Lanrigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lanrigan
Lanrigan
Le château de Lanrigan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Intercommunalité Communauté de communes Bretagne Romantique
Maire
Mandat
Sébastien Delabroise
2020-2026
Code postal 35270
Code commune 35148
Démographie
Population
municipale
152 hab. (2021 en augmentation de 0,66 % par rapport à 2015en augmentation de 0,66 % par rapport à 2015)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 50″ nord, 1° 41′ 51″ ouest
Altitude 68 m
Min. 50 m
Max. 85 m
Superficie 3,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Combourg
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lanrigan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lanrigan
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
Lanrigan
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Lanrigan
Liens
Site web www.lanrigan.fr

Lanrigan est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Ses habitants sont nommés Lanriganais et Lanriganaises.

En 2021, avec 152 habitants[Note 1], elle est la 331e commune la plus peuplée d’Ille-et-Vilaine, soit l'antépénultième commune du département en nombre d'habitants devant La Selle-Guerchaise et Bléruais, et la 1195e de Bretagne[1]. Sa densité est de 39,9 hab/km².

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à une quarantaine de kilomètres au nord de Rennes et à une vingtaine de kilomètres à l’est-sud-est de Dinan. Elle est entourée par les communes de Combourg, Dingé et Saint-Léger-des-Prés.

Le bourg de la commune est traversé par la D 83.

Carte de la commune.
Communes limitrophes de Lanrigan
Combourg
Lanrigan Saint-Léger-des-Prés
Dingé

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[5]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur Est  », avec des hivers frais, des étés chauds et des pluies modérées[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 796 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 7,1 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Feins à 9 km à vol d'oiseau[7], est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 816,2 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lanrigan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35,9 %), zones agricoles hétérogènes (24,4 %), prairies (20,3 %), forêts (19,4 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lanrigan[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lanno Rigano au XIe siècle, Lanrigant en 1111, Sanrigan en 1116, Lanrigan au XIIe siècle[17].

En breton, le nom de la commune reste Lanrigan[17].

Lanrigan est un toponyme issu de l'ancien breton lann « église » (breton moderne « lande (lande d'ermite, lieu consacré du village) », « ajonc »). Le second élément -rigan représente le nom d'un saint breton *Rican, non attesté (selon Joseph Loth).

Remarque : le mot brittonique lann s'est souvent confondu avec le mot lande d'origine gauloise et de sens proche. Le lieu-dit écrit Land'huan, Landehuan est un ancien Landuhan, c'est-à-dire une mécoupe du breton *Lann-duhan, le second élément étant peut-être un anthroponyme breton en Tud-.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Du nord au sud, plusieurs lieux-dits sont répartis sur le territoire de la commune :

  • la Métairie
  • le Fresne
  • les Guerches
  • la petite Haie
  • les Rosais
  • la Touche
  • la Lande Longue
  • la Lande rose
  • la Haute Ruée
  • Chapelle de Landehuan
  • la Lande de Landehuan

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de la paroisse de Lanrigan date de 1070. Elle dépendait auparavant de celle de Combourg[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Lanrigan appartient à l'arrondissement de Saint-Malo depuis 2017 et au canton de Combourg depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle faisait partie du canton de Hédé.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie depuis 1986 de la deuxième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis 2017 par Laurence Maillart-Méhaignerie (RE). Auparavant, elle a successivement appartenu à la circonscription de Rennes (Second Empire), la 2e circonscription de Rennes (1876-1919), la 1re circonscription de Rennes (1928-1940) et la 1re circonscription (1958-1986).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le , Lanrigan appartient à la communauté de communes Bretagne Romantique.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1919[20] ? Edmond Hamon de Kervers
(1863-1942)
  Propriétaire
Maire en 1932 ? Gaston Lelièvre de la Morinière   Exploitant agricole
Maire en 1950 ? Pierre Chevalier   Cultivateur et commerçant
Les données manquantes sont à compléter.
av. 1971 1973
(démission)
M. Robin    
1973 mars 1977 Jean-Baptiste Lebret (1905-1997)   Agriculteur retraité
Adjoint au maire (1969 → 1973)
mars 1977 mars 2001 André Leray[21] (1912-2017)   Agriculteur retraité, maire honoraire
mars 2001 23 mai 2020 Jean Harel[22] (1956- ) SE Technicien territorial
23 mai 2020[23] En cours Sébastien Delabroise (1972- ) SE Infirmier
4e vice-président de la CC Bretagne Romantique (2021 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2021, la commune comptait 152 habitants[Note 4], en augmentation de 0,66 % par rapport à 2015 (Ille-et-Vilaine : +5,32 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160167205196206207204175174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
187213204206232248254218229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
223228223178160161177178147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
123132128107104108119120148
2017 2021 - - - - - - -
152152-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte un seul monument historique protégé :

Château de Lanrigan.
  • La motte féodale[28] du château de Lanrigan est liée à la famille des seigneurs de Lanrigan, branche issues des seigneurs de Combourg. Ils possédaient des droits sur les églises de Cuguen (où les descendants de Hamon fils de Main s’installèrent, cf. Cuguen)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'ancienne noblesse de Lanrigan descend de Jehan de Langan et de son frère Geoffroy, un homme d'armes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021, légale en 2024.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population en Bretagne : combien d'habitants dans votre ville - Lanrigan ? », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Fiche cours d'eau - l'Ille (J71-0300) ».
  3. « Fiche cours d'eau - le Linon (J07-0300) ».
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  6. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Lanrigan et Feins », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Feins Sa » (commune de Feins) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Feins Sa » (commune de Feins) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. a et b « Résultats concernant « Lanrigan » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  18. André Chédeville et Noël-Yves Tonnerre, La Bretagne féodale : XIe – XIIIe siècle, Rennes, éditions Ouest-France, coll. « université », , 440 p. (ISBN 2-7373-0014-2), p. 288.
  19. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  20. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  21. « Le doyen des anciens maires de France est décédé », Ouest-France, (archives du journal)
  22. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  23. « Municipales à Lanrigan. Le conseil s’est réuni pour la première fois samedi 23 mai », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. Manoirs et château dans le comté de Rennes. Michel Brand’Honneur, PUR, Rennes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]