Les Bouchoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Les Bouchoux
Image illustrative de l'article Les Bouchoux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Lupicin
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Jérôme Grenard
2014-2020
Code postal 39370
Code commune 39068
Démographie
Population
municipale
313 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 51″ nord, 5° 49′ 11″ est
Altitude Min. 710 m – Max. 1 230 m
Superficie 21,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Bouchoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Bouchoux

Les Bouchoux est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Larrivoire Coiserette Rose des vents
Vulvoz
Choux
Viry
N La Pesse
O    Les Bouchoux    E
S
Belleydoux (Ain)

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr LesBouchoux (Jura).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'argent à la bande de sinople chargée de trois sapins du champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Benoît Collin   Médecin
mars 2001 mars 2008 Philippe Laurent   Enseignant
mars 2008 août 2010 Claude Perrier-Cornet[1]   Retraité
octobre 2010   Jérôme Grenard   Chef de chantier

Gentilé[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Boucherands et les Boucherandes.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 313 habitants, en diminution de -1,26 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 026 1 890 1 938 1 907 2 119 1 108 1 116 1 127 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 035 1 072 931 879 895 939 914 911 883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900 879 907 645 633 594 516 494 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
375 319 283 250 268 280 321 310 313
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bornes frontière (XVIIe s), classées au titre des monuments historiques depuis 1926[6],[7] ;
  • Prieuré de Cuttura (XVIIe-XVIIIe s), inscrit à l'IGPC depuis 1994[8] ;
  • Église de l'Assomption (XVIIIe-XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1994[9] ;
  • Croix de chemin (XVIIIe-XIXe s), inscrites à l'IGPC depuis 1994[10],[11] ;
  • Fermes (XVIIIe-XIXe s), inscrites à l'IGPC depuis 1994[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18] ;
  • Maisons de douanier (XIXe s), inscrites à l'IGPC depuis 1994[19],[20] ;
  • Mairie-école (XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1994[21] ;
  • Fromagerie (XXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1994[22] ;
  • Cascade du Moulin Dalloz, sur le Tacon ;
  • Site de la Madone, près de La Serra.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Comité des fêtes[modifier | modifier le code]

Créé en 1995, sous l’égide de la municipalité de l’époque, le comité des fêtes et des animations avait vu le jour pour coordonner les fêtes communales du 14 juillet et du 15 août et par la suite la Juraquette. Le comité des fêtes rassemble aujourd'hui sept associations. Il est constitué de membres d'associations représentés au bureau par leur président et d'une soixantaine de bénévoles.

Chaque année, le comité de fêtes organise de nombreuses manifestations :

  • sportives : Juraquette, Gym-détente ;
  • culturelle : exposition, théâtre, musique... ;
  • festive : 14 juillet, 15 août ;
  • sortie : spéléo, montagne...

Le site du comité des fêtes des Bouchoux présente le comité et ses membres, les animations organisées (présentation, calendrier des manifestations) et les associations membres (présentation et actualité).

Associations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consulté le 2 mai 2010
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Borne de la Roche Beauregard (XVIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Borne des Cernoises (XVIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Prieuré (XVIIe-XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Église de l'Assomption (XVIIIe-XIXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Croix de chemin (XIXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Croix de Très-la-Ville (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Ferme de Petite Combe (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ferme du Pré Millet (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Ferme du Désertin (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Ferme de la Roche (XIXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Ferme de la Serra (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Ferme de l'Enversy (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Ferme de Très-la-Ville (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Ferme (XVIIIe s) et maison de douanier (XIXe s) du Désertin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Château du Désertin (XIXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Mairie-école (XIXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Fromagerie (XXe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture