Saint-Thual

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Thual
Mairie de Saint-Thual.
Mairie de Saint-Thual.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Combourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Roger Sarciaux
2014-2020
Code postal 35190
Code commune 35318
Démographie
Population
municipale
848 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 15″ nord, 1° 55′ 57″ ouest
Altitude 77 m (min. : 33 m) (max. : 126 m)
Superficie 11,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Thual

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Thual

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thual

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thual

Saint-Thual est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Thual, enclavée dans l'évêché de Saint-Malo, faisait partie du doyenné de Bobital relevant de l'évêché de Dol et était sous les vocables de saint Tugdual et saint Samson.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Tuduali en 1227[1].

Son nom vient de saint Tugdual ou Tudual fondateur du monastére de Tréguier et évêque de cette localité au VIe siècle.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Motay-Thual[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Henri Guéroc    
2014 en cours Roger Sarciaux[3] SE retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 848 habitants, en augmentation de 19,44 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
901 985 957 1 052 1 086 922 913 951 990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
972 1 000 1 029 973 1 005 1 026 950 908 895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
864 817 782 702 696 679 667 654 616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
533 468 423 376 391 412 549 710 848
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Sainte-Trinité à Saint-Thual.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 111, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  3. « Saint-Thual (35190) - Municipales 2014 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 avril 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Louis Chauris, Le calcaire du Quiou-Tréfumel ou « pierre de jauge », dans Le Pays de Dinan, 2006, p. 319-339.
  9. Notice no PA00090884, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Site de l'Empire de la Basse Chesnaie
  11. Jean-Louis Tremblais, « L'avocat qui voulait être empereur », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 4 avril 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :