Cardroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cardroc
Mairie de Cardroc.
Mairie de Cardroc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Combourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique
Maire
Mandat
Yves Mignot
2014-2020
Code postal 35190
Code commune 35050
Démographie
Gentilé Cardreucien
Population
municipale
546 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Population
aire urbaine
654 478 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 10″ nord, 1° 53′ 19″ ouest
Altitude 140 m (min. : 65 m) (max. : 152 m)
Superficie 7,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Cardroc

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Cardroc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cardroc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cardroc

Cardroc est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cardroc est située à moins de 20 kilomètres au nord-ouest de Rennes.

La route départementale D 27 traverse la commune d’est en ouest et passe au sud du bourg de Cardroc. La route départementale D 79 traverse le bourg du nord au sud. Le sentier de grande randonnée 37 allant de Vitré à Douarnenez passe au nord du bourg.

La commune s'étend sur 739 ha.

Communes limitrophes de Cardroc
La Baussaine
Miniac-sous-Bécherel Cardroc Les Iffs
La Chapelle-Chaussée
Carte de la commune de Cardroc.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Capella de Cardroc en 1220, Cardreuc au XVIe siècle.

Cardroc vient du breton caer Deroc (« ville de Deroc »)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La mission de 1684 fut, selon le recteur de Cardoc, un plein succès ; des fidèles vinrent des trois évêchés de Saint-Malo, Rennes et Dol. « Dès les premiers jours, l'église fut tellement remplie que les bancs, ballustres, fonts et autels furent presque tous délabrés ; le long de fêtes et dimanches, l'église était tellement remplie qu'aux grandes messes et aux vespres, il en demeuroit une telle quantité dehors que les vitres en furent incommodées, et il y avait une telle exhalaison dans l'église que tout le long du lambry étoit en eau et dégouttoit. De 5 000 à 6 000 qui se présentèrent au confessionnal, il en a esté communié deux mille six à sept cents » écrit-il. Selon Alain Croix, la procession fut une reconstitution quasi-hollywoodienne des Évangiles, avec dans le rôle de la Vierge, des prophètes et des saints, les paroissiens les plus dévôts[2].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la commune quitte la communauté de communes du Pays de Bécherel pour rejoindre le communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cardroc Blason Parti: au 1er de sable à l'aigle d'argent, au 2e d'azur à trois épis de blé d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean Thyard    
mars 2008 en cours Yves Mignot DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 546 habitants, en augmentation de 7,27 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
593 973 826 849 954 867 864 863 822
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
784 801 828 832 823 829 782 753 734
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
704 725 661 569 578 553 546 482 481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
438 402 351 332 376 400 494 543 546
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale des Trois-Marie à Cardroc.

La commune ne possède aucun monument protégé au titre des monuments historiques mais possède plusieurs monuments inventoriés[7].

L’Église des Trois-Marie[8],[9] (XVe siècle-XVIe siècle), construite en granites de Bécherel et de Languédias comportant des modillons en calcaire du Quiou[10]. Elle a été restaurée en 1892 par Arthur Regnault. Le nom provient du culte des Trois Marie développé en Bretagne au Moyen Âge par Pierre de Nantes, qui fut évêque de Rennes, et issu de croyances tirées de La Légende dorée[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Etymologie et Histoire de Cardroc », infobretagne
  2. Alain Croix, "Les Bretons, la mort de Dieu", Messidor/Temps actuels, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Présentation de la commune de Cardroc, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  8. « église paroissiale Les-trois-Marie DES TROIS MARIE », notice no IA00007926, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Eglise paroissiale Les-trois-Marie, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  10. Louis Chauris, Le calcaire du Quiou-Tréfumel ou « pierre de jauge », dans Le Pays de Dinan, 2006, p. 319-339.
  11. Claudia Rabel, Des histoires de famille : la dévotion aux trois Marie en France du XIVe au XVe siècle : textes et images, Revista de historia da arte, 7, 2009, p. 121-136.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :