Organisation de la microfrancophonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Organisation de la microfrancophonie
Image illustrative de l’article Organisation de la microfrancophonie
Drapeau
Logo de l'organisation
Logo
Situation
Création (5 ans)
Langue Français
Organisation
Membres
  • Membres fondateurs :
    • Drapeau Principauté Aigues-Mortes.svg Aigues-Mortes
    • Flag of Angyalistan (simplified).png Angyalistan
    • Pas d'image disponible.svg Hélianthis
    • Pas d'image disponible.svg Padrhom
    • Flag of Sandus (Micronation).png Sandus
    • République de Saint-Castin (micronation).webp Saint-Castin
  • Membres :
    • Flag of Aerica.svg Empire aéricain
    • Pas d'image disponible.svg Armorique
    • Austrasie.png Austrasie
    • Beremagne.png Bérémagne
    • Flag of Europa (Micronation).png Europa
    • Pas d'image disponible.svg Ferthroy
    • Flandrensis vlag.jpg Flandrensis
    • Pas d'image disponible.svg Frya Nordland
    • Jailavera orig.png Jaïlavera
    • Flag of Juclandia (Micronation).png Juclandie
    • Pas d'image disponible.svg Legiálle
    • Pas d'image disponible.svg Nova Troie
    • Flag of Surland (micronation).png Surland
Secrétaire Général Geoffrey Mathes (depuis le 18 janvier 2021)
Haut Commissaire du Conseil Jean-Pierre Pichon, Prince d'Aigues-Mortes

Site web Site officiel

L'Organisation de la microfrancophonie (abrégée en OMF), est une organisation inter-micronationale fondée le dans le but de favoriser l'harmonie entre les alter-États et autres entités francophones. Initiée dès 2015 par la République de Saint-Castin et la Principauté d'Aigues-Mortes, elle se veut être un outil promotionnel pour la francophonie, et de cohésion entre ses membres.

Quatre autres micronations, Hélianthis, Angyalistan, Padrhom et Sandus, ont ensuite rejoint le mouvement et co-fondé l'organisation, signant sa première Charte le .

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Organisation de la microfrancophonie est une entité alter-étatique se basant sur le principe de micronation. Par définition, les « États » membres ont en commun le fait qu'ils ne sont reconnus par aucun gouvernement ni aucun pays.

L'organisation a pour but de promouvoir la francophonie dans un domaine où la culture anglo-saxonne domine, et où les micronations françaises (et francophones) ne sont que très peu représentées. Visant à accroître la connaissance du « monde micronational » par le grand public, l'organisation organise régulièrement depuis sa fondation des colloques et sommets rassemblant micronationalistes[note 1] ou sympathisants.

En juin 2015, certains futurs membres de l'OMF, participent, en République libre d'Alcatraz[1], à la Polination 2015. L'Angyalistan et Aigues-Mortes font alors partie des signataires du Traité d'Alcatraz sur l'environnement[2].

La même année, les six futurs membres fondateurs de l'Organisation décident de mettre en œuvre ce projet, ne signant la première Charte que près d'un an plus tard. Entre temps, plusieurs micronations ont rejoint le projet, et certaines en sont même déjà sorties.

Pour la microfrancophonie, « derrière l’insolite et l’humour se cachent des questions de fond »[3].

L'organisation entretient dans le même temps des relations proches avec des micronations telles que la République royale de Ladonia, ou la République du Saugeais qui participent régulièrement aux sommets de l'organisation.

Depuis sa fondation, l'organisation a révisé sa charte à trois reprises, sur demande de micronations membres avec une majorité de deux tiers requise à chaque vote.

Depuis 2017, l'Organisation est représentée aux MicroCon, par Aigues-Mortes, Angyalistan, Flandrensis, l'Empire aéricain, Sandus et Saint-Castin[4],[5].

Organisation[modifier | modifier le code]

Organes principaux et institutions[modifier | modifier le code]

L'Organisation de la microfrancophonie comprend quatre organes principaux :[6]

  • L'Assemblée générale, où toutes les micronations membres sont représentées et disposent d'une voix pour les éléments portés au vote ; L'Assemblée générale peut statuer sur un ensemble de domaine très large sans pour autant toucher à la diplomatie interne de chaque entité.
  • Le Conseil est l'organe exécutif de l'organisation, au sein duquel les membres fondateurs ont une représentation permanente, et quatre membres sont élus renouvelés par moitié tous les deux ans.
  • Le Haut-Commissariat est l'organe de contrôle du bon fonctionnement des institutions.
  • Le Secrétariat Général, est l’institution politique de l’Organisation chargée principalement de la représentation de la microfrancophonie sur la scène internationale.

En plus de ces quatre organes, l'Organisation est bâtie autour de 5 secrétariats-généraux adjoints, en charge de divers domaines spécifiques :

  • la conception des moyens de communication ;
  • la culture et le développement de la francophonie ;
  • la diplomatie ;
  • l'environnement ;
  • les droits de l'Homme.

Micronations membres[modifier | modifier le code]

Membres fondateurs[modifier | modifier le code]

Formellement fondée en 2016, l'Organisation de la microfrancophonie compte à ses débuts 6 micronations francophones et francophiles :

  • Drapeau Principauté Aigues-Mortes.svg Principauté d'Aigues-Mortes[7]
  • Flag of Angyalistan (simplified).png Empire d'Angyalistan[8],[9]
  • Pas d'image disponible.svg Principauté d'Hélianthis[10],[11],[12]
  • République de Saint-Castin (micronation).webp Neugraviat de Saint-Castin
  • Pas d'image disponible.svg République Anacratique du Padrhom
  • Flag of Sandus (Micronation).png État de Sandus

Autres entités membres[modifier | modifier le code]

Liste des 13 États membres non-fondateurs de l'organisation de la microfrancophonie en 2021
Micronation Chef de l'État Date d'adhésion Pays
Flag of Aerica.svg Empire aéricain Eric Lis, Empereur aéricain 17 juillet 2017 Canada
Pas d'image disponible.svg Empire iroisien d'Armorique Pas de leader connu 24 juin 2016 France
Austrasie.png Principauté d'Austrasie Bernard, Prince d'Austrasie 17 mai 2016 Belgique
Beremagne.png Principauté de Bérémagne Emanuel de Dovimaldi-Nassor, Prince de Bérémagne 14 juin 2019 Canada
Flag of Europa (Micronation).png République autonome d'Europa Système de corégence 21 mai 2020 Afrique
Drapeauferthroy.png Principauté de Ferthroy Rémi Leprince, Prince de Ferthroy 6 décembre 2020[13] Singapour ,France, Canada
Flandrensis vlag.jpg Grand-duché de Flandrensis Niels Vermeersch, Grand-Duc de Flandrensis 7 juillet 2015 Antarctique
Pas d'image disponible.svg Territoires de Frya Nordland Bernhard Krauth 8 décembre 2016 Allemagne
Jailavera orig.png République du Jaïlavera Léopold Deuff, Président de la République 6 décembre 2020 France
Flag of Juclandia (Micronation).png Royaume de Juclandie Ciprian Constantinescu 27 octobre 2017 Roumanie
Pas d'image disponible.svg État indépendant de Nova-Troie Pas de leader connu 5 mai 2018 Afrique
Pas d'image disponible.svg Royaume de Legialle Marie-Adélina de la Ferrière, Reine de Legialle 20 octobre 2019 Amérique du Nord
Flag of Surland (micronation).png Principauté du Surland Clément, Prince du Surland 3 mai 2016 France

La « nation Fomoire » est la seule entité micronationale à bénéficier du statut d'observateur[14].

Anciennes entités membres[modifier | modifier le code]

Liste des États membres par le passé de l'organisation de la microfrancophonie
Micronation Date d'adhésion Date de sortie Pays
Pas d'image disponible.svg Principauté maritime d'Atlantide 29 novembre 2016 25 septembre 2017 Canada
Pas d'image disponible.svg Union populaire d'Occitanie 6 juillet 2016 10 octobre 2018 France
Pas d'image disponible.svg Royaume d'Abi 18 septembre 2015 21 mai 2020 France
Pas d'image disponible.svg République du Jura 7 juin 2015 13 juin 2017 France
Pas d'image disponible.svg Principauté de l'Ile-Verte 7 juin 2015 25 juin 2016 France
Pas d'image disponible.svg République de Zirconic 31 mai 2015 1er juin 2015 France

Langues officielles[modifier | modifier le code]

L'Organisation de la microfrancophonie ayant été fondée pour promouvoir la langue française, seul le français a le statut de langue officielle.

Sommets inter-micronationaux[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, l'organisation poursuit le but de rassembler les délégations des différentes micronations lors de sommets organisés de façon annuelle.

2016[modifier | modifier le code]

La première édition du Sommet de la microfrancophonie s'est tenue du 23 au 24 septembre 2016[15],[16],[17] et a été organisé par la Principauté d'Aigues-Mortes et a rassemblé les délégations de 8 micronations[18] :

2017[modifier | modifier le code]

Le 15 avril 2017 a eu lieu à Luxembourg (ville) une rencontre de dirigeants de la Microfrancophonie, afin de débattre de sujets préoccupant les micronations. Un ambassadeur de la République du Saugeais est présent à cette rencontre[21].

2018[modifier | modifier le code]

En 2018, l'OMF organise deux rencontres consécutives, réunissant dans un premier temps quatre dirigeants francophones[22], suivi du deuxième sommet microfrancophone qui rassemble 12 représentants issus de « délégations » internationales[23],[24] :

Leo Delafontaine, photographe et auteur de l'ouvrage Micronations est présent lors de l'évènement[25].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Micronazioni, conferenza ad Alcatraz (quella in Umbria) per costituire la « mini ONU » », sur Il Fatto Quotidiano, (consulté le )
  2. Chris Roth, « Springtime of Nations: Micronations Sign “Alcatraz Accords” Environmental Treaty at Central Italy Summit », sur Springtime of Nations, (consulté le )
  3. « Micronations : nouveau phénomène de mode ? », sur Contrepoints, (consulté le )
  4. (en) Johnny Simon, « Meet the leaders of the world’s imaginary nations », sur Quartz (consulté le )
  5. (en) « We met 27 people who claim to be the rulers of their own countries », sur www.vice.com (consulté le )
  6. « L'Organisation », sur La MicroFrancophonie, (consulté le )
  7. « Aigues-Mortes : Le Flamant, nouvelle monnaie locale », sur midilibre.fr (consulté le )
  8. Par Le 6 octobre 2015 à 17h04, « Le vrai faux Empire d'Angyalistan a son ambassade à Fontenay », sur leparisien.fr, (consulté le )
  9. « Bruno Fuligni : "On dénombre près de 400 micronations dans le monde" », sur Franceinfo, (consulté le )
  10. « Blaye est-elle le nouveau Monaco sur Estuaire ? », sur SudOuest.fr (consulté le )
  11. « Toujours plus de générosité », sur SudOuest.fr (consulté le )
  12. « La principauté d’Hélianthis en représentation », sur SudOuest.fr (consulté le )
  13. « Cette ville des Yvelines a désormais un chef d’État et un gouverneur général », sur Le Parisien, (consulté le )
  14. « Les membres », sur La MicroFrancophonie, (consulté le )
  15. Midi Libre, « Aigues-Mortes : le premier sommet des micronations aura lieu les 23 et 24 septembre », sur Midi Libre, (consulté le ).
  16. Nicolas Bonzom (pour 20 minutes), « Le sommet francophone des micronations, entre folkore et engagement citoyen », sur 20 minutes, (consulté le ).
  17. Blandine Le Cain (pour Le Figaro), « Entre folklore et géopolitique, les micronations francophones se réunissent », sur Le Figaro, (consulté le ).
  18. Fabienne Le Moing (pour France 3 Bourgogne-Franche-Comté), « Les micronations se sont réunies hier à Aigues-Mortes », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le ).
  19. Elsa Provenzano (pour 20 minutes), « En Gironde, le prince Vincent est à la tête d'un royaume qui compte 43 citoyens », sur 20 minutes, (consulté le ).
  20. « Royal Republic of Ladonia - The Crown Princess and her "Interpreter" are representing the Royal Republic of Ladonia at the Inaugural Summit », sur www.facebook.com (consulté le )
  21. « Rencontre Microfrancophone européenne 2017 », sur La MicroFrancophonie, (consulté le ).
  22. Antoine Placer, « LILLE Sommet de micronations sur le pavé: folklorique et citoyen », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  23. « Vincennes : les roitelets ne veulent plus (trop) jouer », sur Le Parisien, (consulté le ).
  24. « Les (faux) princes, empereurs et marquis des micronations francophones en sommet à Vincennes », sur Le Parisien, (consulté le ).
  25. [vidéo] Empire d'Angyalistan, Interview de Léo Delafontaine - 2e Sommet des micronations francophones, Vincennes 2018 sur YouTube, (consulté le )

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Individu participant au fonctionnement d'une micronation.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]