République de Conch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

République de Conch
(Depuis 1982)

Blason de République de Conch (Depuis 1982) Drapeau de République de Conch (Depuis 1982)
Drapeau de la République de Conch
République de Conch
Aéroport de Key West
Image illustrative de l’article République de Conch
Emplacement de la République de Conch en Floride
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Territoires revendiqués Key West et l'extrémité ouest des Keys.
Statut politique Micronation
Capitale Key West
Gouvernement République
Premier ministre et fondateur Dennis Wardlow
Secrétaire général Captain Jim Gilleran
Commandant en chef de l'armée Amiral Finbar Gittleman.
Démographie
Population 68 071 hab.
Densité 4 420 hab./km2
Langue(s) Anglais
Géographie
Coordonnées 24° 33′ 33″ nord, 81° 47′ 03″ ouest
Superficie 15,4 km2
Divers
Monnaie Conch dollar (éq. US dollar)[1]
Hymne Working in the Conch Republic
Devise We Seceded Where Others Failed
Sources

La République de Conch (en anglais Conch Republic, République des Conques) est une micronation fantaisiste constituée dans l'extrême Sud de la Floride aux États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de la République de Conch (23 avril 1982)

Le , des barrages routiers fédéraux sont mis en place sur le seul accès menant à Key West, ralentissant très fortement le trafic routier et ayant un impact néfaste sur le tourisme. Les habitants se plaignent que ces barrages qui visent à contrôler la nationalité et la possession de drogues, se font sur une route intérieure aux États-Unis d'Amérique, et non sur une frontière.

Après plusieurs tentatives infructueuses des autorités municipales pour demander la levée des barrages, mené par Dennis Wardlow (l'actuel président), Key West déclare faire sécession des États-Unis d'Amérique, le , puis lui déclare la guerre. Les autorités dirigeantes de la nouvelle République de Conch capitulent quelques minutes plus tard devant les forces militaires des États-Unis. Les barrages sont levés, et la population locale commémore annuellement cette république fantaisiste par des activités loufoques, des fêtes et une foire à l'artisanat.

Des drapeaux, passeports et autres souvenirs sont vendus aux visiteurs.

En 2020, à cause de la pandémie de Covid-19, la fête nationale, le , est reportée à fin [2].

Administration[modifier | modifier le code]

Elle est dirigée par le maire de la ville de Key West, Dennis Wardlow. Ce dernier est assisté par Captain Jim Gilleran, secrétaire général de la république de Conch. Le commandant en chef de l'armée est l'amiral Finbar Gittleman.

Économie[modifier | modifier le code]

La monnaie de Conch est le Sand dollar, à parité avec son équivalent américain.

Devise[modifier | modifier le code]

La République de Conch a pour devise We seceded where others failed. « Nous avons fait sécession quand d'autres ont échoué », un jeu de mots entre seceded et succeeded (nous avons réussi).

Hymne national[modifier | modifier le code]

En 1994, Joe et Meri-Lynn Britz composent l'hymne national de la République de Conch[3]. Il est enregistré par le Key Lime Pie band et, après un vote, accepté par les conseillers municipaux de Key West. La chanson "Working in the Conch Republic" peut être écoutée sur YouTube[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) George S. Cuhaj et Thomas Michael, Unusual World Coins, Penguin, , 744 p. (ISBN 978-1-4402-1722-7, lire en ligne)
  2. Communiqué officiel sur le report de la fête nationale 2020
  3. Victoria Shearer, It Happened in the Florida Keys, , 149 p. (ISBN 978-0-7627-4091-8, lire en ligne), p. 82
  4. L'hymne nation de la République de Conch

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Erwin Strauss, How to Start Your Own Country, p. 88, Breakout Productions, 1984 (ISBN 1-893626-15-6)
  • (en) John Ryan, Micronations, Lonely Planet, 2006 (ISBN 9781741047301)
  • Graziano Graziani, Passeport pour l'utopie. Micronations, un inventaire, Éditions Plein Jour, 2020 (ISBN 978-2370670472)


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]