Saint-Thual

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Thual
Saint-Thual
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Intercommunalité Communauté de communes Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Loïc Commeureuc
2020-2026
Code postal 35190
Code commune 35318
Démographie
Population
municipale
915 hab. (2017 en augmentation de 14,09 % par rapport à 2012en augmentation de 14,09 % par rapport à 2012)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 12″ nord, 1° 56′ 02″ ouest
Altitude Min. 33 m
Max. 126 m
Superficie 11,40 km2
Élections
Départementales Canton de Combourg
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Thual
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Thual
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thual
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thual

Saint-Thual est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, peuplée de 915 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Tuduali en 1227[1].

Son nom vient de saint Tugdual ou Tudual fondateur du monastére de Tréguier et évêque de cette localité au VIe siècle.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Motay-Thual[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Thual, enclavée dans l'évêché de Saint-Malo, faisait partie du doyenné de Bobital relevant de l'évêché de Dol et était sous les vocables de saint Tugdual et saint Samson.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Saint-Thual appartient à l'arrondissement de Saint-Malo et au canton de Combourg depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle faisait partie du canton de Tinténiac.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la troisième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Claudia Rouaux (PS), suppléante de François André décédé en cours de mandat.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le , Saint-Thual appartient à la communauté de communes Bretagne Romantique.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1925 janvier 1932
(démission)
M. Roze    
janvier 1932 janvier 1935
(décès)
François Forgeoux (1877-1935)   Cultivateur
février 1935 mai 1935 Jean Préchoux    
mai 1935 mars 1971 Jean Homo (1896-1974)   Ancien combattant 1914-1918, maire honoraire
Chevalier de la Légion d'honneur, officier du Mérite agricole
mars 1971 mars 1983 Édouard Forgeoux (1912-1995)   Ancien cultivateur
Chevalier du Mérite agricole
mars 1983 avril 1985[4]
(décès)
Pierre Guillemer (1922-1985)   Dirigeant d'entreprise de négoce et de transport
mai 1985 juillet 1996[5]
(démission)
François Pain (1920-2005)   Artisan forgeron et mécanicien agricole retraité
Démissionnaire pour raison de santé
juillet 1996 mars 2001[6] Guy Quinet (1937-2006)   Retraité de la Gendarmerie
mars 2001 mars 2014 Henri Guéroc (1944-2017) SE Agriculteur, maire honoraire (2014)
Adjoint au maire (1995 → 2001)
mars 2014[7] mai 2020 Roger Sarciaux (1952- ) SE Retraité
mai 2020[8] En cours Loïc Commeureuc (1954- )   Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2017, la commune comptait 915 habitants[Note 2], en augmentation de 14,09 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9019859571 0521 086922913951990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9721 0001 0299731 0051 026950908895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
864817782702696679667654616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
533468423376391412549710848
2017 - - - - - - - -
915--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Sainte-Trinité à Saint-Thual.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Empire de la Basse Chesnaie[modifier | modifier le code]

Empire de la Basse Chesnaie
(Depuis 1996)

Drapeau de Empire de la Basse Chesnaie(Depuis 1996)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Territoire revendiqué Une propriété à Saint-Thual
Statut politique Micronation
Gouvernement Empire constitutionnel
Empereur Frank-Marc Ier
depuis 1996
Démographie
Gentilé Beauchesnois
Population hab.[16] (2020)
Densité 400 hab./km2
Langue(s) Français, flangue[15]
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 12″ nord, 1° 56′ 02″ ouest
Superficie 0,01 km2
Divers
Monnaie Franc Chesnois
Devise « Ad Majorem Propriam Gloriam »
Sources
Empire de la Basse Chesnaie
Localisation sur la carte de France
Empire de la Basse Chesnaie
Voir l’image vierge
Localisation sur la carte de France : Empire de la Basse Chesnaie.

Frank Samson, avocat parisien, y a créé en 1996, une micronation indépendante, d'une superficie de 1,1 hectare, sur la commune de Saint-Thual, l'« Empire de la Basse Chesnaie »[18],[19].

Il crée aussi sa propre Constitution, sa monnaie, le "Franc Chesnois", ainsi qu'un gouvernement et des distinctions honorifiques (Ordre de l'Excellence Impériale, Ordre de l'Amphore, Ordre de l'Amazone).

Des ministères, une vingtaine, viennent compléter la structure. On y trouve, par exemple, le Ministère de la Diplomatie et de Ma Main Dans Ta Gueule, celui du Sport et Champagne ou bien de la Justice et Décisions Arbitraires, Garde des Sots...

Il est institué dans cette micronation une noblesse d'empire, constituée de chevaliers, barons, comtes, ducs et princes, ainsi qu'un ordre religieux (Ordre des Chapelliers, rattaché à la Chapelle Samson de Dol érigée sur ce territoire)

En 2020, on dénombre 374 Beauchesnois (340 en 2018)[20].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 111, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) » (consulté le 13 janvier 2017)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  3. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. « Nécrologie : M. Pierre Guillemer », Ouest-France,‎
  5. « Démission de François Pain, maire de St-Thual », Ouest-France,‎
  6. « Saint-Thual - Élections municipales 2001 », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 24 mars 2018)
  7. « Roger Sarciaux, nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mars 2018)
  8. « Municipales à Saint-Thual. Loïc Commeureuc a enfilé l’écharpe de maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. Louis Chauris, Le calcaire du Quiou-Tréfumel ou « pierre de jauge », dans Le Pays de Dinan, 2006, p. 319-339.
  14. « Château de Tourdelain », notice no PA00090884, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Bulletin Impérial - Empire de la Basse Chesnaie », sur empirebc.fr (consulté le 21 avril 2020)
  16. 374 Beauchesnois en 2020
  17. « Bulletin Impérial - Empire de la Basse Chesnaie », sur empirebc.fr (consulté le 21 avril 2020)
  18. « Bienvenue - Empire de la Basse Chesnaie », sur empirebc.fr (consulté le 21 avril 2020)
  19. Jean-Louis Tremblais, « L'avocat qui voulait être empereur », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 4 avril 2012)
  20. Quentin Girard, « «Frank-Marc Ier», Aimer César », sur Libération.fr, (consulté le 21 avril 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]