La Chapelle-aux-Filtzméens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chapelle-aux-Filtzméens
L'église Saint-Joseph
L'église Saint-Joseph
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Tinténiac
Intercommunalité communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique
Maire
Mandat
Erwan Hercouët
2008-2014
Code postal 35190
Code commune 35056
Démographie
Gentilé Capelle-Filismontin
Population
municipale
802 hab. (2011)
Densité 126 hab./km2
Population
aire urbaine
28 115 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 03″ N 1° 49′ 27″ O / 48.3841666667, -1.82416666667 ()48° 23′ 03″ Nord 1° 49′ 27″ Ouest / 48.3841666667, -1.82416666667 ()  
Altitude 53 m (min. : 21 m) (max. : 85 m)
Superficie 6,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Filtzméens

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Filtzméens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Filtzméens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-aux-Filtzméens

La Chapelle-aux-Filtzméens est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, siège de la communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique.

Ses habitants, qui étaient 686 en 2008, sont les Capelle-Filismontins et les Capelle-Filismontines.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-aux-Filtzméens est située dans le département d'Ille-et-Vilaine de la région Bretagne, cette petite ville se trouve à environ dix kilomètres au Nord de Tinténiac et à une dizaine de kilomètre de la ville de Combourg. La Chapelle-aux-Filtzméens appartient au canton de Tinténiac.


La Chapelle-aux-Filtzméens est traversée par le canal d'Ille-et-Rance ainsi que par le Linon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIIe siècle La Chapelle-aux-Filzméens était une trève de Meillac qui faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Joseph. le bourg pourrait avoir vu le jour grâce a la création d'un prieuré par des moines itinérants venus de Saint-Méen. Ce prieuré appartient ensuite aux chanoines réguliers de Mont-fort

  • 1632 : érigée en paroisse
  • 1790 : érigée en commune
  • 19 janvier 1985 : son orthographe de la commune a été modifié et devient officiellement La Chapelle-aux-Filtzméens. Ce -t- n'est pas étymologique, puisque l'adjonction -aux-Fil(t)zméens renvoie à un fils de Saint-Méen.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 15 mars 2008 Alain Briot PS  
15 mars 2008 en cours Erwan Hercouët[1]   Agent SNCF
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 802 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450 512 486 513 525 567 585 566 587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
580 580 584 600 595 609 612 602 567
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
520 522 487 455 433 403 380 413 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
365 358 302 297 314 382 567 802 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château.
  • Le château, datant du XVIIe siècle et remanié au XVIIIe, est inscrit monument historique par arrêté du 12 mai 1976[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ 16 mars 2008, p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. « Notice no PA00090522 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]