différents nationalités et religions dans cette partie du pays avec la formation de petits royaumes juifs, ce qui a favorisé son expansion à une certaine époque.

Ouarzazate était alors le cœur du Maroc où un commerce renommé et florissant grâce aux caravanes a permis une relance économique pour le pays.

Mais après la disparition d'El Mansour et le littoral Atlantique devient la zone d’échanges privilégiés au détriment de la région de Ouarzazate qui connait une période de déclin.

Au XVIIe siècle, avec l'avènement de la Dynastie Chérifienne Alaouite, la région entra de plain-pied dans une nouvelle ère de développement et resta fidèle au trône.

Avec l'arrivée des troupes coloniales dans la région, une ville de garnison est fondée en 1928, Ouarzazate devient le centre administratif de la région du Drâa.

La construction du barrage El Mansour Eddahbi vers les années 1960 donna un nouveau souffle à l'économie de la région notamment dans le domaine de l'agriculture dont la retenue permet l'irrigation de la vallée du Drâa et une partie de l’alimentation en eau potable de Ouarzazate.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon les recensements :

  • de 1994 à 2004, la population de Ouarzazate est passée de 39 203 à 56 616, respectivement répartis entre 6 012 et 10 767 ménages[3] ;
  • en 2014, elle comprenait 105 174 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Ouarzazate connaît un essor sur les plans touristique et cinématographique. Ouarzazate possède un aéroport international et est accessible par la route depuis Marrakech (4 heures en car, 3 heures 30 en taxi) via le Tizi n'Tichka.

Le projet de la centrale solaire Noor a créé une nouvelle dynamique économique pour la ville en drainant d'importants investissements d'ici 2020[4].

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • La kasbah de Taourirt (Tighremt n Tawrirt en berbère chleuh; Tifinagh : ⵜⵉⵖⵔⵎⵜ ⵏ ⵜⴰⵡⵔⵉⵔⵜ), symbole de la ville, elle est un patrimoine national. Jouxtant la médina, elle aurait été bâtie vers le milieu du XVIIIe siècle et a appartenu au Glaoui. Elle est représentée sur les nouveaux billets de 50 dirhams.

Activités cinématographiques[modifier | modifier le code]

Elle est l'un des sites marocains les plus prisés par les réalisateurs venus du monde entier. Outre les paysages, l'un des atouts cinématographiques de ce lieu est la qualité de la lumière, avec un soleil brillant en moyenne 300 jours par an[5]. Dans les années 1960, Ouarzazate commence à devenir un lieu de tournage très prisé des réalisateurs de péplums[5] et assoit sa popularité avec la réalisation de Lawrence d'Arabie en 1962, tourné notamment sur le site d'Aït-ben-Haddou, petit village proche de Ouarzazate ayant par la suite été inscrit au patrimoine de l'humanité[5].

Ouarzazate abrite les studios de l'Atlas Corporation et un musée du cinéma, où sont exposées des reliques de décors et costumes ayant servi pour des films tournés à Ouarzazate, dont ceux de Kingdom of Heaven ou Kundun[5].

Liste de quelques films, séries télévisées ou téléfims tournés partiellement ou entièrement à Ouarzazate[6] (les films sont listés par ordre chronologique, les années faisant référence à leur date de sortie) :

« Ciné-tourisme »[modifier | modifier le code]

Oasis du Fint

L'impact mondial du cinéma permet une forme de tourisme spécifique lié à cette activité à la fois économique et artistique. Les sites géographiques associés à des productions ciné-culturelles ont ainsi un potentiel touristique qu'Ouarzazate essaie de mettre en valeur, sur plusieurs sites du Grand Ouarzazate : Ouarzazate mais aussi Aït-Ben-Haddou, Fint et Skoura. Ce type de tourisme permet en outre d'apporter des solutions aux périodes de chômage des figurants, artisans et techniciens locaux aux travers d'animations liées aux films tournés dans la région.

On peut voir une reconstitution en pisé de la maison natale du 14e dalaï-lama sur le flanc d'une montagne de Ouarzazate, là où se trouve l'un des plus importants ateliers cinématographiques occidentaux : il s'agit d'un des décors du film Kundun (1997), tourné par Martin Scorsese[7].

Centrale solaire Noor[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du plan solaire marocain, l’Agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN) est le maître d'ouvrage pour la construction, près de Ouarzazate, d'une centrale solaire thermodynamique, dont le premier volet, Noor Ouarzazate I de 160 MW devrait être opérationnelle en 2015. Celle-ci, première centrale de ce futur complexe solaire, a été inaugurée le 4 février 2016 par le roi Mohamed VI[8]. Il a aussi lancé le début des travaux de la deuxième phase du projet, Noor Ouarzazate II, lors de cette inauguration. Le consortium adjudicataire a été désigné en septembre 2012, après un appel d'offres international[9]. Il est constitué des entreprises ACWA (Arabie Saoudite), Aries Ingenieria y Sistema (Espagne), TSK (Espagne) qui ont commencé la construction [10]. Pour la seconde étape (Noor Ouarzazate II et Noor Ouarzazate III), un nouvel appel d'offres a été lancé et des entreprises ont été pré-qualifiées pour la finale[11].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Astrid Choplin et Vincent Gatin, « L'espace public comme vitrine de la ville marocaine : conceptions et appropriations des places Jemaa El Fna à Marrakech, Boujloud à Fès et Al Mouahidine à Ouarzazate », Norois, no 214,‎ , p. 23-40 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]