Viry (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viry.
Viry
Entrée à Viry en arrivant de l'Ain.
Entrée à Viry en arrivant de l'Ain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Lupicin
Intercommunalité Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Jean-Daniel Maire
2014-2020
Code postal 39360
Code commune 39579
Démographie
Population
municipale
935 hab. (2014 en augmentation de 3,31 % par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 03″ nord, 5° 44′ 21″ est
Altitude Min. 539 m
Max. 1 113 m
Superficie 25,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viry
Liens
Site web viry39.fr

Viry est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Viry est située dans le sud du département du Jura, à la lisière de celui de l'Ain, à 10 km d'Oyonnax (Ain) et à 20 km de Saint-Claude, sur la route menant à La Pesse et au nord du Haut-Jura (Les Rousses). Le village se trouve sur un plateau qui porte aussi Rogna. Il est à l'entrée du val du même nom se terminant par un lac. Un autre lac, celui de Sous-le-Rosay (un hameau de Viry), se trouve dans un vallon parallèle. Au sud-est du territoire communal, on trouve une longue paroi rocheuse ayant autrefois porté la forteresse de la Bastie. À l'extrémité nord de cette paroi s'ouvre la combe de la Vie Fourche, traversée par la route menant aux Bouchoux et à La Pesse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lavancia-Epercy
Dortan (Ain)
Vaux-lès-Saint-Claude Rose des vents
Arbent (Ain) N Rogna
Choux
O    Viry    E
S
Échallon (Ain) Les Bouchoux
Belleydoux (Ain)

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les appellations anciennes du village sont Viregimus, Viregium, Viresium, Vyris, Vins, Virix[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village existait déjà à l'époque celtique (« Virix »), mais au bord du lac.

Le village médiéval se trouvait au hameau de La Tour, avec ses moulins, ses battoirs, ses halles, sa tour du prévôt, son prieuré et sa chapelle. Sur la crête rocheuse déjà évoquée se trouvait du Xe siècle à 1479, date de sa destruction par les troupes de Louis XI, une forteresse ayant appartenu aux familles de Mornay et de Toulongeon. La commune de Viry dépendait de l'évêché de Lyon jusqu'en 1745, date de la création de celui de Saint-Claude. Elle appartenait au territoire de l'abbaye de Saint-Claude et ses habitants étaient presque tous mainmortables. Une léproserie se trouvait près de l'église actuelle. Mais ce village médiéval a été détruit en 1639 par le maréchal Lamothe-Houdancourt lors de la guerre de conquête de la Franche-Comté alors espagnole.

Depuis, le village s'est installé sur son site actuel.

En 1890, un violent cyclone s'abat sur Viry.

Au début du XXe siècle, un projet de liaison ferroviaire entre Rochefort-lès-Saint-Claude et Viry a été avorté.

En 1943, un parachutage d'armes a été réalisé pour les Résistants sur le site du terrain de football actuel. Pendant la Seconde Guerre mondiale, peu de maisons ont été détruites.

En 1946, la commune de Sièges est rattachée à Viry[2].

Vers la fin du XXe siècle, le village s'est beaucoup développé avec entre autres, la construction du lotissement des Cyclamens. Le hameau de Sièges est une ancienne commune rattachée à Viry en 1946, après que la guerre l'a presque entièrement dépeuplée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2008 Marcel Odobel RPR puis UMP Retraité, Ancien conseiller général (1973-2004)
mars 2008 en cours Jean-Daniel Maire[3] DVG Conseiller général (depuis 2011)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2014, la commune comptait 935 habitants[Note 1], en augmentation de 3,31 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
911 955 1 004 1 020 1 018 1 012 1 026 1 040 1 017
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
945 941 949 893 855 817 757 703 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
703 700 655 616 651 547 531 505 526
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
545 507 536 654 788 827 885 894 902
2013 2014 - - - - - - -
926 935 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Viry est la commune la plus peuplée du canton des Bouchoux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

78 odonymes recensés à Viry
au 22 décembre 2013
Allée Avenue Chemin Cours Espace Impasse Montée Parc Passage Place Pont Route Rue Sentier Autres Total
0 0 5 0 0 8 1 [N 1] 0 1 [N 2] 3 [N 3] 0 8 27 [N 4] 0 25 [N 5] 78
Notes « N »
  1. Montée de L'Église.
  2. Passage du Gour
  3. Place de la Fontaine, Place des Écoles, Place du Chalet
  4. Dont Rue du 19-Mars-1962.
  5. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Église construite au XIe siècle (de cette période resterait une fresque redécouverte en 1822 mais recouverte depuis) entre les villages de Viry et de Rogna, reconstruite aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles après que le cyclone de 1890 l'a privée de son clocher
  • Fermes anciennes dans le village, datant surtout du XIXe siècle
  • Maison du sacré-cœur (1788)
  • Lacs de Viry et de Sous-Le-Rosay
  • Bornes-frontière de La Boissière et La Pommeraie (début XVIIe siècle)
  • Ruines du château de la Bastie
  • Ancien village de Sièges : ancien four banal, fermes anciennes, chapelle médiévale, belvédère de Vaux
  • Sentier Découverte Croq'Tout entre Viry et Rogna

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Alphonse Rousset, Tome VI, 1854, sur cegfc.net (consulté le 26 juin 2016)
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. « Le jumelage conté sur le site de Saint-Cornier »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]