Saint-Brieuc-des-Iffs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Brieuc-des-Iffs
L'église paroissiale Saint-Brieuc.
L'église paroissiale Saint-Brieuc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Combourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique
Maire
Mandat
Rémi Couet
2014-2020
Code postal 35630
Code commune 35258
Démographie
Gentilé Briochin, Briochine
Population
municipale
355 hab. (2012)
Densité 43 hab./km2
Population
aire urbaine
654 478 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 31″ N 1° 51′ 00″ O / 48.2919444444, -1.8548° 17′ 31″ Nord 1° 51′ 00″ Ouest / 48.2919444444, -1.85  
Altitude 78 m (min. : 34 m) (max. : 133 m)
Superficie 8,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Brieuc-des-Iffs

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Brieuc-des-Iffs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Brieuc-des-Iffs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Brieuc-des-Iffs

Saint-Brieuc-des-Iffs est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie : la commune est entièrement située dans le bassin de la Rance. Elle est parcourue du sud au nord par deux cours d'eau, le ruisseau du Vau Russel et le ruisseau de Montmuran, qui confluent au lieu-dit du Clos Roquet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tinténiac (35) Rose des vents
Les Iffs (35) N Saint-Symphorien (35)
O    Saint-Brieuc-des-Iffs    E
S
La Chapelle-Chaussée (35)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Ifs séculaires dans l'enclos de l'église (ancien cimetière).

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation à l'époque préceltique attestée par la découverte en 1891 d'un dépôt important d'objets datant de l'âge du bronze final (outils, bouterolles, etc.). Ce dépôt a servi à définir l'horizon de Saint-Brieuc-des-Iffs, qui marque le début de l'industrie du bronze du secteur atlantique. La paroisse semble avoir été créée au XIe siècle, par démembrement de la paroisse primitive de Tinténiac. La paroisse de Saint-Brieuc et celle des Iffs furent réunies en une seule du début du XIIIe siècle à 1629. Saint-Brieuc-des-Iffs aurait autrefois porté le nom de Saint-Brieuc des Vaux, probablement en raison des vallées qui percent les collines de Bécherel sur son territoire en direction de La Chapelle-Chaussée et de Saint-Symphorien.

Économie[modifier | modifier le code]

Principalement fondée autrefois sur le textile, comme l'attestent l'existence de maisons de tisserands et de fours à chanvre, l'économie reposait au XIXe siècle sur l'agriculture, l'extraction de pierre (carrières, inexploitées depuis 1970) et le bois (scierie). Elle est aujourd'hui essentiellement agricole ou basée sur des emplois extérieurs à la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Brieuc-des-Iffs a rejoint la communauté de communes du Pays de la Bretagne romantique le 1er janvier 2014. Auparavant, elle faisait partie de la communauté de communes du Pays de Bécherel.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 1995 Jean Henry[1]    
mars 1995 mars 2014 Maryvonne Texier    
mars 2014 en cours Rémi Couet[2]   Charpentier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 355 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479 658 613 651 578 557 565 537 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
541 552 570 553 547 555 522 537 504
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
456 442 433 386 361 355 332 313 314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
280 258 257 279 288 296 352 352 361
2012 - - - - - - - -
355 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Brieuc-des-Iffs.
Stèle au chevet de l'église, à la mémoire de Jean Nobilet et ses compagnons, martyrs de la Résistance.
  • Église : bâtie en granite de Bécherel et en calcaire du Quiou[5]
  • Détails[6]
    • Chaire en loupe d'orme de 1775[7]
    • Statues
  • Vieilles croix de chemin :
    • Croix du Pas de la Haie[8]
    • Croix de l'Embour[9]
    • Croix de la Picais[10]
    • Croix du Breil Marin[11]
    • Croix du vieux presbytère
  • Manoirs :
    • Ancien manoir de la Rivaudais, du quatrième quart du XVe siècle[12]
    • Ancien manoir de la Bougrais, avec chapelle intégrée[13]
    • Ancien manoir de Clairville
    • Ancien manoir de la Noë Mahé[14]
    • Ancien manoir de la Bécassais
    • Ancien manoir de la Talmachère
    • Ancien manoir de Lambourg
    • Ancien manoir de la Godelivais
    • Ancien manoir du Pas de la Haye
    • Ancien manoir de la Pontelais
    • Ancien manoir de Lessichère (vestige), four à pain
    • Ancien manoir de la Durantais
    • Ancien manoir de la Rabillère
    • Ancien manoir du Breil Marin
    • Ancien manoir de la Boscheraye
    • Ancien manoir de la Sifflais
  • Fermes :
    • Ancienne ferme de l'Hormondais, en bauge
  • Fours anciens :
  • Moulins :
    • Ancien moulin à eau de la Bougrais (ruines)
    • Ancien moulin à vent
  • Monument à Jean Nobilet et ses compagnons, martyrs de la Résistance

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commune du Pays de Brocéliande

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ouest-France du 21 mars 1977.
  2. « Rémi Couet, nouveau maire de la commune », Ouest-France, 1er avril 2014.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  5. Louis Chauris, Le calcaire du Quiou-Tréfumel ou « pierre de jauge », dans Le Pays de Dinan, 2006, p. 319-339.
  6. Notice no IA00007989, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  7. Notice no IM35001395, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  8. Notice no IA00008174, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  9. Notice no IA00008173, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  10. Notice no IA00007991, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  11. Notice no IA00007990, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  12. Notice no IA00007995, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  13. Notice no IA00007992, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  14. Notice no IA00007994, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Briard (J.) et Onnée (Y.), Le dépôt du bronze final de Saint-Brieuc-des-Iffs, Rennes, 1972 (Travaux du Laboratoire d'Anthropologie ; 41 pp. + 1 pl.)

Liens externes[modifier | modifier le code]