La Baussaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Baussaine
Mairie de La Baussaine.
Mairie de La Baussaine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Combourg
Intercommunalité communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique
Maire
Mandat
Jérémy Loisel
2014-2020
Code postal 35190
Code commune 35017
Démographie
Population
municipale
647 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 51″ nord, 1° 53′ 49″ ouest
Altitude 83 m (min. : 48 m) (max. : 117 m)
Superficie 9,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Baussaine

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Baussaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Baussaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Baussaine

La Baussaine est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la D 20 entre Tinténiac et Bécherel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes :

On ne dispose pas d'attestations antérieures au XIIe siècle : Baucena (XIIe siècle); La Baucène (1220); Bauscena (1323); La Bauczanne (1408); La Baussane (1492); La Baussenne (1627)[1].

Etymologie :

Selon le Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, de Dauzat-Rostaing, il s'agirait d'un dérivé du nom de personne Baussan, lequel est formé sur un adjectif connu en ancien français: baucent. Cet adjectif à l'origine incertaine (tout comme l'italien balzano, devenu en français "balzan") renvoie à une association de noir et de blanc. C'est pourquoi il s'applique généralement à un cheval noir à pattes blanches : pour Dauzat-Rostaing, le nom de personne serait un surnom venant de cette appellation.

Pour Ernest Nègre[2], toujours avec la même étymologie, le nom de La Baussaine serait expliqué par "une terre tachetée, noire et blanche".

Peut-on exclure une autre piste? Le baucent était l'étendard noir et blanc des Templiers. Or Paul Sébillot[3] rapporte des récits concernant la présence de ces "Moines Rouges" à La Baussaine, auxquels le nom pourrait faire écho.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Alain Gauven    
mars 2008 mars 2014 Florence Deniau[4]    
mars 2014 en cours Jérémy Loisel[5] SE Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 647 habitants, en augmentation de 4,35 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 208 1 127 1 240 1 202 1 223 1 233 1 129 1 128 1 104
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 110 1 021 1 095 1 045 1 105 1 104 1 075 1 087 1 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
961 908 852 729 698 667 668 619 582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
522 509 435 421 447 474 594 632 647
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Léon.

La commune est dotée d’un monument historique :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Bossard, Dictionnaire topographique du département d'Ille-et-Vilaine (numérisation), A.D.35.
  2. Toponymie générale de la France, volume 2, (n°22 993).
  3. Légendes locales de Haute Bretagne, vol. 2, p. 28.
  4. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535,‎ , p. 10-13 (ISSN 1285-7688)
  5. « Jérémy Loisel : un jeune maire pour La Baussaine », Ouest-France, 2 avril 2014.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. * Louis Chauris, Le calcaire du Quiou-Tréfumel ou « pierre de jauge », dans Le Pays de Dinan, 2006, p. 319-339.
  11. Notice no PA00090502, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]