Raging Bull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raging Bull
Titre québécois Comme un taureau sauvage
Titre original Raging Bull
Réalisation Martin Scorsese
Scénario Paul Schrader
Mardik Martin
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Chartoff-Winkler Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame biographique
Durée 129 minutes
Sortie 1980

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Raging Bull est un film biographique américain réalisé par Martin Scorsese, sorti en 1980. Le film retrace la vie de Jake LaMotta.

En 1990, les critiques américains l'élisent comme le meilleur film de la décennie[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jake LaMotta en 1952

Jake LaMotta est un boxeur américain d'origine italienne surnommé « le taureau du Bronx ». Issu d'un milieu modeste, il atteint les sommets grâce à des combats mythiques, notamment contre Sugar Ray Robinson et Marcel Cerdan, qui le mèneront au titre de champion du monde des poids moyens. Mais il connaît ensuite l'échec de sa vie privée (divorce, reconversion en gérant de boîte de nuit...).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'État de New York New York :
Drapeau des États-Unis États-Unis : , (ressortie limitée en salles)
Drapeau de la France France : , (ressorti en salles)
  • Film interdit en salles aux moins de 12 ans en France.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Robert De Niro a voulu porter à l'écran la vie de Jake La Motta dès 1974 : « Je tournais Le Parrain 2 en Sicile, et on m'avait envoyé le livre [de La Motta]. Il y avait là une histoire forte, le portrait d'un homme direct, et j'ai senti que je pourrais jouer ce personnage »[3]. L'acteur propose l'idée à Martin Scorsese[4]. Le réalisateur n'est cependant pas très emballé par le projet, n'étant pas très fan de boxe et pas très attiré par le sujet[5]. Le livre est ensuite donné à Mardik Martin, pour qu'il en tire un scénario. Robert De Niro fait ensuite découvrir le livre aux producteurs Robert Chartoff et Irwin Winkler, qui acceptent le projet seulement si Martin Scorsese le réalise[6]. Le réalisateur accepte finalement le film alors qu'il est au plus mal, en pleine dépendance à la drogue et après les échecs de ses précédents films au box-office. Il décide de faire ce film pour remercier Robert De Niro qui l'a beaucoup aidé à cette époque[7],[8],[9],[10].

La préparation de Martin Scorsese commence par des tests de Robert De Niro filmés en 8 mm en couleur. Il les montre ensuite à l'acteur, au directeur de la photographie Michael Chapman et à son mentor Michael Powell. Ce dernier remarque que les couleurs sont assez ternes. Scorsese décide alors de tourner son film en noir et blanc[11].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Alors que Robert De Niro tient le rôle principal, la production cherche tout d'abord l'acteur qui incarnera son frère, Joey. En regardant le film à petit budget The Death Collector (en) (1976), Robert De Niro y découvre Joe Pesci, alors peu connu.

Pour le rôle de la seconde femme de Jake, Vickie, de nombreuses actrices sont sur les rangs. Joe Pesci suggère alors le nom de Cathy Moriarty, qui était alors elle aussi inconnue[12]. Joe Pesci propose aussi Frank Vincent, avec lequel il avait tourné The Death Collector, pour le rôle de Salvy Batts. Après une audition et des essais filmés, Frank Vincent obtient le rôle[13]. Charles Scorsese (en), le père du réalisateur, tient son premier rôle à l'écran : il est Charlie, le cousin de Tommy Como[13].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en avril 1979. Jusqu'en août, les scènes tournées sont celles où LaMotta est boxeur. Le tournage va ensuite être stoppé pour que Robert De Niro prenne 30 kilos en 4 mois : « Je me levais tôt le matin, explique t-il, puis je prenais un bon petit déjeuner, puis un grand déjeuner et un grand dîner. Puis, je suis allé en France et là j'ai mangé dans tous les trois étoiles. J'étais à l'agonie, mais en une semaine, j'avais pris cinq kilos »[3].

Le tournage a eu lieu à New York (Hell's Kitchen, Manhattan, ), en Californie et notamment à Los Angeles (Downtown Los Angeles, Grand Olympic Auditorium (en), San Pedro)[14].

L'une des caractéristiques principales de Raging Bull tient dans la manière dont sont filmées les scènes de combats. Martin Scorsese, dans un souci de réalisme, a utilisé une technique particulière. Les combats, contrairement aux autres films de boxe, ne sont pas un simple montage de plusieurs séquences, filmées par de nombreuses caméras placées hors du ring. Ici, le réalisateur a décidé de n'utiliser qu'une seule caméra, placée à l'intérieur même du ring, à la façon d'un participant direct au combat. Une telle technique est cependant fastidieuse car elle demandait un jeu précis de la part des acteurs, devant se placer au bon endroit et exécuter rigoureusement les mouvements prévus. C'est cette difficulté qui explique la durée importante de tournage consacrée aux seules scènes de combats qui, bien que n'excédant pas 10 minutes dans la durée totale du film, ont demandé pas moins d'un mois de tournage.

Lorsque De Niro a pris ses 30 kilos, Scorsese a remarqué que l'acteur respirait très mal (« Il respirait aussi mal que lorsque je faisais une crise d'asthme » a déclaré le réalisateur). Craignant pour la santé de sa vedette, Scorsese a tourné toutes les dernières scènes de LaMotta en un temps record.

Musique[modifier | modifier le code]

Raging Bull
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de divers artistes
Sortie 2005
Genre musique de film, Rhythm and blues, jazz
Producteur Robbie Robertson
Label Capitol
Critique

La musique du film est composée par de morceaux non originaux, notamment du compositeur italien Pietro Mascagni (Cavalleria rusticana). On retrouve également des chansons de Rhythm and blues et jazz d'artistes comme Ella Fitzgerald, The Ink Spots, Harry James, etc. Martin Scorsese s'est servi de ses propres 78 tours, avec l'aide de Robbie Robertson.

En 2005, Capitol Records édite un double album CD contenant les chansons du films, car les droits des chansons n'avaient pu être tous achetés à l'époque de la sortie du film[16].

Liste des titres - édition CD de 2005

Sortie[modifier | modifier le code]

Demi-échec commercial lors de sa sortie en salles (peut-être dû au fait que le film est en noir et blanc), Raging Bull a tardivement atteint son statut de film culte, à tel point qu'il est aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs films des années 1980, et l'un des meilleurs films de boxe à avoir jamais été réalisés.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nommé huit fois aux Oscars (dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur), Raging Bull en remporta seulement deux : Oscar du meilleur acteur pour Robert De Niro et Oscar du meilleur montage pour Thelma Schoonmaker.

Los Angeles Film Critics Association Awards 1980[17]
LAFCA du meilleur film
LAFCA du meilleur acteur pour Robert De Niro
New York Film Critics Circle Awards 1980
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Meilleur second rôle pour Joe Pesci
Proposition pour le meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
National Board of Review 1980
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Meilleur second rôle pour Joe Pesci
Oscars 1981
Oscar du meilleur acteur pour Robert De Niro
Oscar du meilleur montage pour Thelma Schoonmaker
Proposition à l'Oscar du meilleur film
Proposition à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Joe Pesci
Proposition à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Cathy Moriarty
Proposition à l'Oscar du meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
Proposition à l'Oscar de la meilleure photographie pour Michael Chapman
Proposition à l'Oscar du meilleur son pour Donald O. Mitchell, Bill Nicholson, David J. Kimball et Les Lazarowitz
Golden Globes 1981
Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour Robert De Niro
Proposition au Golden Globe du meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
Proposition au Golden Globe du meilleur film dramatique
Proposition au Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour Joe Pesci
Proposition au Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle pour Cathy Moriarty
Proposition au Golden Globe du meilleur scénario pour Paul Schrader et Mardik Martin
Proposition au Golden Globe de la révélation féminine de l'année pour Cathy Moriarty
American Cinema Editors 1981
Eddie Award du meilleur montage pour Thelma Schoonmaker
National Society of Film Critics Awards 1981
Meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
Meilleure photographie pour Michael Chapman
Meilleur second rôle pour Joe Pesci
Boston Society of Film Critics Awards 1981
Meilleur film
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Meilleure photographie pour Michael Chapman
BAFTA Awards 1982
British Academy Film Award du meilleur montage pour Thelma Schoonmaker
British Academy Film Award du nouveau venu le plus prometteur dans un rôle principal au cinéma pour Joe Pesci
Proposition au British Academy Film Award du meilleur acteur dans un rôle principal pour Robert De Niro
Proposition au British Academy Film Award du nouveau venu le plus prometteur dans un rôle principal au cinéma pour Cathy Moriarty
Guild of German Art House Cinemas 1983
Meilleur film étranger
National Film Preservation Board
entrée au National Film Registry en 1990
DVD Exclusive Awards 2006
Meilleur commentaire audio de DVD

Postérité[modifier | modifier le code]

La réplique culte « You Fucked My Wife? » vient de ce film et non de Taxi Driver (bien que dirigés tous les deux par Scorsese et ayant De Niro comme vedette).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Martin Scorsese déclara plusieurs années après la sortie du film que Robert De Niro lui avait certainement sauvé la vie en lui proposant ce projet. En effet, cela permit à Scorsese de reprendre son activité après une hospitalisation à cause de la cocaïne, en 1978.

En 2013, Robert De Niro parodie son rôle de Jake La Motta dans le film Match retour en incarnant Billy « The Kid » McDonnen, un sexagénaire à qui l'on propose de prendre sa revanche sur Henry « Razor » Sharp, interprété par Sylvester Stallone, ce dernier parodiant son rôle de Rocky Balboa.

Lorsque Jake LaMotta a vu le film, il s'est rendu compte de la personne horrible qu'il avait été. Il a demandé à son ex-femme Vickie s'il avait vraiment été comme ça. Elle lui a répondu « Tu étais pire »[18].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élu meilleur film de la décennie en 1990, Raging Bull réalisé en noir et blanc par Martin... - PureTrend.com
  2. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  3. a et b Secrets de tournage - Allociné
  4. Biskind 1998, p. 254
  5. Biskind 1998, p. 378
  6. Biskind 1998, p. 315
  7. Thompson, David and Christie, Ian, Scorsese on Scorsese, pp. 76/77.
  8. Friedman Lawrence S. The Cinema of Martin Scorsese, 1997, p.115.
  9. Phil Villarreal. "Scorsese's 'Raging Bull' is still a knockout", The Arizona Daily Star (Tucson, AZ), February 11, 2005, page E1.
  10. Kelly Jane Torrance. "Martin Scorsese: Telling stories through film", The Washington Times (Washington, D.C.), November 30, 2007, page E1.
  11. Biskind 1998, p. 389
  12. Baxter 2002, p. 196-201
  13. a et b Evans 2006, p. 65-66
  14. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  15. (en) « Original Soundtrack - Raging Bull », sur AllMusic (consulté le 1er février 2016)
  16. (en) Various – Raging Bull - The Original Motion Picture Soundtrack - Discogs
  17. (en) Awards - Internet Movie Database
  18. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database