Talossa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Royaume de Talossa
(Depuis 1979)

Regipäts Talossan (tzl) 

Drapeau de Royaume de Talossa(Depuis 1979)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Territoire revendiqué Sept provinces à Milwaukee, l'île de Cézembre (8e province) et une partie de l'Antarctique (Pengöpäts Territory ou Territoire Pingouin)
Statut politique Micronation
Capitale Abbavilla
Gouvernement Monarchie constitutionnelle
Roi John Ier
Depuis 2007
Premier ministre Dame Miestrâ Schivâ
Depuis le 23 février 2019
Démographie
Gentilé Talossien, Talossienne
Population 186 hab.[1] (2020)
Densité 14 hab./km2
Langue(s) Talossien, anglais
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 53″ nord, 87° 54′ 09″ ouest
Superficie 13 km2
Divers
Hymne « Chirluscha àl Glheþ »
Tenez-vous droits, Talossiens[2]
Devise « Miehen huone on hänen valtakuntansa »
La chambre d'un homme est son royaume
Sources
Site officiel

Talossa, officiellement Royaume de Talossa, (en talossien: El Regipäts Talossan /ˈred͡ʒipæt͡s tɐɫɔˈsan/), fondée en 1979 par Robert Ben Madison, est la plus ancienne des micronations virtuelles. Au début, le royaume se limite à sa chambre. Il choisit le nom de Talossa après avoir découvert qu'il veut dire « dans la maison » en finnois. Un de ses premiers projets fut d'avoir une présence internet. Le site du royaume est en ligne depuis 1995[3],[4],[5]. Mais la principale œuvre de Madison fut de développer une langue, le talossien, aujourd'hui reconnue par les principaux organismes linguistiques internationaux.

Talossa revendique plusieurs endroits sur Terre, à commencer par une partie de Milwaukee, la Grande aire talossienne. Aucune de ces prétentions n'est reconnue par les Nations Unies ou toute autre nation. Au , il y a 186 citoyens actifs sur les 543 ayant acquis la citoyenneté depuis 1979[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le royaume de Talossa est fondé, le [7], par Robert Ben Madison, originaire de Milwaukee[8], alors âgé de 14 ans, il venait de perdre sa mère. Madison fait vivre Talossa durant son adolescence, publiant un journal dans son université, dessinant un drapeau et un emblème, se fabriquant sa propre couronne avec un vieux casque de pompier. À cette époque, les seuls membres de la "nation" sont une douzaine d'amis.

Tout change dans les années 1990 avec la publication de plusieurs articles dans le New York Times[9],[10] et Wired[5], repris dans de nombreux médias, et attirant l'attention sur son site internet. De nombreux nouveaux "citoyens" rejoignent alors Talossa. Madison revendique alors la création du terme "micronation".

Souverains[modifier | modifier le code]

Nom Règne Notes
Robert Ier
(El Röin da Róibeard Pirmalaiset)
De 1979 à 1987
(abdique en faveur de Robert II)
Robert Ben Madison, fondateur
Robert II
(El Röin da Róibeard II)
Du -
(destitué par le gouvernement)
Robert Charles Dobberpuhl (1965-1993)
Interrègne Du au
Florence Ire
(El Röin da Fiorença)
Du au
(abdique en faveur de Robert Ier)
Florence Yarney, ancienne professeur d'anglais de Madison.
Robert Ier
(El Röin da Róibeard Pirmalaiset)
Du au
(abdique en faveur de Louis Ier)
Période connue sous le nom de La Restauration (La Restoraziun)
La régence de Louis Ier
(La Rexhençù da Luïç)
Du au
(abdique sans successeur)
Luis Guzmán, il a 8 ans et son court règne sera sous régence du gouvernement.
Son arrivée au pouvoir déclenche la sécession d'une partie des Talossiens et la création de la République de Talossa.
Interrègne Du au C'est la fin de la Maison de Rouergue, nom donnée par Madison à sa dynastie.
John Ier
(El Röin d’Ian)
Depuis le John W. Woolley (né le ), premier roi de la Maison du Lupul.
Son nom tallossien est Ian Lupul.

Revendications[modifier | modifier le code]

La micronation revendique, entre autres, un territoire en Antarctique, dans la Terre Marie Byrd, ainsi que l'île de Cézembre au large de Saint-Malo[11].

République de Talossa[modifier | modifier le code]

Drapeau de la République de Talossa (2004-2012)

En 2004, un groupe de dissidents du Royaume de Talossa fit sécession et fonda une autre micronation, la République de Talossa.

Divers choix stratégiques sur les procédures d'intégrations de nouveaux citoyens et l'abdication de Madison au profit de son petit-fils, Louis (Luïç), âgé de 8 ans, provoquèrent une "révolte" dans le royaume. Le , la République de Talossa voit le jour. Trois présidents ont dirigé cette république.

Mais la république ne se développe pas et ne compte que 18 membres en 2012. Après un référendum, elle réintégre le royaume le [12].

La culture[modifier | modifier le code]

Talossien
Talossàn
/tɐɫɔˈsan/
Image illustrative de l’article Talossa
Drapeau
de la langue talossienne
Auteur Robert Ben Madison
Date de création 1980
Pays Royaume de Talossa
Région Monde entier
Nombre de locuteurs Quelques centaines.
Typologie accentuelle flexionnelle SVO
Catégorie Langue imaginaire
Classification par famille
Dérivée du gallo-roman, de l'occitan
et du roumain[13]
Statut officiel
Langue officielle Royaume de Talossa
Régi par El Büreu del Glheþ (Le Bureau de la langue).
Codes de langue
ISO 639-2 art
ISO 639-3 tzl
IETF tzl
Glottolog talo1253Talossan
Échantillon
Tenez-vous droits, Talossiens
(titre de l'hymne de Talossa):

Chirluscha àl Glheþ

La culture talossienne a été développée pendant des années par Robert Madison et ses fans. Les jeux de guerre sont le sport national et il y a un jour férié national qui leur est dédié.

Elle impacte aussi la politique du royaume. Ainsi, il y a deux courants de pensées en Talossa. Ceux qui considèrent Talossa comme une vraie nation[14], les Dérivatistes[15], et ceux qui considèrent Talossa comme un phénomène nouveau et unique[16], les Péculiaristes[17]. Ils se sont constitués en partis politiques, chacun exposant ses points de vues à la Chambre haute du royaume.

La langue[modifier | modifier le code]

La langue talossienne, également créée par Madison en 1980,

Madison invente le talossien (/tɐɫɔˈsan/) ou « el glheþ Talossan » (/ɛɫ ʎeθ tɐɫɔˈsan/) comme une langue construite pour sa micronation.

En partie basé sur du gallo-roman, de l'occitan et du roumain, c'est une des langues imaginaires les plus détaillées, avec un vocabulaire riche de 35 000 mots de base, 121 000 dérivés et une grammaire complexe[18].

L'Association of Talossan Language Organisations (ATLO) gère le site internet expliquant la langue, ses origines et histoire, et fournissant aussi un système de traduction en ligne[19]. L'ISO 639 a attribué le code « tzl » au talossien. Un comité, El Büreu del Glheþ (« Le Bureau de la Langue »), dirigé par Madison, décide régulièrement des futurs évolutions de la langue[20].

L'alphabet talossien[modifier | modifier le code]

L'alphabet talossan se compose de 32 lettres:

Lettre API
a ɑ
ä æ
b b
c k ou t͡ʃ
ç s
d d ou ð
ð ð
e ɛ ou e
Lettre API
f f
g ɡ ou d͡ʒ
h h
i i
j j
k k
l l ou ɬ ou w ou ð
m m
Lettre API
n n ou ŋ
o ɔ
ö œ
p p
q ki
r r ou ʃ
s s ou z
ß s
Lettre API
t t
u u
ü y
v v
w w ou v
x ks ou ʃ
z z ou t͡s
þ θ


Plusieurs textes sont publiés en anglais-talossien par l'Association of Talossan Language Organisations, accompagnés de versions audio[21].

Extrait du Cœur révélateur, d'Edgar Allan Poe (version audio ici[22]).

Texte en français Texte en talossien

Vrai ! — je suis très nerveux, épouvantablement nerveux, je l’ai toujours été ; mais pourquoi prétendez-vous que je suis fou ? La maladie a aiguisé mes sens, — elle ne les a pas détruits, — elle ne les a pas émoussés. Plus que tous les autres, j’avais le sens de l’ouïe très fin. J’ai entendu toutes choses du ciel et de la terre. J’ai entendu bien des choses de l’enfer. Comment donc suis-je fou ? Attention ! Et observez avec quelle santé, — avec quel calme je puis vous raconter toute l’histoire.

¡VRÄTS! — nervös — trei, trei þorivalmint nervös éu tignhoveu estescu, es éu sint; ¿mas perqet zirarhetz-voi q’éu sint mäts? La malaiça tignhova afilada vaes ceadfas — non lor zestroxhiada — non lor smortiçada. Över dtoct füt la ceadfa d’üscüdançeu acü. Üscüdeveu toct i cosas in el çéu es la tzara. Üscüdeveu muitas cosas in l’enceida. ¿Come, aglhorc, sint-éu mäts? ¡Üscüd! es auservetz cacsa salüvamint, cacsa serain, q’éu put nararh-te la storia entieir.

Le Cœur révélateur, Edgar Allan Poe.
Traduction par Charles Baudelaire. Nouvelles Histoires extraordinaires, A. Quantin, 1884 (p. 65-72).
La Coraziun Profanind, Edgar Allan Poe.
Traduction par Iustì Canun (2009).

Références[modifier | modifier le code]

  1. 543 au total depuis 1979
  2. « Stand Tall, Talossans », sur Partitions de chansons (consulté le 17 mars 2020)
  3. (en) « Castles in the air », The Economist (ISSN 0013-0613, consulté le 17 mars 2020)
  4. « CNN.com - Shortcuts: Starting your own country - Sep 27, 2006 », sur edition.cnn.com (consulté le 17 mars 2020).
  5. a et b WIRED Staff, « It's Good to Be King », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 17 mars 2020).
  6. « Talossa Citizen List », sur www.talossa.ca (consulté le 17 mars 2020).
  7. « Ár Päts The Classic History of the Kingdom of Talossa R. BEN MADISON, M.A. - PDF Free Download », sur docplayer.net (consulté le 18 mars 2020)
  8. Ryan, J: Micronations: The Lonely Planet Guide to Self-Proclaimed Nations, (ISBN 1-74104-730-7)
  9. (en-US) Stephen Mihm, « Utopian Rulers, and Spoofs, Stake Out Territory Online », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  10. (en-US) Roberta Smith, « Art in Review; We Could Have Invited Everyone », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  11. (it) Emanuele Pagliarin, Micronazionalismo. Libertà, identità, indipendenza, Youcanprint, (lire en ligne), p. 97-98
  12. « History - TalossaWiki », sur wiki.talossa.com (consulté le 24 janvier 2020)
  13. (en) SIL International - ISO 639-3 Registrar, « ISO 639-3 Registration Authority Request for New Language Code Element in ISO 639-3 », sur iso639-3.sil.org, (consulté le 18 mars 2020)
  14. « Derivatism - TalossaWiki », sur wiki.talossa.com (consulté le 17 mars 2020)
  15. (en) William D. Blattner, Heidegger's Temporal Idealism, Cambridge University Press, , 325 p. (ISBN 978-0-521-62067-3, lire en ligne)
  16. « Peculiarism - TalossaWiki », sur wiki.talossa.com (consulté le 17 mars 2020)
  17. (en) « Peculiarism | Meaning of Peculiarism by Lexico », sur Lexico Dictionaries | English (consulté le 17 mars 2020)
  18. (en) « Modern History | El Glheþ Talossan » (consulté le 18 mars 2020).
  19. (en) « El Glheþ Talossan » (consulté le 18 mars 2020).
  20. « Büreu del Glheþ - TalossaWiki », sur wiki.talossa.com (consulté le 18 mars 2020)
  21. (en-US) « Examples | El Glheþ Talossan » (consulté le 19 mars 2020)
  22. (en-US) « La Coraziun Profanind | El Glheþ Talossan » (consulté le 18 mars 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) John Ryan, Micronations, Lonely Planet, 2006 (ISBN 9781741047301)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Ma La Mha, A Complete Guide to the Talossan Language, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2008 (ISBN 978-1453777299)
  • (en) Glottolog 2.3 Resources for Talossan, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, 2014 (OCLC 904093470)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]