La Rixouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Rixouse
La Rixouse
L'église de La Rixouse et le cimetière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Claude
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Alexandre Stéphan
2014-2020
Code postal 39200
Code commune 39460
Démographie
Population
municipale
193 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 11″ nord, 5° 53′ 17″ est
Altitude Min. 443 m
Max. 996 m
Superficie 12,59 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rixouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rixouse

La Rixouse est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Le gentilé des habitants de La Rixouse est Rixousien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une gare partagée avec Villard-sur-Bienne, située entre Morez et Saint-Claude sur la ligne d'Andelot-en-Montagne à La Cluse à fort potentiel touristique dû à ses ouvrages d'arts remarquables. Elle est dite "la ligne des hirondelles".

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bienne, le Ruisseau de Croyet et le Ruisseau de Pissevieille traversent la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nanchez (Chaux-des-Prés) Rose des vents
Leschères
Saint-Claude
N Villard-sur-Bienne
Longchaumois
O    La Rixouse    E
S
Saint-Claude

Toponymie[modifier | modifier le code]

On donne au nom de cette commune plusieurs étymologies. La Rixouse pourrait venir du celtique Ricks-House qui veut dire « Maison du chef puissant ». La Rixouse pourrait aussi venir de Raisosa, qui voudrait dire « lieu de repos ». En effet, La Rixouse avait une chapelle qui dépendait de l’abbaye de Saint-Lupicin. Or l’hiver, il était difficile de franchir la montagne pour conduire les morts à Saint-Lupicin. On les « entreposait » dans ce « lieu de repos » à La Rixouse avant de les conduire, au printemps, à Saint-Lupicin.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Rixouse fait partie du baty de la Grande Cellerie, propriété de l’abbé de Saint-Claude. En 1233, l’abbé Hugues donna à Etienne Mulète, en récompense de ses services, la redevance annuelle de 15 quartaux d’avoine et de froments à prélever sur la Côte de la Rixouse à condition que ce vassal fixe sa résidence sur la terre monastique.

Dans la deuxième moitié du XIVe siècle, Huguette Mulette porta cette redevance en dot à Pierre de Chatillon de Michaille. La famille Chatillon possède cette redevance pendant un siècle et demi. Elle avait le moulin du Pont de la Rixouse et des fermes sur Longchaumois. Elle possédait un château fort bâti à 50 m au sud de l’église actuelle de la Rixouse. Il était ceint de fossés alimentés par un ruisseau qui porte encore le nom de Bief du Château. Le château a disparu sans qu’on sache ni quand ni comment, probablement par incendie avant 1630 ce qui explique la construction de l’église actuelle.

Parmi les sites touristiques il ne faut pas manquer de se rendre à la Roche blanche. D’aspect crayeux, très friable, elle fait environ 170 m de long sur 20 m de hauteur. Elle contient un grand nombre de fossiles. Sur ce site étaient autrefois implantée une forge et une manufacture de pointes. Elle fut transformée en papeterie puis en usine de lunetterie avant de devenir, aujourd’hui encore, une usine électrique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2001 Bernard Sotty    
mars 2001 réélue en 2008[1] Françoise Crespy    
mars 2014 En cours Alexandre Stephan DVG Assistant social

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2017, la commune comptait 193 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2012 (Jura : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
546481581567641689643556534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506500495450460422393409348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
347362435251234191175156176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
156129107142173215208207193
2017 - - - - - - - -
193--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Aires de production du Bleu de Gex et du Comté (fromage).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • tunnels ferroviaires dits souterrains de Sous la Côte et des Frettes[7].
  • viaduc des Rochettes (ferroviaire)[8].
  • pont de Roche blanche[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]