Micronation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie image illustrant la politique
Cet article est une ébauche concernant la géographie et la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec Micro-État.
Sealand, l'une des plus célèbres micronations

Une micronation[1], se dit d'une entité créée par un petit nombre de personnes, qui prétend au statut de nation indépendante ou qui en présente des caractéristiques, mais n'est en aucune façon reconnue comme telle par les nations officielles ou par les organismes transnationaux.

Certaines micronations ont de véritables prétentions à l'indépendance (Hutt River enclavée en Australie, Sealand au large du Royaume-Uni, par exemple)[2], alors que d'autres sont plus fantaisistes ou folkloriques (la République du Saugeais en France par exemple)[3].

Elles ne doivent pas être confondues avec :

Certains critères récurrents caractérisent la micronation comme, par exemple :

  • la production de signes de souveraineté : timbres, monnaies, médailles, drapeau, hymne national, costumes, souvenirs, plaquette de promotion, etc., en quantité commerciale suffisante ;
  • la construction avérée, en cours ou en projet d'un monument, d'un bâtiment, d'une structure ;
  • un site internet.

Historique[modifier | modifier le code]

Généralement de petite taille (géographiquement et démographiquement), les micronations se caractérisent le plus souvent par une volonté de reconnaissance de leur souveraineté, par l'intermédiaire d'émission de passeports, de timbres, de monnaie et de titres de noblesse. Pour la plupart, faute de reconnaissance extérieure, elles n'existent que sur papier ou sur internet. Elles sont la plupart du temps soit le fruit d'une réflexion sur la politique, l'économie, la diplomatie (et sont dans ce cas-là des jeux ou des créations personnelles), soit des assises pour des activités illicites ou indépendantistes.

Le cas des royaumes africains traditionnels[modifier | modifier le code]

La plupart des royaumes africains traditionnels encore existants, aujourd'hui inclus dans les États africains modernes issus de la colonisation, se retrouvent de facto dans la situation de micronations, alors que leur existence historique est attestée et ancienne. L'exemple le plus frappant est le royaume Xhosa de Thembu, en Afrique du Sud (près de 2 millions d'habitants), qui n'a plus aucune existence légale depuis 1885 : c'est une nation dont le roi actuel, Rolihlahla Mand'ela, est plus connu comme ancien président de la république sud-africaine, sous le nom de Nelson Mandela[5].

Liste de micronations[modifier | modifier le code]

Titre officiel Drapeau Fondation Description Leader
Empire aéricain 1987 Une micronation ironique et excentrique fondée par le Canadien Éric Lis quand il était enfant, et maintenue depuis. Il se réclame de divers territoires terrestres et interplanétaires comme terre de l'Empire aéricain[6]. Eric Lis
Aeterna Lucina 1978 Une micronation australienne fondée par un baron autoproclamé se réclamant des propriétés en Nouvelle-Galles du Sud comme son territoire. Plusieurs hommes d'affaires associés ont été accusés en 1990 de fraude de visa. Paul Baron Neuman
Aramoana 1980 Une petite communauté de la Nouvelle-Zélande qui s'est déclarée indépendante pour protester contre une fonderie d'aluminium établie sur un territoire voisin.
Atlantium Drapeau d'Atlantium 1981 Communauté basée en Australie, fondée à Sydney par George Francis Cruickshank[7]. George Cruickshank
Austenasia 2008 Une monarchie constitutionnelle composée de trois propriétés privées qui se sont déclarées indépendantes, sous la conduite d'une habitation située au sud de Londres. Elle est reconnue par le Vikesland[8],[9],[10],[11]. Jonathan Austen
Avram années 1980 Une micronation non-territoriale fondée par un excentrique « duc » auto-proclamé, qui fut par la suite élu au parlement de Tasmanie[7]. John Charlton Rudge
Akhzivland 1970[12],[13] Une micronation non-territoriale fondée près de EL Avivi en réponse au gouvernement israélien qui a envoyé deux bulldozers pour démolir sa maison déclarée illégale[12] En raison d'un procès mené contre Avivi par l'État d'Israël (qui a été plus tard rejeté par le juge entendant le cas), le statut juridique de micronation est demeuré ambigu. El Avivi
Empire de la Basse Chesnaie Drapeau de l'Empire de la Basse Chesnaie 1996 Micronation enclavée sur le territoire français fondé et dirigé par un empereur fondateur, qui entend acquérir, avec le temps, la légitimité de son État, à l'instar des autres micro-nations[14]. Doté d'une constitution et d'un gouvernement de 17 ministres, la micronation qui se considère comme un micro-État, a procédé au sacre de son empereur le . Frank-Marc Ier
République socialiste de Bjorn (en) 2005 Un État marxiste autoproclamé, basé également sur les principes religieux mais athées de Bjorn, constitué par un morceau de rocher d'environ 6 m2 « ressemblant à un tracteur », situé dans le Lac Immeln à Scania en Suède. Cette micronation est reconnue par la Ladonia, autre micronation voisine[15],[16].  
Baronie de Caux 2001 Une baronnie féodale absolue réclamant des terres au Shropshire (Angleterre et en Normandie. Caux a eu dans le monde entier environ 80 sujets. Le baron auto-proclamé réside dans l'« enclave ambassadrice » à Toronto (Ontario, Canada)[7]. John V. Corbett
Celestia 1949 Une micronation défunte réclamant l'espace comme son territoire. James Thomas Mangan
Ville libre de Christiania Drapeau de Christiania 1971 Christiania (Fristaden Christiania) est un quartier de Copenhague au Danemark, autoproclamé « ville libre de Christiania », fonctionnant comme une communauté intentionnelle autogérée, fondée en septembre 1971 sur le terrain de la caserne de Bådmandsstræde par un groupe de squatters, de chômeurs et de hippies[17]. Le quartier est une rare expérience historique libertaire toujours en activité en Europe du Nord.
République de Conch Drapeau 1921 Un groupe réclamant son indépendance ironique des États-Unis en protestation à un blocus établi par la patrouille des frontières américaines à l'extrémité supérieure des îles du Sud de la Floride[7]. Dennis Wardlow
Empire de Copeman 2003 L'Empire de Copeman est dirigé depuis un parc caravanier du Norfolk en Angleterre par son fondateur Nick Copeman , qui changea son nom en HM King Nicholas I[7]. HM King Nicholas I
Elleore Drapeau 1944 Une micronation ironique, fondée par un groupe de maîtres d'école comme une colonie de vacances sur l'île d'Elleore, au Danemark[7].
EnenKio Drapeau séparatiste d'EnenKio 1994 Cette micronation, qui revendique l'atoll de Wake dans les îles Marshall, a été considérée comme une escroquerie destinée à vendre des passeports et des papiers diplomatiques.
République indépendante de Figuerolles 1956 Une constitution depuis 1956, autoproclamée par Igor (le grand-père) ancien pilote du Normandie-Niemen et son épouse Tania[18]. Igor Reverchon
Filettino 2011 Le maire Luca Sellari d'une petite ville de 550 habitants, a déclaré l'indépendance de sa commune vis à vis de l'Italie[19],[20], pour protester contre les mesures d'austérité résultant de la crise de la dette dans la zone euro. Filettino a imprimé sa propre monnaie, le « fioritto »[21].  
Floride occidentale britannique (en) Drapeau 2005 Une micronation entendant rétablir l'ancienne colonie britannique du même nom[7]. Bo Register
Forvik 2008 Le , un retraité anglais, Stuart Hill, a proclamé l'indépendance de l'île vis-à-vis du Royaume-Uni, la renommant à cette occasion « Forvik »[22]. Son objectif est d'inciter les autres îles des Shetland à faire de même, afin d'en faire une simple dépendance de la Couronne comme le sont déjà l'île de Man ou les îles Anglo-Normandes[23]. Selon Stuart Hill, les Shetland n'ont jamais fait partie de l'Écosse et ne font, par conséquent, pas partie du Royaume-Uni[22]. Stuart Hill (en)
Frestonia 1977 Freston Road, dans l’Ouest de Londres, est une « sécession » du Royaume-Uni sous le nom de Frestonia. Dans une contestation de la légalité concernant l'exécution non autorisée de son film The Immortalist, Heathcote Williams a gagné un procès au motif que Frestonia n'était pas partie intégrante du Royaume-Uni.
Global Country of World Peace « Un pays sans frontières pour les personnes pacifiques de partout », créé par Maharishi Mahesh Yogi, avec pour capitale Maharishi Vedic City, Iowa[24]. Maharaja Adhiraj Rajaraam
Hajdučka Republika Mijata Tomića 2002 Cette micronation est un projet protestataire né dans les monts Vran, dans le parc naturel Blidinje en Bosnie-Herzégovine, à la suite de l'inefficacité des structures nationales dans la résolution des problèmes d'alimentation électrique de cette zone[25]. Vinko Vukoja Lastvić
Hay-on-Wye 1977 Une ville du Pays de Galles déclarée indépendante par le bibliophile Richard Booth dans une annonce publicitaire. Le succès de Booth faisant la promotion de la ville comme « ville des livres » a été reconnu par la récompense d'un MBE dans la distinctions de la Reine pour l’année 2004[26]. Richard Booth
Humanité (en) 1878 Une ancienne micronation, occupant les îles Spratleys, qui a fusionné avec la République des Morac-Songhrati-Hydromels en septembre 1963[27].
Hutt River Drapeau Une grande zone agricole dans l'Australie occidentale qui a unilatéralement fait sécession du Commonwealth et s'est déclarée nation souveraine. Connu comme province de Hutt River jusqu'en 2007[7]. Leonard Casley
Îles de la mer de Corail Drapeau Établi comme protestation politique symbolique par un groupe d'activistes de droits des homosexuels, le royaume gay et lesbien des Îles de la mer de Corail est une micronation basée au Queensland, Australie[28]. Dale Anderson
République du Jamtland (en) Drapeau non officiel de la république du Jamtland 1963 Une province suédoise, appartenant anciennement à la Norvège Ewert Ljusberg
Kugelmugel 1984 Une maison en forme de ballon, construite par l'artiste Edwin Lipburger, située dans le Prater de Vienne[7]. Edwin Lipburger
Ladonia Drapeau de Ladonia 1980 Une micronation créée par l'artiste suédois Lars Vilks pour héberger ses sculptures dans la réserve naturelle de Kullaberg au nord-ouest de Skåne[7].
Îles Lagoa 2005 Création de l'autoproclamé Grand-Duc Louis qui considère que trois petites îles situées dans un étang de Portsmouth ne sont pas la possession du conseil local et sont donc déclarées indépendantes[7]. Louis Stephans
L'Anse-Saint-Jean Une micronation créée au départ pour faire la promotion de cette ville du Québec[29]. Denys Tremblay
Llanrwst (en) 1276 Une ville au nord du Pays de Galles, déclarée « ville libre » par un prince gallois, non reconnue par les Nations unies en 1947. Llywelyn the Last
Kingdom of Lovely (en) Drapeau du Royaume de Beauté 2004 Initialement, une micronation virtuelle, fondée sur internet par l'humoriste Danny Wallace , dans le cadre de la série télévisée de la BBC How to Start Your Own Country (Comment fonder votre propre pays). Danny Wallace désigna l'immeuble se son créateur comme territoire souverain ; cette déclaration peut donc faire considérer cette micronation comme non virtuelle. Danny Wallace
Lundy 1925 Une île de la côte Ouest de l'Angleterre, qui historiquement de 1100 à 1200 eut un statut de semi-indépendance ou d'indépendance par rapport à la monarchie anglaise sous divers seigneurs de la guerre. Entre 1925 et 1931 son propriétaire, avec le soutien de ses voisins îliens, s'est déclaré roi et des pièces de monnaie ont été frappées mais il n'a pas déclaré l'indépendance formelle. Martin Coles Harman
Marlborough 1993 Une micronation éphémère en Australie, dont le fondateur déclara sa ferme comme pays indépendant, afin d'éviter son expropriation à la suite d'une faillite. Il fut expulsé moins d'une semaine plus tard par la police, et fut ensuite poursuivi par la justice. Il a depuis abandonné toute velléité d'indépendance. George Muirhead
Melchizedek 1986 The Dominion of Melchizedek (DoM) est une micronation connue en grande partie pour faciliter la fraude d'opérations bancaires de large échelle dans beaucoup de régions du monde[30]. Richard James McDonald
Minerva Une tentative de construire une île artificielle et de former un nouveau pays libertaire. La nouvelle terre est située sur le récif de Minerva, au sud des Fidji, mais l'île a été saisie et annexée par les Tonga peu après[7]. Morris C. Davis
Montmartre 1921 République fantaisiste fondée dans ce célèbre quartier de Paris par Poulbot, Forain, Neumont et Willette (son premier Président). Le siège est installé place du Calvaire. Action folkorique, philanthropique et culturelle dans ce célèbre quartier de Paris. Hymne : " Mont’là-d’ssus, mont’là-d’ssus ! et tu verras Montmartre… " (paroles de Lucien Boyer, musique de Borel-Clerc).  
Molossia Drapeau de la république de Molossia 1977 Une micronation fondée par Kevin Baugh, occupant sa ferme au Nevada, décrite ironiquement comme république bananière autoritaire[7]. Kevin Baugh
Morac-Songhrati-Meads 1959 Une micronation prétendant occuper les îles Spratley. Le territoire est actuellement sous la commande militaire « de fait » de la Chine, la Malaisie, les Philippines, Taiwan, et le Vietnam, depuis la découverte de pétrole en 1968[27].  
Principauté de Navasse L'île est actuellement revendiquée par l'ancien diplomate italien Ezio Scaglione[31]. Celui-ci a récemment été impliqué dans des affaires de déversement de déchets toxiques au large des côtes somaliennes. Scaglione attend toujours d'être reconnu officiellement comme le chef d'État de la Principauté de Navasse (inhabitée), ce qui le placerait sous immunité diplomatique. Ezio Scaglione
Nova Roma 1998 Une organisation internationale de personnes voulant être une nation romaine moderne fondée sur la République romaine antique. Nova Roma déclare explicitement qu'ils ne sont pas une micronation mais une « citoyenneté » ou une « République » ; leur organisation, cependant, se conforme à toutes les conditions pour être classifiée en tant que tels[32].  
Nutopia 1973 Pays conceptuel imaginé par John Lennon d'après sa chanson Imagine dont les seules lois sont les lois cosmiques (voir Micronation virtuelle).  
Other World Kingdom 1996 Une monarchie absolue matriarcale, à thèmes BDSM, dans laquelle les lois des femmes prévalent sur les droits des hommes. Le territoire de cette micronation est en République tchèque. Reine Patrica I
Ouchy 1934 La Commune libre et indépendante d'Ouchy[33] (effectivement indépendante entre 1144 et son annexion par Lausanne en 1798) rassemble quelques centaines d'habitants d'Ouchy (port de Lausanne).  
Outremeuse 1927 La République libre d'Outremeuse, nom d'un quartier de Liège, a été fondée sur le modèle de la République de Montmartre. Elle a, comme son modèle, des objectifs culturels, philanthropiques et folkloriques.  
Perloja 1918 Établi au lendemain de la Première Guerre mondiale, la République de Perloja en Lituanie eut sa propre cour, police, prison, devise (Perloja litas), et une armée de 300 hommes[34]. Jonas Česnulevičius[35].
Redonda 1865 Une petite île inhabitée en mer des Caraïbes, maintenant légalement une partie de Antigua et Barbuda. En 1865, un citoyen de Montserrat a été censément autorisé par la reine Victoria pour réclamer le titre du roi de Redonda, tant qu'il n'incitait aucune révolte contre l'autorité coloniale[7].  
Rose Island 1968 Une tentative de créer un État souverain sur une plate-forme dans les eaux internationales près de Rimini. Elle a été accomplie, mais peu après saisie par le gouvernement italien et détruite avec des explosifs[7]. Giorgio Rosa
Saugeais 1947 Une micronation ironique officiellement condamnée située dans le Doubs[7]. Georgette Bertin-Pourchet
Sealand Drapeau 1967 Une plate-forme militaire de la deuxième guerre mondiale dans les eaux internationales au large de l'Angleterre qui a été occupée et déclarée État indépendant par Paddy Roy Bates[7]. Paddy Roy Bates
Seborga 954 Une ville de Ligurie qui prétend ne jamais avoir fait partie de l'État italien moderne[7]. Giorgio Carbone
Užupis 1997 Užupis est un quartier de Vilnius, en grande partie situé dans la vieille ville. En 1997, les résidants du secteur ont déclaré une République d'Užupis, avec ses propres drapeau, devise, président, et constitution[36].  

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme transcrit de l'anglais, est également nommée cryptarchie par l'essayiste Bruno Fuligni
  2. Voir, entre autres, Bruno Fuligni, L'État c'est moi : histoire des monarchies privées, principautés de fantaisie et autres républiques pirates, les Éditions de Paris, 1997
  3. « Les bonnes affaires des États fantômes », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M202/Fumey.pdf
  5. Guillaume Chassang, L'Afrique du Sud, en territoire Xhosa, Paris, La Société des Écrivains, 2007, (ISBN 978-2-7480-3642-8) ; François-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006, (ISBN 2020480034).
  6. « The Aerican Empire », sur aericanempire.com (consulté le 24 novembre 2010)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r John Ryan, Micronations, p. 102
  8. Your Local Guardian: Carshalton home declares itself independent state Retrieved on 22.01.2009
  9. Join the List of 5 Weirdest Micronations by Starting Your Own Country - Asylum.com Retrieved 25.12.2010
  10. Chosun Ilbo 16 March 2010 Retrieved 22.12.2010
  11. City - Summer 2009 (Page 97) Retrieved 22.12.2010
  12. a et b A World of His Own: Former Seafarer Eli Avivi Rules His Own Kingdom - Go World Travel
  13. Micronations: The Lonely Planet Guide to Home-Made Nations (Lonely Planet Publications Pty Ltd 2006)
  14. Article dans Le Figaro (août 2009)
  15. www.dinside.no
  16. women.timesonline.co.uk
  17. Carlo Borzaga et Jacques Defourny, The emergence of social enterprise, Routledge, (présentation en ligne)
  18. « République indépendante de Figuerolles », sur figuerolles.free.fr (consulté le 24 novembre 2010)
  19. (en)www.bbc.co.uk Italian town Filettino declares independence
  20. (en)www.telegraph.co.uk Italian village trying to become a principality to protest at cuts
  21. (en)www.nytimes.com
  22. a et b Une île minuscule des Shetlands se déclare indépendante du Royaume-Uni, dépêche AFP du 19 juin 2008.
  23. (en) Stuart Hill declares independence, article de Hans J. Marter paru dans The Shetland News du 19 juin 2008
  24. (en) Jan McGirk, « Yogi's disciples want to create new utopia », The Independent, Londres,‎ , p. 17
  25. www.nezavisne.com
  26. (en) « Richard Booth » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur bbc.co.uk, consulté le 2007-05-11
  27. a et b Marwyn S. Samuels, Contest for the South China Sea (1982)
  28. (en) John Ryan, Micronations, 38 p.
  29. « La Monarchie municipale de L'Anse Saint-Jean », sur roidelanse.qc.ca (consulté le 24 novembre 2010)
  30. (en) « Fantasy Island », CBS News, CBS Worldwide Inc.,‎ (lire en ligne)
  31. http://www.estadodenavaza.galeon.com/
  32. (en) « Interactive Corporative Services Information on Nova Roma », Maine Department of the Secretary of State, Bureau of Corporations, Elections, and Commissions (consulté le 27 novembre 2007)
  33. (en) « Présentation de la Commune libre et indépendante d’Ouchy », sur lavaudoise.com
  34. (en) Gordon McLachlan, Bradt Lithuania, Chalfont St, Bradt Travel Guides, , 5th éd., poche (ISBN 978-1-84162-228-6, lire en ligne), p. 123–124
  35. Algimantas Semaška, Kelionių vadovas po Lietuvą: 1000 lankytinų vietovių norintiems geriau pažinti gimtąjį kraštą, Vilnius, Algimantas, , 4th ed. éd. (ISBN 9986-509-90-4, OCLC 269442821), p. 420
  36. (en) « Zappa lives in Lithuania », Rolling Stone